Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Montréal

    Des expropriations pour permettre l’agrandissement du Palais des congrès

    Les propriétaires visés ont reçu des avis avant la conclusion d’études de faisabilité

    Le projet d’agrandissement est devenu nécessaire pour permettre au Palais des congrès de conserver ses acquis et de continuer à croître.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le projet d’agrandissement est devenu nécessaire pour permettre au Palais des congrès de conserver ses acquis et de continuer à croître.

    Le projet d’agrandissement du Palais des congrès de Montréal, devenu nécessaire pour faire face à la concurrence internationale, a franchi une étape de plus : les propriétaires des terrains convoités par le centre de conférences et d’expositions viennent de recevoir un avis d’expropriation, même si les études de faisabilité ne sont pas encore finalisées, a appris Le Devoir.

     

    Plus de 12 000 m2 de terrains publics et privés situés à proximité du Palais des congrès ont été mis en réserve en 2013 par le gouvernement du Québec en vue d’un éventuel agrandissement du centre de congrès. Cette protection a été renouvelée pour deux ans en 2015.

     

    La mise en réserve ne pouvant excéder quatre ans, Québec a adopté le 15 février dernier un décret autorisant le ministère des Transports (MTQ) à acquérir par expropriation, pour le compte de la Société du Palais des congrès de Montréal, les terrains situés dans le quadrilatère compris entre les rues Saint-Urbain, Saint-Antoine, Clark et l’avenue Viger.

     


    Les propriétaires des deux bâtiments et du terrain vacant visés, lesquels occupent une superficie de 3340 m2, « ont été informés de l’intention du gouvernement d’acquérir leur propriété », affirme une porte-parole du MTQ, Dominique David. Les bâtiments ciblés abritent notamment le magasin de musique Steve’s, établi à cet endroit depuis 1965.

     

    Quant aux terrains publics situés plus au nord — entre les rues de la Gauchetière, Anderson, Chenneville et l’avenue Viger —, ils devraient demeurer disponibles pour un éventuel agrandissement, indique la direction du Palais des congrès.

     

    « Les prochaines étapes prévues consisteront à rencontrer les propriétaires, à évaluer leur propriété, et par la suite à entamer les négociations, souligne Mme David au sujet des expropriations à venir. De fait, la prise de possession de ces immeubles ne pourra avoir lieu à court terme. »

     

    Les dépenses liées à ces démarches, dont l’ampleur demeure pour l’instant inconnue, seront assumées par la Société du Palais des congrès.

     

    « Pour s’assurer d’avoir ces terrains privés, c’était la seule et unique façon de procéder, soutient le président-directeur général du Palais des congrès de Montréal, Raymond Larivée. On sait que ces terrains-là, dans un projet de développement futur, ont une importance primordiale. »

     

    Études toujours en cours

     

    Le processus d’expropriation se met en branle alors que le Palais des congrès n’a toujours pas finalisé ses études de faisabilité, entamées en 2015 grâce à un budget de six millions de dollars.

     

    Dans le rapport annuel 2015-2016 de l’organisation, M. Larivée écrivait pourtant que le « dossier d’opportunité » concernant l’agrandissement serait déposé à l’automne 2016. Plusieurs mois plus tard, ces études sont toujours en cours et il ne sait pas à quel moment elles seront terminées.

     

    « Vous me demanderiez une esquisse, je n’en ai même pas », dit-il candidement, soutenant qu’un délai de deux ans pour analyser un projet de cette ampleur, « c’est très court ».

     

    « Que ça se fasse l’an prochain ou dans trois ans, ça va se faire un jour. Quand ? Je ne peux pas vous le dire, je ne le sais pas encore. »

    Depuis cinq ans, Montréal est la ville, dans les Amériques, qui accueille le plus d’événements internationaux
    Raymond Larivée, p.-d.g du Palais des congrès
     

    Vive concurrence

     

    Le projet d’agrandissement, dans les cartons depuis plusieurs années, est devenu nécessaire pour permettre au Palais des congrès de conserver ses acquis et de continuer à croître. « La demande est forte, la concurrence est vive et la Société se voit de plus en plus souvent contrainte de refuser des groupes dans les périodes convoitées du marché des congrès », énumérait-on dans le dernier rapport annuel de l’organisation.

     

    « Depuis cinq ans, Montréal est la ville, dans les Amériques, qui accueille le plus d’événements internationaux. Plus que New York, plus que Washington. […] Donc je pense que c’est important de veiller à maintenir cette position très avantageuse dans l’échiquier des événements internationaux », fait valoir M. Larivée, tout en refusant d’indiquer combien d’événements et de revenus échappent à son organisation chaque année, faute d’espace.

     

    « Si on atteignait un certain niveau, Montréal pourrait accueillir 72 % de l’ensemble des congrès internationaux, américains et canadiens, de 3000 délégués et plus, ce que nous n’avons pas actuellement. Nous sommes en bas de 50 % », poursuit le p.-d.g.

     

    À son avis, Montréal ne peut pas rester les bras croisés pendant que des villes américaines, mais aussi canadiennes, comme Vancouver, Halifax et Ottawa, ont réalisé ou prévoient d’effectuer des travaux d’agrandissement pour mettre la main sur de nouvelles parts de marché.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.