Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Québec doit rendre le système de retraite encore plus flexible

    Selon deux chercheurs, la réforme envisagée du Régime de rentes du Québec est une fenêtre permettant d’apporter certains changements

    Des retraités dans une parc
    Photo: Jeanette Zehentmayer iStock Des retraités dans une parc

    Le système de retraite public du Québec offre déjà une certaine flexibilité, mais des experts suggèrent de profiter de sa réforme pour aller un peu plus loin, en permettant de repousser de 70 à 75 ans l’âge où un retraité peut décider de déclencher le début de ses prestations du Régime de rentes du Québec (RRQ).

     

    Cette recommandation des experts de la Chaire en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke survient alors que Québec réfléchit à la meilleure façon de bonifier le Régime de rentes du Québec, en parallèle de ce qu’Ottawa propose pour le Régime de pensions du Canada.

     

    Dans une analyse publiée jeudi, Antoine Genest-Grégoire et Luc Godbout présentent le recours à l’épargne privée comme un pont entre la retraite et le début des prestations. De cette manière, l’attente permettrait de toucher des prestations publiques plus élevées par la suite.

     

    « Les gens ont du mal à évaluer l’effet de la flexibilité du RRQ. Aussi, le gouvernement fédéral permet depuis quelques années de faire ça pour la pension de la Sécurité de la vieillesse. Il y a de la flexibilité », a dit M. Godbout lors d’un entretien.

     

    « Pendant des années, il y a eu la perception [selon laquelle] il faut demander le chèque dès qu’on peut. Si on est en bonne santé à 60 ans, même si on veut arrêter de travailler, ce n’est pas nécessairement la bonne décision de demander le chèque dès qu’on peut », a ajouté M. Godbout.

     

    Le Régime de rentes du Québec permet de démarrer les prestations entre 60 et 70 ans. Pour la pension de la Sécurité de la vieillesse, la fenêtre est de 65 à 70 ans.

     

    Mais la faiblesse de l’épargne privée et le prolongement de l’espérance de vie ont poussé les décideurs à réfléchir. Ottawa veut faire passer le taux de couverture du Régime de pensions du Canada de 25 % à 33 %, en échange d’une hausse des cotisations pour tous.

     

    Une couverture élargie

     

    À Québec, le gouvernement Couillard, qui n’a pas fait connaître sa décision définitive, veut également faire passer la couverture de 25 à 33 %, mais seulement sur la portion du salaire gagnée entre 27 450 $ et 62 600 $. Dans les faits, le taux effectif sur l’ensemble des revenus passerait de 25 % à un peu moins de 30 %.

     

    Selon des scénarios tenant compte d’une réforme québécoise semblable à celle d’Ottawa, les auteurs calculent qu’une personne qui prendrait sa retraite à 65 ans, mais qui attendrait 5 ans avant de demander ses prestations du RRQ et de la Sécurité de la vieillesse, aurait besoin d’une épargne privée de 248 000 $. Le taux de couverture publique à 70 ans serait de 82,4 %. Un retraité qui attendrait une dizaine d’années aurait besoin, lui, d’une épargne de 275 000 $, mais le taux de couverture publique grimperait alors à 100 %.

     

    La réforme du système de retraite, tant à Québec qu’à Ottawa, fait l’objet de discussions depuis plusieurs années, mais une entente entre le gouvernement fédéral et les autres provinces à l’été 2016 a finalement déclenché un processus dont l’objectif est clair : augmenter la couverture que procure le régime public.

     

    Les deux experts recommandent aussi d’apporter des changements à la façon de calculer la rente du RRQ. Ils suggèrent de « modifier le régime afin de prévoir que tous les gains de travail après l’âge de 60 ans, inférieurs à la moyenne des gains en carrière, n’influent pas à la baisse sur le niveau de la rente payable ». Cela permettrait de repousser le début des prestations même après avoir arrêté de travailler ou avoir ralenti le rythme de travail.

     

    Un ex-président du conseil d’administration de l’Institut québécois de planification financière, Martin Dupras, a aussi participé à l’étude.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.