Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Automobile

    Ottawa et l’Ontario investissent 200 millions dans les activités de Ford

    Le p.-d.g. de Ford Canada, Mark Buzzell, la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, et le premier ministre canadien, Justin Trudeau, au cours de l’annonce d’investissements
    Photo: Dave Chidley La Presse canadienne Le p.-d.g. de Ford Canada, Mark Buzzell, la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, et le premier ministre canadien, Justin Trudeau, au cours de l’annonce d’investissements

    Windsor — Le gouvernement fédéral et celui de l’Ontario investissent chacun plus de 100 millions pour aider le secteur automobile canadien — un moteur traditionnel de croissance économique — et contribuer à l’avenir de la voiture sans chauffeur, branchée à l’Internet et écoénergétique.

     

    Le premier ministre Justin Trudeau et la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, ont annoncé des subventions conditionnelles allant jusqu’à 102,4 millions chacun lors d’un passage à l’usine Ford de Windsor, en Ontario.

     

    Ces investissements visent à soutenir un partenariat de 1,2 milliard avec Ford Canada dans l’objectif de créer 300 nouveaux emplois et d’en maintenir 500 autres dans la province.

     

    Le financement vise également à aider Ford à mettre sur pied un programme manufacturier avancé qui transformera l’usine de groupes motopropulseurs à Windsor.

     

    Nouvelles technologies

     

    Il appuiera également le projet de Ford, qui veut créer un centre de recherche et d’ingénierie à Ottawa, afin de développer de nouvelles technologies.

     

    Dans ce dernier cas, le projet vise à développer la technologie de voiture branchée, notamment la recherche et le développement sur des éléments tels que l’infodivertissement, les modems, les modules passerelles, l’assistance routière et les véhicules autonomes.

     

    M. Trudeau en a rajouté sur la haute technologie, plus tard, durant une visite dans une usine de pièces automobiles de Magna International, où il a souligné les investissements de 125 millions sur cinq ans d’Ottawa en intelligence artificielle.

     

    Le budget fédéral a annoncé l’octroi de cette somme pour la mise en place d’une stratégie pour l’intelligence artificielle. La stratégie vise à renforcer les collaborations entre les principaux centres d’expertise ciblés par Ottawa : Montréal, Edmonton et la région de Toronto-Waterloo.

     

    « De la même manière que l’électricité a révolutionné le secteur manufacturier, et que le microprocesseur a réinventé la manière de recueillir, analyser et communiquer l’information, l’intelligence artificielle touchera pratiquement toutes les industries au Canada », a dit le premier ministre à Brampton, en Ontario.

     

    Critiques

     

    Des détracteurs ont dénoncé l’argent investi dans le secteur automobile comme un moyen surtout de vider les coffres du gouvernement au profit de hauts gestionnaires.

     

    « Il est ridicule de laisser entendre que Ford a besoin d’une subvention de 200 millions de la part des contribuables canadiens et ontariens, alors que l’entreprise a engrangé un profit avant impôt de plus de 10 milliards $US en 2015 », a dit par communiqué la Fédération canadienne des contribuables.

     

    M. Trudeau s’est fait questionner sur de possibles changements à apporter au filet social dans le but de soutenir les travailleurs qui feront le virage vers un secteur de travail plus axé sur la haute technologie.

     

    Sa réponse — apprendre plus tôt à davantage de jeunes à coder ; inciter les étudiants universitaires à choisir les domaines reliés à l’intelligence artificielle ; offrir des mesures incitatives aux travailleurs pour un retour à l’école et encourager les entreprises à innover et investir dans les technologies — laisse entendre que le virage ne sera pas facile.

     

    « Il y aura des défis », a dit M. Trudeau.

     

    « Le choix que nous devons faire en tant que pays est : est-ce que nous résistons et essayons de nous en sauver, ou est-ce que nous nous y investissons ? […] J’ai une confiance formidable envers les Canadiens — travaillants, innovants, éduqués, enthousiastes — et dans notre capacité de leur accorder les outils qu’ils réclament pour réussir », a ajouté le premier ministre.

     

    Au cours des derniers mois, les gouvernements fédéral et de l’Ontario ont discuté d’investissements majeurs dans les grands constructeurs automobiles. En décembre dernier, un leader syndical avait estimé que les investissements publics pourraient atteindre ensemble des centaines de millions de dollars.

     

    Après la conclusion des négociations sur le travail, l’an dernier, les constructeurs automobiles avaient amorcé des discussions avec l’Ontario et Ottawa sur de possibles investissements dans une industrie essentielle pour les deux économies. Le secteur automobile emploie quelque 125 000 personnes pour l’assemblage et la production de pièces.

     

    Le budget fédéral de l’an dernier propose de consolider plusieurs programmes d’innovation, incluant le Fonds d’innovation pour le secteur de l’automobile et le Programme d’innovation pour les fournisseurs du secteur de l’automobile. Ces deux programmes offrent des contributions non remboursables pour le secteur automobile. Dans son budget, Ottawa propose de les intégrer à un nouveau Fonds stratégique pour l’innovation doté de 1,26 milliard sur cinq ans.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.