Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Élimination de la dette

    Le Québec fait fausse route

    L’austérité est une politique nuisible pour la plupart des pays, peut-on conclure à la lumière d’une étude du FMI

    Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, et le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux. C’est à ces deux hommes que revient la tâche de mettre en œuvre la volonté du premier ministre, Philippe Couillard, en matière de dette.
    Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, et le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux. C’est à ces deux hommes que revient la tâche de mettre en œuvre la volonté du premier ministre, Philippe Couillard, en matière de dette.

    La lutte menée par le gouvernement du Québec contre sa dette serait mal avisée, suggère une étude du Fonds monétaire international.

     

    La dette publique de la plupart des pays développés n’est pas suffisamment élevée pour les exposer réellement à la menace d’une crise financière. Les gouvernements qui adoptent dans ce contexte des politiques d’austérité afin de rembourser le plus rapidement possible leurs créanciers nuisent plus à leurs économies qu’ils ne l’aident, constate une note de recherche dévoilée par l’institution financière internationale mardi.

     

    Le Canada appartient à ce groupe de pays qui devraient, selon l’étude du FMI, se contenter de laisser leur croissance économique réduire graduellement et naturellement le poids relatif de leur dette publique. Bien que l’analyse se limite à des pays, le Québec semble aussi entrer dans cette catégorie si l’on compare son niveau d’endettement total relatif à celui des autres pays qui se qualifient.

     

    Le directeur adjoint de la recherche au FMI, Jonathan Ostry, et deux collègues, Atish Ghosh et Raphael Espinoza, ont basé leurs estimations sur le poids de la dette publique de 30 pays en proportion de la taille de l’économie tout en essayant aussi de tenir compte de la capacité des gouvernements de générer des revenus fiscaux. Ils en concluent que quatre d’entre eux (Chypre, Grèce, Italie et Japon) ne disposent plus d’aucune marge de manoeuvre, que quatre autres (Portugal, Irlande, Espagne et France) peuvent mieux respirer, mais ne sont tout de même pas à l’abri d’une éventuelle crise de la dette souveraine, et que tous les autres n’ont pas à faire une maladie de leur taux d’endettement, parce qu’il faudrait que leur ratio de dette par rapport à leur produit intérieur brut (PIB) augmente de 125 (Belgique) à 246 points (Norvège) de pourcentage pour équivaloir à celui de la Grèce ou du Japon.

     

    Le Canada (150 points) se classe dans le dernier quart de ce groupe, devant le Royaume-Uni (133), mais derrière, entre autres, les États-Unis (165), l’Allemagne (168) et la Suède (189).

     

    Selon l’OCDE, la dette de l’ensemble des pouvoirs publics au Canada équivalait à 93 % de PIB en 2013, contre 109 % aux États-Unis, 93 % au Royaume-Uni, 81 % en Allemagne et 45 % en Suède, ce qui montre par exemple à quel point les chercheurs du FMI ont tenu compte dans leurs estimations de la grande capacité de taxation inutilisée aux États-Unis.

     

    Comment se situerait le Québec ?

     

    Lors du dernier budget, le gouvernement du Québec a établi le poids de sa dette brute à 55 % du PIB. Une récente étude du Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal a estimé que cette proportion s’élèverait à 105 % en 2013, si on tenait compte de la part de la dette fédérale qui lui reviendrait. Même là, c’était moins que la Belgique (118 %) et les États-Unis (109 %), et pas très loin de l’Autriche (99 %), trois pays dont l’étude du FMI estime ne pas trop avoir à se soucier en matière d’endettement.

     

    Les auteurs de l’étude ne nient pas que la dette publique représente un fardeau qui pèse à la fois sur la capacité d’investissement et les perspectives de croissance. Ils rappellent qu’avec la Grande Récession, la dette publique des pays riches est passée en moyenne de 53 % du PIB en 2007 à 80 % en 2012 et que ce chiffre dépasse désormais les 100 % pour le quart des pays les plus endettés.

     

    Il n’est pas étonnant dans ce contexte que des voix s’élèvent pour réclamer que les gouvernements réduisent coûte que coûte leur dette, notent-ils. De l’autre côté, il y a ceux qui disent qu’on devrait au contraire profiter de la faiblesse des taux d’intérêt pour emprunter et stimuler l’économie. « Perdue quelque part dans ce débat, il y a la possibilité d’accepter simplement de vivre avec des dettes (relativement) élevées, et de laisser leurs poids relatifs dans l’économie décliner organiquement avec la croissance. »

     

    Un remède pire que le mal

     

    L’important, martèle l’étude du FMI, est de se rendre compte que « si la marge de manoeuvre fiscale est suffisante, les politiques de remboursement de la dette ne sont pas souhaitables » parce que les coûts économiques des hausses des impôts ou des compressions de dépenses nécessaires « seront supérieurs aux avantages qu’on compte en tirer ». En d’autres mots, « le remède sera pire que le mal ».

     

    Rappelons que le gouvernement Couillard s’est imposé un cadre budgétaire strict afin de rétablir l’équilibre des finances publiques cette année. Dans son budget, il a même prévu un léger surplus de 1,6 milliard cette année et de 2,2 milliards l’année prochaine, qu’il entend consacrer à la réduction de la dette en le versant au Fonds des générations.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.