Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le palmarès des 50 risques les plus importants - Il y a péril en la planète

    Le forum de Davos met en garde contre les changements climatiques et les écarts de revenus qui se creusent

    <br />
    Photo : Agence France-Presse (photo) Archives
    Pour lire le Rapport sur les risques mondiaux du Forum économique de Davos.
    Les difficultés économiques persistantes sont en train de faire oublier au monde un autre grand péril : les changements climatiques, prévient le forum de Davos dans un rapport où le Canada se classe parmi les pays les mieux préparés devant les principaux risques mondiaux.

    « Deux tempêtes - l’une environnementale et l’autre économique - vont finir par entrer en collision. Si nous n’affectons pas les ressources nécessaires pour réduire le risque grandissant que présentent les événements climatiques sévères, c’est la prospérité des générations futures qui pourrait être menacée », a déclaré mardi John Drzik, directeur général au sein de la firme de consultant Marsh McLennan, l’un des partenaires de cette 8e édition du Rapport sur les risques mondiaux du Forum économique mondial qui se tiendra à la fin du mois à Davos, en Suisse.


    Les dizaines de milliers de morts de la dernière sécheresse dans la corne de l’Afrique, en 2011, ou encore les 70 milliards de dommages causés par l’ouragan Sandy dans les États de New York et du New Jersey seulement ne sont que les plus récents exemples de ce qui risque de se produire de plus en plus au cours des prochaines années en raison des changements climatiques, observe le rapport de 80 pages auquel, dit-on, ont participé plus de 1000 experts de l’assurance, notamment issus des milieux universitaire et de l'assurance. Une récente étude de la firme Mercer a estimé que leurs coûts économiques pourraient s’élever entre 2 000 et 4 000 milliards d’ici 2030. Et pourtant, l’esprit humain et la communauté internationale sont toujours aussi « peu enclins à l’idée de s’attaquer à une menace à si long terme ».


    S’adapter, à défaut de pouvoir contrer


    La situation en matière d’environnement s’est déjà tellement dégradée que la principale préoccupation des experts porte de plus en plus sur notre capacité d’adaptation aux changements climatiques plutôt qu’aux moyens déployés pour réduire les émissions de gaz à effet (GES) de serre. Les deux enjeux sont toutefois liés, souligne le rapport : moins la lutte contre les GES sera efficace, plus les efforts d’adaptation devront être élevés.


    Un autre scénario évoqué est celui de l’interconnectivité grandissante de notre monde et des risques d’éclatement d’un « cyberincendie sauvage » provoqué par les nouveaux médias sociaux. Pensez à quelqu’un qui crie « au feu » dans un théâtre bondé, dit le responsable du rapport au forum de Davos, Lee Howell. « Une version numérique de cette situation pourrait-elle se produire, où une étincelle de désinformation est capable d’allumer un incendie et de causer des ravages avant que la vérité ne puisse être révélée ? »


    Le rapport nous met aussi en garde contre la « dangereuse complaisance » que pourraient induire des décennies de progrès médical. « La résistance grandissante aux antibiotiques risque de porter le coup de grâce à nos systèmes d’assurance-santé exsangues, tandis que notre monde hyperconnecté favorise la propagation des pandémies. »


    Comme chaque année, le rapport établit la liste de 50 risques mondiaux souvent interreliés et de nature aussi bien économique et environnementale que géopolitique, sociétale et technologique. Comme l’an dernier, les trois risques jugés les plus probables sont : les disparités profondes de revenus entre les particuliers, les déséquilibres budgétaires chroniques des gouvernements et l’augmentation des émissions de GES. Les trois risques dont l’impact serait le plus grand sont : une nouvelle défaillance majeure du secteur financier, les crises d’approvisionnement en eau et les déséquilibres budgétaires qui gagnent, cette année, un rang sur les crises alimentaires.


    Du Canada aux extraterrestres


    Pour la première fois cette année, le rapport essaie de classer les pays en fonction de leur capacité à faire face à tous ces dangers en raison de leur robustesse, de leur débrouillardise et de leur accès à des solutions de rechange, ainsi que de leur capacité de réponse et de récupération. Le Canada y pointe au cinquième rang, derrière Singapour (1er) et trois pays du golfe Persique, confortablement devant l’Allemagne (17e), le Royaume-Uni (20e), les États-Unis (29e), la Chine (30e), la France (31e), l’Inde (38e) et le Japon (67e). Il y apparaît particulièrement bien en selle face à des menaces comme les pénuries d’eau, une crise des finances publiques et les pénuries alimentaires, mais plus exposés à des risques environnementaux tels que la surexploitation des espèces, l’incapacité à s’adapter aux changements climatiques et l’augmentation des émissions de GES.


    Les auteurs du rapport se sont associés également aux lecteurs de la célèbre revue scientifique Nature afin d’identifier cinq facteurs de risque (appelés X Factors) qui pourraient un jour figurer dans leur portrait de la réalité. L’un d’eux est un emballement du phénomène des changements climatiques qui dépasseraient toutes les prévisions les plus pessimistes. D’autres scénarios plus étonnants y sont abordés, tels que les conséquences d’une augmentation des capacités intellectuelles des humains, grâce à la science, ou la manipulation du climat par des pays inconscients ou malintentionnés.


    On évoque même les conséquences possibles de la découverte de vies extraterrestres. « La découverte de formes de vie, même très simples, ailleurs dans l’univers relancerait les conjectures sur l’existence d’autres êtres intelligents et remettrait en cause plusieurs des fondements religieux et philosophiques. »

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel