Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Desjardins Assurances déclare une perte de 11,4 millions à son premier trimestre

    L’institution a souligné que 95% des assurés de Desjardins pourront bénéficier de la protection contre les inondations.
    Photo: Michaël Monnier Le Devoir L’institution a souligné que 95% des assurés de Desjardins pourront bénéficier de la protection contre les inondations.

    L’hiver a été difficile pour Desjardins Groupe d’assurances générales (DGAG). La filiale du Mouvement Desjardins spécialisée en assurance de dommages a inscrit une perte à son premier trimestre.

     

    Pour le trimestre clos le 31 mars 2017, la perte nette de DGAG a été de 11,4 millions, comparativement à un bénéfice net de 31,5 millions au premier trimestre de 2016. Le rendement des capitaux propres a été de –3,3 %, par rapport à 5,7 % lors de la même période l’an dernier.

     

    « Ces résultats sont attribuables à un hiver difficile, caractérisé par des dommages causés par de l’eau et des précipitations de neige abondantes au Québec ainsi que d’une tempête de vent en Ontario. Les pertes causées par ces conditions météorologiques difficiles ont été partiellement compensées par l’évolution favorable des provisions pour sinistres des années antérieures, à laquelle une portion est due à State Farm en vertu d’une clause contractuelle de l’acquisition de ses activités canadiennes », résume l’institution dans son communiqué.

     

    DGAG a généré une croissance interne au cours du trimestre, avec une augmentation de plus de 10 000 polices en vigueur. Les primes directes souscrites se sont chiffrées à 923,6 millions de dollars, en baisse de 11,4 % par rapport à la même période en 2016.

     

    « Cette baisse s’explique en grande partie par les retombées de la conversion réalisée au cours de l’année précédente sur les polices d’assurance automobile de State Farm, dont le terme est passé de 6 à 12 mois, ainsi que par les baisses tarifaires du 1er juin 2016 découlant de la réforme gouvernementale de l’assurance automobile en Ontario. »

     

    Le prochain trimestre s’annonce également difficile. Parlant des crues printanières multipliant les inondations au Québec, Denis Dubois, président et chef de l’exploitation de DGAG, rappelle que « nous sommes de tout coeur avec les personnes et les collectivités touchées récemment par les fortes pluies et la crue des eaux ». Il ajoute : « Bien qu’on ne puisse pas associer directement un événement précis aux changements climatiques, la tendance est claire. Avec le réchauffement climatique, les coûts liés aux phénomènes de météo extrêmes ne cessent de grimper d’une année à l’autre. »

     

    En mars dernier, DGAG offrait une nouvelle protection contre les inondations pour les assurés de Desjardins dont la propriété est située dans une zone inondable. Ceux dont le risque est faible devenaient automatiquement et gratuitement couverts pour les dommages causés par le débordement d’une étendue d’eau ou la rupture d’un barrage, par exemple. Ceux dont la propriété est située dans une zone moyennement à risque pourront également bénéficier de la nouvelle protection moyennant un supplément.

     

    L’institution soulignait que 95 % des assurés de Desjardins pourront bénéficier de la protection contre les inondations. Du nombre, 80 % ont une propriété assurée dans une zone à faible risque et 15 % ont une propriété assurée dans une zone moyennement à risque.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.