Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Pont Champlain

    Groupe Canam en voie d’obtenir son plus gros contrat

    22 mai 2015 |Julien Arsenault - La Presse canadienne | Actualités économiques
    Maquette du futur pont Champlain
    Photo: Infrastructure Canada Maquette du futur pont Champlain

    Groupe Canam est en voie d’obtenir le plus gros contrat de son histoire après avoir signé une lettre d’engagement avec trois entreprises du Groupe Signature sur le Saint-Laurent, le consortium retenu par Ottawa pour construire la structure qui remplacera le pont Champlain.
     

    Annoncée jeudi avant la clôture des marchés financiers, l’entente avec une filiale de SNC-Lavalin, Dragados Canada et Flatiron Constructors Canada a eu un impact positif sur l’action du constructeur de structures en acier.

     

    À la Bourse de Toronto, le titre de Groupe Canam a terminé la séance à 14,43 $, en hausse de 48 ¢, ou 3,4 %.

     

    Le montant du contrat n’a pas été dévoilé, mais le vice-président aux communications de la société établie à Saint-Georges, François Bégin, a néanmoins donné une idée de son ampleur. « En novembre dernier, le contrat pour la construction du futur stade des Falcons d’Atlanta [de la Ligue nationale de football], c’était […] 200 millions», a-t-il dit. L’analyste Sara O’Brien, de RBC Marchés des capitaux, a également estimé que la valeur potentielle de ce contrat devrait osciller aux alentours de cette somme.

     

    Si le consortium Groupe Signature a été sélectionné comme soumissionnaire privilégié, les autres détails du projet de nouveau pont, dont les coûts de construction — qui devraient osciller entre 3 et 5 milliards — devraient être dévoilés lorsque le contrat sera officiellement signé, avant la fin de l’été. C’est lorsque cette étape sera franchie que le contrat du Groupe Canam devrait être confirmé.

     

    Il y a un mois, le président et chef de la direction de l’entreprise, Marc Dutil, avait estimé qu’entre 10 000 et 45 000 tonnes d’acier seraient nécessaires, dépendemment des choix du consortium, afin de compléter l’ouvrage de 3,4 kilomètres, dont la mise en service est prévue à la fin de 2018.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.