Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Pause attendue dans la hausse des taux directeurs

    Il est attendu que la Banque du Canada freinera son élan haussier sur les taux directeurs mercredi.
    Photo: iStock Il est attendu que la Banque du Canada freinera son élan haussier sur les taux directeurs mercredi.

    Il est attendu que la Banque du Canada freinera son élan haussier sur les taux directeurs mercredi. L’économie canadienne n’a pu conserver son allure accélérée du premier semestre.

     

    Les analystes du Mouvement Desjardins souscrivent au scénario devenu dominant d’une pause dans la politique monétaire, après deux hausses totalisant 50 points du taux cible au jour le jour, en juillet et en septembre, pour le faire passer à 1 %.

     

    « Après avoir connu une première moitié d’année exceptionnelle, l’économie canadienne semble reprendre son souffle. Par exemple, le PIB réel par industrie est demeuré pratiquement inchangé en juillet et la valeur des exportations de marchandises a connu en août un troisième recul mensuel consécutif. Dans ces conditions, la croissance du PIB réel devrait ralentir dès le troisième trimestre », peut-on lire dans le commentaire des économistes de Desjardins.

     

    Vendredi, Statistique Canada faisait ressortir une contraction des ventes au détail en août. Sur la scène des prix à la consommation, dans l’ensemble, en excluant les prix de l’essence, l’inflation ne s’est établie qu’à 1,1 % en septembre, loin de la cible des 2 %. Dans ses commentaires, l’économiste principal de Marchés mondiaux CIBC soulignait qu’il était permis « de croire que la Banque du Canada adoptera une approche plus graduelle avec les taux d’intérêt, dans l’avenir ». L’économiste évoquait des perspectives de l’inflation restant « anémiques » pendant un certain temps.

     

    L’économiste de la Banque Royale va dans le même sens et ne mise pas sur une nouvelle hausse avant le mois de décembre.

     

    « Des commentaires du gouverneur de la Banque du Canada voulant que la trajectoire des taux directeurs ne soit pas prédéterminée et des données économiques plus faibles au pays laissent maintenant entrevoir que la politique monétaire canadienne ne sera pas modifiée en octobre. »

     

    Chez Desjardins, on entrevoit désormais un ralentissement de la croissance du PIB canadien autour de 2 % dès le troisième trimestre. « Cela entraîne une légère révision à la baisse de notre prévision pour l’ensemble de 2017, soit de 3,2 % à 3,1 %. Des effets de base moins favorables amènent aussi une diminution de notre prévision pour 2018 (2,2 % comparativement à 2,4 %). »

     

    Au Québec, l’Institut de la statistique du Québec avait, en septembre, fortement révisé à la baisse la poussée au premier trimestre, la hausse annualisée de 4,3 % du PIB québécois annoncée précédemment ayant été ramenée à 2,8 %.

     

    « Une remontée graduelle des taux d’intérêt canadiens est toutefois toujours attendue au cours des prochains trimestres, ce qui devrait favoriser une légère appréciation du huard », prend-on soin d’ajouter.


    Un Canadien sur trois ressent déjà la hausse des taux Un Canadien sur trois ressent déjà les effets des hausses des taux d’intérêt, selon les résultats de l’enquête réalisée pour la firme spécialisée en insolvabilité MNP. Aussi, quatre personnes interrogées sur dix se disaient inquiètes de connaître des difficultés financières si les taux d’intérêt devaient continuer à grimper. « La bonne nouvelle est qu’il semble maintenant y avoir au moins une reconnaissance que les taux vont grimper, ce qui pourrait forcer les gens à réévaluer leurs habitudes de dépenses — particulièrement en ce qui a trait à l’utilisation du crédit », souligne la firme. Sept répondants sur dix ont indiqué qu’ils feraient davantage attention à leurs dépenses si les taux continuaient à grimper.

    L’enquête a été réalisée en ligne par Ipsos pour MNP entre le 18 et le 21 septembre, auprès de 2005 adultes canadiens. L’Association de la recherche et de l’intelligence marketing juge qu’il est impossible de calculer la marge d’erreur d’un sondage réalisé en ligne puisque la méthode d’échantillonnage est non probabiliste.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.