Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Le choix de l'austérité - Fitch et Moodys' critiquent Ottawa

    «Il n'y a pas d'urgence» pour le ministre des Finances, Jim Flaherty, de revenir à l'équilibre budgétaire étant donné la santé générale de l'économie canadienne et le fait que son déficit ne s'élève qu'à 2 % du produit intérieur brut (PIB), a déclaré au quotidien d'affaires le principal analyste pour le Canada chez Moody's, Steven Hess.
    Photo : Agence Reuters Patrick Doyle «Il n'y a pas d'urgence» pour le ministre des Finances, Jim Flaherty, de revenir à l'équilibre budgétaire étant donné la santé générale de l'économie canadienne et le fait que son déficit ne s'élève qu'à 2 % du produit intérieur brut (PIB), a déclaré au quotidien d'affaires le principal analyste pour le Canada chez Moody's, Steven Hess.
    Fitch et Moody's mettent en garde le gouvernement Harper contre les dangers de vouloir aller trop vite avec ses mesures d'austérité en cette période d'incertitude économique. Selon les deux agences de notation, citées dans le Wall Street Journal, l'intention affichée du gouvernement d'annoncer dans son prochain budget d'importantes réductions de dépenses afin de rétablir rapidement l'équilibre des finances publiques n'est pas nécessaire et pourrait même causer plus de mal que de bien à l'une des rares économies développées à ne pas se porter trop mal.


    «Il n'y a pas d'urgence» pour le ministre des Finances, Jim Flaherty, de revenir à l'équilibre budgétaire étant donné la santé générale de l'économie canadienne et le fait que son déficit ne s'élève qu'à 2 % du produit intérieur brut (PIB), a déclaré au quotidien d'affaires le principal analyste pour le Canada chez Moody's, Steven Hess. «De notre point de vue, il y a de la marge de manoeuvre et procéder [à des compressions] trop rapides aurait des effets négatifs et pourrait être contre-productif» en ralentissant la croissance des revenus. «Cela pose un risque [pour la croissance économique] s'ils vont trop vite.»

    Une analyste chez Fitch s'est faite encore plus directe. «Vous n'avez pas à avaler une si grosse pilule si vous n'êtes pas malade», a résumé Shelly Shetty. Bien que «l'atteinte d'un budget équilibré soit importante pour maintenir sa crédibilité», le fait d'y parvenir avant la cible actuelle de 2016 n'est «pas nécessaire», a-t-elle notamment précisé.

    Le prochain budget du ministre Flaherty devrait être dévoilé quelque part au mois de mars. Le gouvernement conservateur a longtemps évoqué la nécessité de procéder à des compressions de dépenses d'environ 4 milliards, mais parle de plus en plus, depuis quelques semaines, d'un effort qui devrait atteindre le double. Le ministre des Finances a promis de réduire les dépenses de l'État tout en protégeant les transferts aux citoyens. L'appareil gouvernemental fédéral se prépare, en conséquence, à d'importantes diminutions de personnel.

    Écouter les «amis» de Jim Flaherty

    Les détenteurs de portefeuilles économiques dans le gouvernement Harper ont réussi à éviter les questions des journalistes sur cet avertissement des agences de notation hier.

    «Moody's et Fitch nous disent aujourd'hui ce que le NPD a dit depuis des mois, c'est-à-dire qu'on fait face à un gouvernement qui est idéologique dans ses compressions dans les services publics, a déclaré le député du Nouveau Parti démocratique Alexandre Boulerice. On espère que [Jim Flaherty] va entendre le message, si ça ne vient pas du NPD mais de ses amis des agences de notation.»

    Les conservateurs de Stephen Harper doivent se rendre compte du fait que le contexte économique présent est beaucoup moins favorable que les dernières fois que le gouvernement fédéral a dû rétablir l'équilibre de ses finances publiques, a affirmé pour sa part le chef par intérim du Parti libéral, Bob Rae. «L'économie n'est pas en pleine croissance en ce moment, a-t-il remarqué, citant le cas de l'Ontario, du Québec et des Maritimes. On est en pleine difficulté. Si on pense que c'est l'austérité qui va nous aider [...], c'est faux.»

    Message à l'ensemble des pays développés

    Plusieurs économistes, dont ceux des agences de notation, du Fonds monétaire international (FMI) et de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), mettent en garde, depuis des mois, les gouvernements des pays développés contre tout dogmatisme qui les amènerait à adopter des politiques d'austérité trop sévères alors que leur économie ne s'est toujours pas remise du choc de la Grande Récession. Ils se montrent d'autant plus inquiets que l'addition de toutes ces compressions risque également de plomber l'économie mondiale tout entière. Si l'on admet que certains pays, comme la Grèce, l'Espagne ou le Portugal, n'ont vraiment plus les moyens d'attendre, on recommande aux autres, comme le Canada et même les États-Unis, d'adopter des plans de retour à l'équilibre budgétaire crédibles, mais plus graduels.

    L'agence Moody's a, par exemple, menacé hier le Royaume-Uni d'abaisser sa note AAA en raison de la fragilité de son économie et des risques que fait peser la crise de la zone euro voisine (voir autre texte en page B 3). Elle a notamment remis en cause la nécessité, pour le gouvernement conservateur de David Cameron, de poursuivre un plan d'austérité tellement sévère qu'il menace de faire replonger l'économie britannique en récession.

    ***

    Avec la collaboration de Marie Vastel
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel