Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Real Ventures récolte 180 millions pour investir dans les nouvelles technologies

    L’argent permettra notamment de soutenir le développement d’entreprises en intelligence artificielle

    Real Ventures a récolté 180 millions en attirant de nouveaux partenaires, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec (sur la photo).
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Real Ventures a récolté 180 millions en attirant de nouveaux partenaires, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec (sur la photo).

    La firme d’investissement montréalaise Real Ventures, axée sur le soutien des sociétés technologiques en démarrage, a récolté 180 millions en capitaux frais tout en attirant de nouveaux partenaires, dont la Caisse de dépôt et placement, le fonds bostonnais HarbourVest et deux fonds asiatiques.

     

    Dix ans après sa fondation avec quelques millions seulement, Real Ventures, dont les bureaux sont situés à la Maison Notman, voit du coup le total de ses fonds sous gestion passer à 330 millions.

     

    L’annonce devant être faite jeudi matin survient dans un contexte où Montréal se positionne comme un acteur important du développement de l’intelligence artificielle, perçue comme un vecteur de changement prédominant dans une multitude de domaines au cours des prochaines années.

     

    L’usage de logiciels, de services numériques et de l’infonuagique est omniprésent, dit Jean-Sébastien Cournoyer, associé et cofondateur de Real Ventures. « De la même façon que les sociétés d’aujourd’hui utilisent ces outils, celles qui auront du succès dans les dix prochaines années vont devoir utiliser le meilleur de ce que l’intelligence artificielle a à offrir. On pense que la majorité du capital va être investi dans des entreprises qui au minimum utilisent l’intelligence artificielle. »

     

    Partenaires

     

    Outre la Caisse de dépôt et HarbourVest, les 180 millions en nouveaux capitaux proviennent des fonds asiatiques Tencent (Chine) et Temasek (Singapour), de même que des partenaires qui étaient déjà présents chez Real Ventures, soit Investissement Québec, Teralys et BDC.

     

    La première récolte de capitaux, entamée en 2007, a atteint 5 millions. Cette somme a été investie dans 15 compagnies sur trois ans. La deuxième s’est chiffrée à 50 millions (environ 80 projets). La troisième ronde a été de 88 millions, une somme que Real Ventures n’a pas encore fini d’investir, mais qui vise quelque 60 projets.

     

    Le risque plus élevé que l’on rencontre dans le monde des jeunes pousses technologiques se traduit par un rendement plus élevé pour les investisseurs, soit environ 20 % par année. « C’est un rendement qui est lié au risque. […] Nos fonds sont encore jeunes. Mais on croit que sur la totalité du capital, c’est ce rendement-là qu’on va générer. »

     

    Les nouveaux capitaux appuieront les entreprises en fonction des besoins qu’elles éprouvent afin de les amener à la prochaine étape de leur développement, selon la firme d’investissement. Sur les 180 millions, 30 millions iront à sa nouvelle stratégie OrbiteMTL, qui appuie les sociétés au stade de préamorçage et de l’étape d’accélérateur.

     

    Parmi les sociétés que Real Ventures a appuyées au fil du temps figurent Busbud (service de billets d’autobus dans 60 pays), Element AI (intelligence artificielle), Frank & Oak (vêtements), PasswordBox (achetée par Intel) et Lagoa (achetée par Autodesk).

     

    La dynamique qui anime l’écosystème des jeunes pousses à Montréal a beaucoup évolué, selon M. Cournoyer. « Aujourd’hui, les entrepreneurs qu’on rencontre sont ambitieux et croient qu’il est possible de construire une grande entreprise ici. Il y a dix ans, l’entrepreneur essayait plus de voir comment il pouvait réduire le risque de son projet, comment convaincre l’investisseur que “mon projet n’est pas trop fou”. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.