Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    La Caisse de dépôt risque une décote

    Les agences de notation Standard & Poor’s et DBRS ont prévenu vendredi qu’elles pourraient abaisser la cote de crédit de la Caisse de dépôt et placement du Québec si le gouvernement de Pauline Marois décidait de réduire l’indépendance de l’institution. Les deux agences ont confirmé la cote de crédit AAA de la Caisse - la plus élevée qui soit - en soulignant sa bonne santé financière, son fort niveau de liquidités, son faible taux d’endettement et ses actifs nets de plus de 160 milliards. Par contre, tant DBRS que S&P ont tenu à faire part de leur inquiétude à l’égard de l’intention du Parti québécois, stipulée dans sa dernière plateforme électorale, d’élargir le mandat de la Caisse «afin que celle-ci contribue davantage au développement économique du Québec». Il est notamment question de créer un «fonds indépendant pour l’investissement dans le développement de secteurs stratégiques et (pour) contrer la délocalisation des emplois». Dans son communiqué, Standard & Poor’s a précisé qu’elle «pourrait abaisser les perspectives ou les cotes de crédit [de la Caisse]» si elle jugeait que la révision du mandat de l’institution amorcée par Québec «réduit l’indépendance» de la Caisse ou «restreint sa stratégie d’investissement». De son côté, DBRS a qualifié de «quelque peu préoccupantes» les intentions du gouvernement. 
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel