Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le FMI admet que l’austérité aggrave les inégalités sociales

    Ce drapeau européen a été trafiqué par des manifestants qui jugent que l’austérité est un poison. Le dernier rapport du FMI indique en tout cas qu’elle ne sert pas les plus pauvres.
    Photo: Agence France-Presse (photo) Filippo Monteforte Ce drapeau européen a été trafiqué par des manifestants qui jugent que l’austérité est un poison. Le dernier rapport du FMI indique en tout cas qu’elle ne sert pas les plus pauvres.

    Washington — Des experts du Fonds monétaire international (FMI) ont estimé jeudi que l’austérité mise en oeuvre dans certains pays riches, parfois sous la pression du Fonds lui-même, avait contribué à creuser des inégalités sociales.

     

    « La vaste consolidation budgétaire en cours dans plusieurs économies a fait naître des inquiétudes liées à son impact potentiel sur les inégalités », admettent les économistes du FMI dans leur rapport sur les inégalités, le deuxième de l’institution en moins de trois semaines. Selon eux, les plans d’économies budgétaires conduisent traditionnellement à des pertes d’emplois, qui ont tendance à renforcer les inégalités au détriment des moins favorisés, dont les revenus dépendent quasi exclusivement de leurs salaires.

     

    Le FMI, qui négocie actuellement un plan d’aide avec l’Ukraine, a déjà reconnu qu’il avait sous-estimé l’impact de l’austérité sur la croissance, mais c’est la première fois qu’il évoque ses effets sur les inégalités sociales.

     

    Les pauvres écopent davantage

     

    Le rapport, qui ne représente pas la position officielle du Fonds, se penche notamment sur l’Europe, où cinq pays plombés par leur dette publique, dont la Grèce ou l’Irlande, ont dû se soumettre à des cures d’austérité en échange de l’aide de Bruxelles et du FMI. Selon ces experts, les inégalités ont augmenté dans environ la moitié des pays européens qui ont mené des ajustements budgétaires entre 2007 et 2012. Sur cette période, les 10 % les plus pauvres ont ainsi proportionnellement perdu plus de revenus que les classes moyennes en Grèce, et même plus que les 10 % les plus riches en Italie, selon le document.

     

    S’inquiétant d’une montée générale des inégalités, les experts du Fonds préconisent des mesures qui sortent de la boîte à outils traditionnelle de l’institution. Afin d’épargner les programmes d’aide sociaux, ils suggèrent ainsi « d’augmenter les dépenses publiques à visées sociales » et de s’appuyer davantage sur une fiscalité plus progressive qui reviendrait à imposer les plus riches.

     

    Les pays avec des taux d’imposition sur le revenu uniforme pourraient ainsi envisager des « taux plus élevés sur les plus hauts revenus que pour les classes moyennes », selon le rapport. Le Fonds appelle également à une hausse de l’imposition sur la propriété foncière, qui cible par nature les ménages plus aisés. « Ces taxes sont équitables et efficaces et il y a une marge considérable pour les augmenter dans de nombreux pays », indique le rapport.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.