Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Lois sur la concurrence - Google exonéré de tout blâme aux États-Unis

    4 janvier 2013 |Agence France-Presse (photo) - Agence France-Presse | Actualités économiques
    L’autorité américaine de la concurrence (FTC) a annoncé jeudi avoir mis fin à son enquête antitrust ouverte en 2011 contre le géant de l’Internet Google sans avoir trouvé de preuve d’abus de sa position dominante dans la recherche en ligne.

    « La FTC a mené une enquête approfondie sur les allégations selon lesquelles Google a manipulé ses algorithmes de recherche » au détriment de concurrents, mais a conclu que les modifications réalisées sur ces algorithmes pouvaient être considérées « de manière plausible » comme des améliorations pour l’utilisateur, selon son communiqué. « Elle a donc décidé de clore son enquête ».


    Google a quand même dû passer un accord à l’amiable sur un autre sujet auquel s’était intéressée la FTC, en s’engageant à laisser ses concurrents accéder selon des conditions « justes, raisonnables et non discriminatoires » à des technologies mobiles jugées essentielles et pour lesquelles il dispose de brevets.


    Google avait récupéré la plupart de ces brevets en même temps que le fabricant de téléphones Motorola Mobility. Il lui est désormais interdit de lancer des procédures judiciaires contre un concurrent pour l’empêcher d’utiliser les technologies concernées.


    Google a enfin accepté de mettre fin à des restrictions liées à sa plateforme de publicité en ligne AdWords, pour donner plus de flexibilité aux annonceurs désirant coordonner leur campagne publicitaire entre ses sites et des plateformes concurrentes.


    Les termes de la décision de la FTC avaient déjà filtré dans la presse, et avaient été critiqués par des adversaires du géant de l’Internet comme le groupe informatique Microsoft, qui a estimé mercredi que les autorités américaines n’étaient pas assez dures avec Google.


    Google reste dans le collimateur des autorités européennes de la concurrence qui n’ont, elles, toujours pas bouclé leur enquête ouverte en 2010.

     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel