Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    SNC-Lavalin joue de prudence après des révélations sur ses activités en Libye

    «Notre unique rôle en Libye était de nature non combattante», dit le président de la société, Pierre Duhaime

    Pierre Duhaime<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Pierre Duhaime
    Dans la foulée d'un reportage du Globe and Mail au sujet des activités de SNC-Lavalin en Libye, le président de la société a donné une allocution très prudente hier devant le Cercle finance et placement du Québec (CFPQ) lors de laquelle il a dit que «la situation a toujours été un peu complexe» et qu'elle l'est «maintenant encore plus».

    Le quotidien torontois a écrit samedi que, de 2008 à 2010, SNC-Lavalin a joué un rôle dans le développement d'un corps d'ingénieurs à la fois militaire et civil, et eu de multiples discussions avec Saadi Khadafi, un des fils du colonel Khadafi. Entre autres, la compagnie aurait offert les services d'un ancien président d'Hydro-Québec, selon les documents obtenus par le Globe.

    À la lumière de cet article, le ministre fédéral des Affaires étrangères, John Baird, a affirmé lundi qu'il est «profondément préoccupé» et qu'Ottawa est ouvert à une refonte des règles qui encadrent la conduite des entreprises canadiennes à l'étranger. Les règles restreignent la vente de biens et de technologies pouvant être utilisés par des forces armées, mais cela ne touche pas les services.

    Pierre Duhaime ne s'est pas adressé à la presse hier. Mais par l'entremise d'une porte-parole, qui a fait parvenir un courriel au Devoir en fin de journée, il a dit: «Je ne peux commenter les propos de M. Baird puisque nous n'étions pas présents lorsqu'ils ont été faits.» L'article du Globe contenait des «insinuations», selon lui, et «notre unique rôle en Libye était de nature non combattante, soit de mener des activités d'aménagement et de gestion des infrastructures».

    «SNC-Lavalin réalise depuis plus de 35 ans en Libye de grands projets d'infrastructure qui profiteront énormément à la population à long terme», a dit M. Duhaime lors de son allocution. «Nous sommes dans l'attente de voir ce qui va se passer en Libye et de décider de nos prochaines actions, en consultation avec notre gouvernement et les agences et ministères locaux», a-t-il ajouté plus loin.

    La compagnie a évacué ses 4200 employés et interrompu ses projets.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.