Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Amiante : la FTQ s'en prend au CTC

    26 mai 2008 |La Presse canadienne | Emploi
    Toronto — La Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) déplore que le comité exécutif du Congrès du travail du Canada (CTC), dont elle fait partie, ait voté majoritairement pour l'élimination graduelle de l'utilisation de l'amiante chrysotile.

    Le président de la FTQ, Michel Arsenault, se dit déçu que le CTC n'ait pas attendu les conclusions d'un comité de Santé Canada, avant de se prononcer. De plus, selon M. Arsenault, le CTC a fait fi de nombreuses études scientifiques sur l'utilisation sécuritaire de l'amiante chrysotile.

    Estimant que cette décision précipitée menace des centaines d'emplois de même que la santé économique de la région de Thetford Mines, le président de la FTQ se questionne sur l'urgence d'un tel vote, alors que le débat dure depuis plus de vingt ans.

    Soulignant que le Québec est le seul producteur d'amiante chrysotile au Canada, Michel Arsenault estime que le débat devrait se faire entre les syndicats québécois, et non canadiens.

    Il se demande par ailleurs pourquoi ont s'acharne sur l'amiante alors que la population est exposée régulièrement à plus de 2800 substances potentiellement dangereuses. Une agence américaine classe l'amiante chrysotile au 119e rang quant à sa toxicité, devancée par le plomb, le béryllium, le cobalt, le méthane et le nickel, entre autres substances.

    D'autre part, le président de la FTQ se dit déçu des délais indus dans la production d'un rapport d'experts sur les effets sur la santé de la chrysotile par Santé Canada. Le rapport devait sortir en février dernier.

    Malgré la décision majoritaire du comité exécutif du CTC, la FTQ entend continuer de promouvoir l'utilisation sécuritaire de la chrysotile.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.