Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Dollarama ne craint pas l’expansion de Miniso

    Le détaillant asiatique a l’ambition d’exploiter jusqu’à 50 établissements au pays d’ici la fin de 2018

    7 décembre 2017 |Julien Arsenault - La Presse canadienne | Actualités économiques
    À l’instar des autres détaillants, l’entreprise québécoise devra notamment s’ajuster à la hausse du salaire minimum en Ontario, où se trouvent 41% de ses magasins.
    Photo: Olivier Zuida Le Devoir À l’instar des autres détaillants, l’entreprise québécoise devra notamment s’ajuster à la hausse du salaire minimum en Ontario, où se trouvent 41% de ses magasins.

    Bien qu’elle soit attentive à l’expansion canadienne du détaillant asiatique Miniso, la direction de Dollarama ne croit pas que l’arrivée d’un nouveau concurrent vienne lui gruger des parts de marché à court ou moyen terme.

     

    Après avoir ouvert six magasins en Colombie-Britannique au cours de l’année, Miniso a déjà fait part de son ambition d’exploiter jusqu’à 50 établissements d’ici la fin de 2018 et d’être présente en Ontario, au Québec et en Alberta.

     

    « Nous considérons tous les détaillants comme des concurrents, mais les articles [de Miniso] s’adressent à un bassin de clients différent du nôtre », a expliqué le président et chef de la direction de Dollarama, Neil Rossy, mercredi, au cours d’une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre. Selon lui, le détaillant asiatique ne vend pas de produits de base, contrairement à Dollarama, qui offre notamment de la nourriture dans son réseau de 1135 magasins.

     

    Fondée en 2013 à Tokyo, l’entreprise, dont le siège social se trouve à Guangzhou, en Chine, exploite quelque 1800 magasins dans le monde et a généré un chiffre d’affaires d’environ 1,8 milliard $CAN en 2016. Ses magasins proposent par exemple des cosmétiques, des accessoires de mode ainsi que des articles de cuisine dont le prix oscille entre 2,99 $ et 5 $. « Nous étudiions Miniso bien avant son arrivée au Canada et nous les considérons comme un concurrent, à l’instar des autres détaillants, mais il n’y a pas de raison de changer quoi que ce soit [à notre stratégie] pour le moment », a dit M. Rossy.

     

    Résultats en hausse

     

    Au troisième trimestre terminé le 29 octobre, Dollarama a engrangé un bénéfice net de 130,1 millions, ou 1,15 $ par action, comparativement à 110,1 millions, ou 92 ¢ par action, à la même période il y a un an. Stimulé par l’ouverture de magasins ainsi que par une augmentation de 4,5 % du montant moyen des transactions, le chiffre d’affaires de Dollarama a été de 810,6 millions, en progression de 9,7 %. De leur côté, les ventes des établissements ouverts depuis au moins un an ont grimpé de 4,6 %.

     

    À l’instar des autres détaillants, l’entreprise québécoise devra notamment s’ajuster à la hausse du salaire minimum en Ontario — où se trouvent 41 % de ses magasins —, qui passera de 11,40 $ à 14 $ l’heure à compter du 1er janvier 2018. Cela ne veut toutefois pas dire que les clients de Dollarama verront leur facture augmenter, a prévenu M. Rossy. « Nous réagissons toujours les derniers et attendons de voir ce que décident nos concurrents. S’ils refilent la hausse, cela nous procure une occasion. S’ils ne le font pas, nous allons devoir nous adapter. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.