Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Lettre

    Remplacer l’ALENA par une nouvelle entente

    24 juillet 2017 | Ronald Cameron, coordinateur du Réseau québécois sur l’intégration continentale Le 20 juillet 2017 | Actualités économiques

    Alors que Donald Trump annonce qu’il a l’intention d’obtenir d’énormes concessions de la part de ses partenaires canadiens et mexicains, les organisations sociales et les syndicats québécois et canadiens envoient des messages très clairs à la ministre Chrystia Freeland. Pour le Réseau québécois sur l’intégration continentale (RQIC), qui représente une quinzaine d’organisations de la société civile au Québec, l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) n’a pas vraiment rempli ses promesses et le gouvernement canadien ne doit pas s’engager dans une renégociation traditionnelle de cet accord. Une nouvelle approche doit être développée en réponse à Donald Trump.

     

    Depuis la mise en place de l’ALENA en 1993, la croissance économique a surtout profité aux multinationales et aux mieux nantis de nos sociétés. Le RQIC propose de remplacer l’ALENA par une nouvelle entente économique et commerciale soucieuse des droits sociaux et de l’environnement. Une telle entente doit viser l’amélioration des conditions de vie de la majorité.

     

    L’ALENA a été un accord qui a fait école en favorisant la déréglementation de pans entiers de l’économie. Il a créé des déséquilibres en matière de pouvoir, rendant les États frileux à l’idée d’adopter des mesures pour protéger leur population et l’environnement, de crainte d’être poursuivis.

     

    Un nouvel accord devrait assurer une plus grande protection des droits syndicaux et des droits de la personne. Le chapitre xi et son mode de règlement des différends entre investisseurs et État doivent être abrogés. On doit exclure des négociations les services publics (santé, éducation, sécurité sociale, énergie, eau, marchés publics), les entreprises publiques, la culture et l’agriculture.

     

    Il ne s’agit pas de s’opposer en principe aux échanges commerciaux. Le RQIC n’est pas pour la fermeture des frontières. Toutefois, nous nous dissocions clairement des positions de Donald Trump, qui utilise le mécontentement de la population laborieuse américaine à l’endroit de l’ALENA pour réduire les droits sociaux et s’en prendre au monde du travail.

     

    De véritables débats publics doivent se faire au Canada et au Québec avant l’adoption de l’ALENA. Les consultations en cours ne sont pas suffisantes. La consultation de la société civile et le débat public tout au long des négociations est une condition essentielle de la renégociation de l’ALENA.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.