Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Secteur manufacturier

    Le retard technologique du Canada pourrait faire mal

    La quatrième révolution industrielle est en marche, mais les entreprises traînent la patte

    La quatrième révolution industrielle s’appuie sur la force d’Internet, de l’automatisation et de l’analyse de données.
    Photo: iStock La quatrième révolution industrielle s’appuie sur la force d’Internet, de l’automatisation et de l’analyse de données.

    Le déploiement de la quatrième révolution industrielle, qui met à profit la numérisation et la robotisation de nouvelle génération, se fait à pas de tortue au Canada. Si le secteur manufacturier ne se modernise pas sans tarder, des entreprises fermeront, alors que d’autres encaisseront durement les impacts du libre-échange.

     

    Ce dur constat s’est dégagé des échanges qui ont animé le colloque annuel de l’Association des économistes québécois (ASDEQ), vendredi à Montréal.

     

    Selon Martin Lavoie, directeur des politiques chez Manufacturiers et Exportateurs du Canada (MEC), le retard qu’accusent les entreprises manufacturières canadiennes se fera particulièrement sentir avec l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne, prévue en 2017.

     

    « Attachez vos tuques, l’Allemagne et la France sont 30 % plus productives que nous. Et les petits poissons ne mangent jamais les gros poissons, a-t-il lancé lors d’un atelier consacré à la quatrième révolution industrielle. Il faut être prêt, sinon l’accord de libre-échange va nous rentrer dedans. »

     

    « Je ne pense pas qu’on va pouvoir rattraper notre retard avec les Allemands demain matin, a-t-il ajouté en entrevue. Ce sera à nous de voir dans quels secteurs nous pourrons être plus compétitifs. »

     

    Inévitable transformation

     

    La présidente-directrice générale du Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO), Jacqueline Dubé, lance elle aussi une mise en garde. « Comme on a déjà un retard en matière de productivité, si on ne fait pas rapidement un virage vers le numérique, on va reculer davantage, ce qui serait néfaste sur le plan économique », juge-t-elle.

     

    Le CEFRIO accompagne des dizaines d’entreprises pour leur permettre de tirer profit de cette quatrième révolution industrielle. Au fil des rencontres, Mme Dubé a constaté que trop peu de PME élaborent un « plan numérique » et qu’elles sont souvent frileuses lorsque vient le temps d’investir.

     

    « La transformation peut être beaucoup plus rapide qu’on le pense, mais il faut avoir les politiques et les programmes publics qui permettent d’aider les PME à faire le démarrage. C’est un investissement qui va rapporter dans trois ou cinq ans, mais elles n’ont pas l’argent maintenant », souligne-t-elle.

     

    De passage au colloque de l’ASDEQ, la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, a admis que le Québec « a perdu un peu de temps en matière de modernisation des équipements ou de robotisation ». « Si on ne pose pas ces gestes de modernisation, d’automatisation et de transformation de notre économie, des entreprises ne survivront pas à terme », a-t-elle déclaré devant le parterre d’économistes.

     

    Cela dit, Mme Anglade estime que la stratégie gouvernementale sur le « manufacturier innovant » lancée en avril, qui prévoit des investissements de 500 millions de dollars sur trois ans, a donné une « impulsion » au secteur.

     

    Contraintes et espoir

     

    Dans un récent rapport consacré au « rattrapage technologique » des PME québécoises, le CEFRIO explique que la quatrième révolution industrielle s’appuie sur la force d’Internet, de l’automatisation et de l’analyse de données.

     

    La première révolution industrielle est apparue avec la machine à vapeur, la deuxième avec l’énergie électrique permettant la production de masse, et la troisième avec la robotisation. La quatrième révolution, dont les définitions varient, franchit un pas de plus en misant sur la collecte et l’analyse d’énormes volumes de données (« Big Data »), l’infonuagique, l’Internet des objets — c’est-à-dire la collecte de données à partir de capteurs connectés — ou encore la robotique collaborative.

     

    Il peut par exemple s’agir d’une entreprise qui recueille des données en temps réel pour accroître l’efficacité de sa chaîne de production ou qui installe des capteurs sur ses camions de livraison pour optimiser leurs déplacements.

     

    Plusieurs entreprises font cependant face à deux défis de taille, fait remarquer Martin Lavoie, de MEC : l’infrastructure en région n’est pas adéquate pour assurer une connexion Internet de qualité et la main-d’oeuvre spécialisée, nécessaire pour mettre à profit les données recueillies, manque à l’appel.

     

    Les entrepreneurs qui s’approchent de la retraite et qui n’ont pas de relève en vue ont rarement envie d’investir dans de nouvelles technologies, ajoute M. Lavoie, mais cette réalité devrait changer sous peu.

     

    « Quand je rencontre un étudiant au doctorat en génie mécanique et que je lui parle d’impression 3D, il n’est même pas surpris. Pour lui, c’est normal, c’est tout ce qu’il a appris. Quand cette cohorte de jeunes là va arriver dans les usines, elle va changer les choses », prédit-il.

    La quatrième révolution industrielle s’appuie sur la force d’Internet, de l’automatisation et de l’analyse de données. La ministre de l’Économie, Dominique Anglade












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.