Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les faibles taux inquiètent la Banque du Canada

    La Banque du Canada s’inquiète des effets de cette longue période de faibles taux d’intérêt sur la stabilité du système financier. L’institution fédérale souligne que persister à maintenir des taux à leur creux historique incite à une prise de risque indue, provoque un gonflement artificiel des éléments d’actif financier et engendre des pressions sur les engagements à long terme des assureurs et des régimes de pension.


    Dans sa Revue du système financier de décembre, la Banque du Canada revient sur les risques pour le système financier canadien. La crise dans la zone euro et la faiblesse de la demande mondiale demeurent les principales menaces externes. À l’interne, le principal risque pour l’économie canadienne demeure le haut niveau d’endettement des ménages et les prix élevés dans certains segments du marché du logement.


    Si les ménages sont vulnérables à une éventuelle remontée du loyer de l’argent pour l’heure, la persistance du maintien des taux d’intérêt à leur creux historique induit plutôt un autre risque, cette fois pour les assureurs et les régimes de pension. En réaction à la crise de 2008-2009, et à l’absence de reprise économique depuis, les banques centrales sont condamnées à appliquer une pression baissière sur les taux et à maintenir un haut niveau de liquidité dans le système financier mondial. Si ces mesures sont appropriées dans les circonstances, elles ne sont pas sans provoquer de dangereuses distorsions. D’autant que la Banque du Canada s’attend à ce que « les taux dans les grandes économies avancées demeurent bas pendant une période prolongée », conjoncture économique oblige.


    « Tout d’abord, la faiblesse des taux exerce des pressions sur les bilans des investisseurs institutionnels dont les engagements s’inscrivent dans la durée (comme les sociétés d’assurance-vie et les régimes de pension à prestations déterminées) […] Ensuite, des taux d’intérêt faibles fournissent aux investisseurs et aux institutions financières en quête de rendement une incitation supplémentaire à prendre des risques excessifs. » Les effets de ces risques peuvent s’additionner dans le cas d’une institution se mettant à la recherche d’un rendement accru afin d’alléger les tensions sur son bilan. Et ils s’en trouvent amplifiés par un l’impact d’un gonflement artificiel des prix des éléments d’actif.


    Assureurs-vie et régimes de pension à prestations déterminées doivent revoir leurs calculs actuariels dans un environnement de taux d’intérêt plus faibles que prévu, appelé à perdurer. Les premiers ont dû remanier certains produits, notamment ceux offrant des garanties ou des valeurs de rachat, reconfigurer leur offre et rajuster leur grille de primes. Les seconds doivent conjuguer avec des problèmes de solvabilité persistants. Beaucoup ont eu recours à des programmes de couverture ou à des stratégies de placement avec levier, bridant ainsi une rentabilité à moyen terme pour répondre à des contraintes de court terme, avertit la Banque du Canada.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.