Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Obligation européenne

    On le voit avec la Grèce et, maintenant, avec l’Espagne qui vacille et l’Italie sous attaque. Le recours au pare-feu n’empêche pas le feu de couver, et de s’étendre. La résolution de la crise européenne passe par une mutualisation des dettes souveraines dans la zone euro. Le nouveau président français a lancé le mot « eurobonds » lors de sa première visite officielle à Berlin mardi. François Hollande aura à convaincre une Angela Merkel plus que jamais apôtre de l’austérité, mais toujours plus fragilisée politiquement.
    Cher lecteur, le reste de cet article est réservé aux abonnés.

    Abonnez-vous!

    À partir de 9,35$ par mois En savoir plus

    Je suis déjà abonné

    Se connecter
    Je suis abonné papier mais je n'ai pas encore de profil.
    Créez un profil lié à votre abonnement.
    Vous pouvez également acheter cet article.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel