Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous
    Marchés émergents

    «Ils sont un facteur de risque, mais ils sont aussi notre seule chance»

    31 décembre 2013 |Agence France-Presse (photo) - Agence France-Presse | Actualités économiques

    Les pays émergents ont cessé d’être en 2013 la promesse de lendemains radieux pour l’économie mondiale. Croissance ralentie, marchés financiers et devises instables, troubles sociaux : ils sont devenus un sujet d’inquiétude… peut-être exagérée.

     

    En novembre, le club de réflexion des pays riches, l’OCDE, a résumé la situation : la croissance mondiale sera plus faible à cause du ralentissement des pays émergents, et « l’environnement économique mondial pourrait faire office d’amplificateur et de courroie de transmission pour des chocs négatifs » en provenance de ces pays.

     

    Depuis des années, l’économie mondiale ne jurait que par eux : le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, l’Afrique du Sud…

     

    Leur forte croissance compensait la stagnation des pays avancés, leurs marchés intérieurs en pleine expansion aiguisaient les appétits des grands groupes occidentaux, leurs bas coûts de production faisaient tourner le commerce mondial et leurs réserves de devises leur permettaient de financer l’endettement occidental.

     

    Mais 2013 a marqué un coup d’arrêt. Ils ont perdu un peu de leur lustre, pour être considérés d’un oeil peut-être plus lucide.

     

    « Nous l’attendions depuis un moment, mais c’est devenu très clair [en 2013] », a déclaré à l’AFP Jennifer Blanke, chef économiste du World Economic Forum, basé à Londres.

     

    Pour l’économiste Chris Weafer, associé senior de la firme de conseil Macro Advisory, basée à Moscou, ce « changement d’attitude envers les émergents [était] nécessaire et retardé depuis trop longtemps » par des investisseurs bercés d’illusions, voire « complaisants ».

     

    Tout d’abord, plusieurs grands émergents ont vu leur croissance nettement ralentir. La Russie, l’Afrique du Sud, mais surtout, le premier d’entre eux, la Chine. Et si la Chine éternue, l’économie risque le rhume un peu partout dans le monde.


    Facteurs de risque

     

    La banque espagnole BBVA identifie comme un « facteur de risque » au niveau international « l’ajustement [à la baisse] de la croissance de la Chine et d’autres économies émergentes ».

     

    Pour la Banque centrale européenne, « tout ajustement plus brutal ou désordonné dans les économies émergentes doit être surveillé de près, compte tenu des risques d’impacts plus forts et plus durables en zone euro ».

     

    « Les investisseurs avaient présumé que la Chine continuerait à croître à un taux de 8 ou 9 % par an. C’est impossible sur le long terme », explique à l’AFP M. Weafer, alors que l’objectif officiel de croissance de Pékin pour 2013 est de 7,5 %.

     

    Malgré tout, « nous sommes soulagés, parce que certains parlaient d’un atterrissage brutal » de l’économie chinoise, qui aurait eu des conséquences plus graves, pointe Mme Blanke.

     

    « Plusieurs pays sont devenus dépendants » de la croissance chinoise, souligne UBS dans une note sur les perspectives d’investissements en 2014.

     

    « La croissance des investissements chinois a alimenté la demande de matières premières et soutenu plusieurs économies telles que le Brésil ou l’Australie », poursuit la banque suisse, qui prévient qu’il « n’y a pas de “Chine après la Chine” ». En d’autres termes, il n’y aura pas de superpuissance avec une croissance à deux chiffres » capable de remplacer la Chine comme moteur de l’économie mondiale.

     

    À ce ralentissement vient s’ajouter un deuxième facteur de risque : l’instabilité financière. Cet été, Bourses et devises de plusieurs émergents ont été très chahutées par le reflux brutal de capitaux provoqué par la perspective de la fin de la politique monétaire ultragénéreuse de la Banque centrale américaine.

     

    Plusieurs grands groupes américains ou européens ont ainsi subi de lourdes pertes financières à cause des effets de change.


    Part du gâteau

     

    Enfin, l’instabilité sociale est un autre facteur de risque, « comme ce que nous avons vu récemment au Brésil ou en Afrique du Sud, avec des gens qui exigent une plus grande part du gâteau, parce qu’ils ne constatent pas d’amélioration [de leur qualité de vie] aussi rapide qu’ils le souhaitent », analyse Mme Blanke.

     

    C’est « un très gros risque, et je crois que ces pays en sont conscients », selon Mme Blanke, même si elle admet que plusieurs d’entre eux n’ont pas assez mis à profit les années d’opulence écoulées pour se réformer suffisamment.

     

    « Un gouvernement doit écouter la voix de la rue. Un gouvernement ne peut pas s’isoler et se refermer sur lui-même », reconnaissait fin novembre dans le journal El Pais la présidente du Brésil, Dilma Rousseff.

     

    Mais au final, ces pays restent un moteur essentiel de l’économie mondiale. « L’exubérance à la fin de la dernière décennie a duré trop longtemps et maintenu des attentes trop élevées. […] Je crois maintenant que le sentiment contraire va trop loin », prévient M. Weafer.

     

    « Personne ne doute que ces pays vont continuer à croître,
    selon Mme Blanke. Leurs classes moyennes en expansion […] seront une grande source de demande pour beaucoup de biens et services des économies avancées », note-t-elle.

     

    De toute façon, « ils sont un facteur de risque, mais ils sont aussi notre seule chance », prévient-elle.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.