Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    CSeries: vol inaugural à l’horizon

    Transports Canada vient d’autoriser les essais dans les airs

    C’était le 7 mars dernier, à Mirabel. Bombardier levait le voile sur son appareil d’essai au cours d’une cérémonie haute en couleur. L’appareil devrait pouvoir voler d’ici peu.
    Photo: La Presse canadienne (photo) Paul Chiasson C’était le 7 mars dernier, à Mirabel. Bombardier levait le voile sur son appareil d’essai au cours d’une cérémonie haute en couleur. L’appareil devrait pouvoir voler d’ici peu.

    Le baptême de l’air de la CSeries de Bombardier a reçu le feu vert du ministère fédéral des Transports.

     

    Reporté à trois reprises, le jour du premier vol d’essai de la nouvelle famille d’avions de ligne approche, a annoncé vendredi le constructeur montréalais. « Sous réserve de conditions météorologiques optimales, l’avion CSeries prendra bientôt son envol », a déclaré dans un communiqué le président de la division Avions commerciaux de Bombardier, Mike Arcamone.

     

    La compagnie s’est bien gardée de se faire plus précise sur le moment où pourrait avoir lieu ce premier vol tant attendu. L’autorisation des autorités gouvernementales fait suite à une série de tests, dont des essais de roulage en piste à basse vitesse, a-t-elle expliqué. D’autres essais à grande vitesse, où l’avion simulera la procédure de décollage, sont encore requis avant qu’on permette au nouvel avion de quitter enfin la terre ferme et de prendre le ciel.

     

    Selon TVA, des gens de l’industrie auraient été invités à célébrer le premier vol le 17 septembre aux installations de la compagnie à Mirabel, au nord de Montréal. Selon les porte-parole de Bombardier, la fête en question sera un événement distinct et n’a toujours pas de date ferme.

     

    Un premier vol attendu

     

    La conception et les essais de la nouvelle famille d’appareils plus grands se déroulent bien, et ont été simplement un peu plus longs que prévu, assure la compagnie. D’abord promis pour la fin de l’année dernière, le premier vol de la CSeries a été remis à trois reprises. La dernière fois, c’était il y a un mois, et l’on disait alors que le premier vol se tiendrait au cours des « prochaines semaines ».

     

    Après ce premier vol, il faudra encore environ un an pour passer la batterie de tests et obtenir les certifications nécessaires à l’entrée en service des premiers appareils, dit depuis le début Bombardier. L’analyste de la Financière Banque Nationale, Cameron Doerksen, estimait pour sa part, la semaine dernière, que cette dernière étape pourrait prendre un peu plus de temps, si bien que les premiers appareils ne pourraient probablement pas être livrés avant le début de 2015.

     

    Toutes ces histoires de délais sont un sujet récurrent dans l’industrie aéronautique. La mise au point de l’immense Airbus 380 avait rencontré, dans son temps, tellement d’embûches que son lancement avait été retardé de quatre années. Le premier vol du nouveau Dreamliner 787 de Boeing a lui-même été reporté de plus de deux ans. Ce dernier a encore dû être cloué au sol pendant de longs mois cet hiver en raison de problèmes d’incendie de batterie.

     

    Tous ces reports, chez Bombardier, ne devraient pas avoir d’impact sur le coût de développement de ses nouveaux avions, évalué à 3,4 milliards. Ils n’en ont pas moins convaincu la firme de notation Standard Poor’s de réviser à la baisse ses perspectives sur la multinationale québécoise de stables à négatives plus tôt ce mois-ci.

     

    Bonne nouvelle

     

    L’analyste Walter Spracklin de RBC Marché de capitaux a bien accueilli l’annonce de vendredi. « Cette nouvelle est favorable, puisqu’elle suggère qu’il y a moins de risques que d’autres retards surviennent dans le programme de développement de la CSeries », a-t-il observé à La Presse canadienne.

     

    Les investisseurs se sont aussi montrés contents. Le titre de la compagnie a clôturé la journée à 4,79 $, en hausse de 6 ¢ ou 1,27 %.

     

    Devant compter de 110 à 160 sièges, les avions de la CSeries constituent la première incursion de Bombardier sur des terres occupées, jusqu’à présent, exclusivement par Boeing et Airbus. Construits avec des matériaux composites plus légers, ils sont censés offrir 15 % d’économie de coût de fonctionnement et 20 % d’économie de carburant. L’avionneur québécois espère qu’ils lui permettront, en 20 ans, d’aller chercher la moitié d’un marché de 6900 appareils de 100 à 150 sièges dans le monde.

     

    Confiante quant au potentiel technique et commercial de ses futurs avions, Bombardier s’est montrée jusqu’à présent réticente à accorder d’importantes réductions à leurs premiers acheteurs. Une conséquence de cette stratégie est que les éventuels clients attendent, pour le moment, de voir ce que l’avion fera en vol avant de se commettre. La compagnie ne compte toujours que 388 engagements d’achat, dont seulement 177 commandes fermes, alors que son objectif est d’avoir au moins 300 commandes fermes lorsque les premiers avions entreront en service.

     

    La CSeries en direct

     

    « Après cinq ans de préparation et, aujourd’hui, après l’autorisation de Transports Canada, nous nous rapprochons du vol inaugural de l’Avion de ligne CSeries - un moment historique pour Bombardier et un moment qui révolutionnera l’industrie », a déclaré vendredi Mike Arcamone.

     

    L’avionneur montréalais a même créé, pour l’occasion, un site Internet consacré aux plus récentes nouvelles sur sa nouvelle famille d’appareils et où devrait être diffusé son premier vol en direct.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel