Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Vers une hausse des taux ressentie

    «Un certain ralentissement de l’investissement résidentiel est à prévoir l’an prochain», affirme le Mouvement Desjardins

    Le marché de l’habitation résidentielle se ressentira de cette hausse graduelle du loyer de l’argent combinée à de nouvelles mesures restreignant l’accès à la propriété appliquées le 1er janvier prochain.
    Photo: Steven S.Miric / Getty Images Le marché de l’habitation résidentielle se ressentira de cette hausse graduelle du loyer de l’argent combinée à de nouvelles mesures restreignant l’accès à la propriété appliquées le 1er janvier prochain.

    La hausse des taux d’intérêt sera plus palpable l’an prochain et la suivante. Les marchés de l’habitation résidentielle et de l’investissement vont s’en ressentir.

     

    La normalisation monétaire, bien ancrée en 2017, se poursuivra l’an prochain et en 2019. La remontée des taux d’intérêt sera plus visible. La conjoncture économique se veut toujours plus favorable, avec tous les principaux pays contribuant à la croissance du PIB mondial. Les économistes du Mouvement Desjardins chiffrent le PIB mondial à 3,5 % cette année, à 3,7 % en 2018 et à 3,9 % l’année suivante.

     

    Il ressort des prévisions économiques de l’institution québécoise une tendance haussière beaucoup plus nette du loyer de l’argent. « Une remontée plus claire des taux d’intérêt risque de limiter quelque peu le rendement des principales classes d’actifs », résume-t-elle.

     

    Aux États-Unis, avec trois augmentations du taux directeur cette année — cinq depuis décembre 2015 —, une poussée en trois temps est attendue l’an prochain, suivie de deux hausses en 2019. Un taux directeur actuellement à 1,5 % deviendra 2,25 % dans un an, puis 2,75 % en décembre 2019.

     

    Au Canada, les deux hausses de taux commandées cet été par la banque centrale « n’ont pas eu d’effet restrictif important sur la confiance et sur les dépenses des ménages canadiens ». La Banque du Canada s’est campée dans la neutralité depuis, mais devrait suivre le tempo imposé par la Réserve fédérale américaine. Trois augmentations sont anticipées en 2018, deux en 2019, le taux sur les prêts au jour le jour devant passer de 1 % à 1,75 % dans un an, à 2,25 % à la fin de 2019.

     

    Dans les deux cas, le scénario de Desjardins évoque une hausse globale de 125 points de base qui ne se répercutera toutefois pas entièrement sur les taux hypothécaires. Du moins, tant aux États-Unis qu’au Canada, les économistes de Desjardins tablent sur une remontée de quelque 100 points de base des taux obligataires à échéance de cinq et de dix ans dans l’intervalle.

     

    N’empêche, le marché de l’habitation résidentielle se ressentira de cette hausse graduelle du loyer de l’argent combinée à de nouvelles mesures restreignant l’accès à la propriété appliquées le 1er janvier prochain. « Un certain ralentissement de l’investissement résidentiel est à prévoir l’an prochain. »

     

    Au Québec, « le secteur résidentiel a connu un essor remarquable en 2017. Les ventes de propriétés existantes sont en voie d’atteindre un sommet et la hausse des prix s’est accélérée à près de 5 % […]. La construction neuve a par conséquent repris de la vigueur afin de répondre à la demande ». À 46 000 unités en 2017 contre 38 900 en 2017, les mises en chantier sont appelées à décélérer, à 41 000 l’an prochain et à 37 000 l’année suivante.

     

    Les économistes ne font pas de projections pour le marché de la revente des propriétés existantes, mais retiennent tout de même que la bonne santé financière des ménages québécois se maintiendra l’an prochain, soutenue par les baisses d’impôt, la création d’emplois et les hausses salariales. Le revenu personnel disponible réel pourrait afficher une hausse de 3,2 % en 2018, contre 2,7 % cette année.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.