Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Résultats trimestriels - Industrielle-Alliance: net recul des profits

    La tourmente en Bourse coûte cher aux compagnies d'assurances

    Les derniers mois ont été difficiles sur les marchés et l'Industrielle-Alliance, comme l'assureur Sun Life, n'y a pas échappé. La société de Québec a levé le rideau hier sur une baisse de son bénéfice de près de 30 % au troisième trimestre, cela se traduisant par une dégelée bien sentie à la Bourse de Toronto.

    Ces résultats surviennent deux semaines après que la Sun Life eut avoué que son propre troisième trimestre serait marqué par une perte de 621 millions (voir autre texte en page B 2), ce qui avait soulevé bien des interrogations pour les autres grands joueurs du secteur de l'assurance dans un contexte où c'est la disette tant en Bourse que sur les marchés obligataires.

    Des analystes ont signalé au fil des dernières semaines qu'ils s'attendent déjà à ce que les assureurs déclenchent de nouvelles hausses de primes pour les polices d'assurance vie.

    «La conjoncture macroéconomique du troisième trimestre de 2011 a certes été l'une des plus difficiles depuis la crise financière de 2008», a dit dans un communiqué le président de l'Industrielle-

    Alliance, Yvon Charest. «Outre les taux d'intérêt à long terme qui ont oscillé près de leur plus bas niveau de tous les temps, les marchés boursiers se sont repliés au cours du trimestre.»

    À la Bourse de Toronto, l'action de l'Industrielle-Alliance a piqué du nez de 11 % à 28,76 $. Depuis trois mois, elle a reculé de 22 %, comparativement à une baisse de 4 % pour l'ensemble des titres inscrits au S&P/TSX.

    La société dirigée par M. Charest, quatrième assureur en importance au Canada, a indiqué que la tourmente des marchés lui a coûté carrément 15 millions au cours du trimestre. À l'intérieur de cette somme, la baisse des honoraires de gestion pour les fonds de placement a représenté 4 millions, alors qu'un programme de «couverture dynamique» mis en place en octobre 2010 a coûté plus cher que d'habitude en raison de la volatilité.

    L'Industrielle-Alliance a néanmoins réussi à récolter des primes de 1,19 milliard au cours du trimestre, ce qui représente une augmentation de 6 %.

    Les trois mois terminés le 30 septembre ont aussi été marqués par une opération financière avec la Caisse de dépôt et placement du Québec. Au milieu du mois de septembre, celle-ci a acheté pour près de 200 millions en actions de l'Industrielle-Alliance au prix unitaire de 33,31 $. La somme, a rappelé l'Industrielle hier, a été ajoutée «au capital de la société et sera utilisée pour ses besoins généraux».

    Dans une note aux clients, l'analyste Michael Goldberg, de Valeurs mobilières Desjardins, avait alors estimé que l'Industrielle tentait de se préparer pour des jours pluvieux «pour compenser la récente volatilité des marchés, particulièrement la chute des taux d'intérêt depuis le milieu de l'année».

    Les états financiers contiennent une note selon laquelle l'Industrielle s'estimait capable, au 30 septembre, d'encaisser un recul additionnel de 10 % de la Bourse de Toronto avant d'avoir à «renforcer ses provisions mathématiques pour les actions appariant les engagements à long terme». Dans les faits, depuis ce temps, la Bourse a progressé de 4,5 %.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel