Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le Québec dans une situation financière «viable»

    5 octobre 2017 16h12 | Hélène Buzzetti - Correspondante parlementaire à Ottawa | Actualités économiques
    Photo: iStock

    Cela sonnera comme de la musique aux oreilles de Québec à moins d’un an de la prochaine élection. Le Directeur parlementaire du budget (DPB) à Ottawa conclut que la province est non seulement dans une situation financière « viable », mais dispose d’une marge de manoeuvre pour hausser les dépenses ou réduire les revenus de 12 milliards de dollars par année.

     

    Le DPB se penche généralement seulement sur la viabilité financière du gouvernement fédéral et du Régime de pension du Canada. Mais à la demande des parlementaires, il a décidé d’élargir son champ d’analyse cette année pour étudier celle des provinces et territoires, ainsi que celle du Régime des rentes du Québec. Conclusion : le Québec et la Nouvelle-Écosse font figure de premiers de classe, tandis que l’Alberta et Terre-Neuve reçoivent le bonnet d’âne.

     

    « À l’exception du Québec et de la Nouvelle-Écosse, les politiques budgétaires des provinces et des territoires ne sont pas viables à long terme », peut-on lire dans les documents préparés par le DPB. « Le Québec et la Nouvelle-Écosse ont une marge de manoeuvre financière [qui correspond respectivement à 3 % et 0,4 % du PIB] leur permettant d’augmenter les dépenses ou de réduire les taxes et impôts tout en maintenant la viabilité financière. »

     

    Une grande partie de la non-viabilité financière s’explique par la croissance des coûts de santé, estime le DPB.


    Viabilité financière
     

    La viabilité financière est un concept économique qui ne signifie pas qu’une entité gouvernementale est en équilibre budgétaire. Loin de là. Il s’agit plutôt de calculer si le niveau d’endettement d’un gouvernement (sa proportion par rapport à la taille de l’économie) restera le même au cours des 75 prochaines années considérant les niveaux actuels de revenus et de dépenses et les projections démographiques. Si le pourcentage d’endettement projeté reste le même, on dit qu’il y a viabilité financière. Si le pourcentage est appelé à diminuer, alors on dit que le gouvernement a une marge financière.

     

    Ce concept débouche sur des conclusions contre-intuitives. L’Alberta, qui a une dette accumulée presque nulle (environ 40 milliards), se retrouve dans une situation jugée très instable parce que ses déficits actuels sont élevés et que si la tendance était maintenue, son taux d’endettement atteindrait 300 %. Inversement, le Québec est considéré comme étant dans une situation très viable, alors qu’il s’agit d’une des provinces ayant le taux d’endettement le plus élevé du pays.

     

    Pour rectifier le tir, l’Alberta devrait augmenter ses revenus ou diminuer ses dépenses de 14 milliards de dollars, ce qui représente 25 % de tous ses revenus annuels actuels !

     

    Ottawa aussi

     

    Le DPB conclut par ailleurs que le gouvernement fédéral se trouve lui aussi en situation de viabilité financière, et ce, même si les déficits se succèdent et qu’Ottawa n’a toujours pas d’horizon de retour à l’équilibre budgétaire.

     

    Selon les calculs du DPB, Ottawa pourrait augmenter ses dépenses ou diminuer ses revenus de 24,5 milliards de dollars par année (environ 8 % de ses revenus annuels) tout en maintenant sa viabilité. Selon les projections du DPB, si rien n’est fait par le gouvernement, à compter de 2040, Ottawa commencera à enregistrer des surplus budgétaires et, 18 ans plus tard, aura éliminé sa dette complètement.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.