Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    À quand Montréal capitale de la créativité? demande Daniel Lamarre

    Le président du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre<br />
    Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le président du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre
    Même si elle souffre d'une pléthore de problèmes étalés quotidiennement sur la place publique, Montréal a tout ce qu'il faut pour devenir rien de moins que «la capitale mondiale de la créativité». C'est du moins ce que souhaite le président et chef de la direction du Cirque du Soleil, Daniel Lamarre.

    «Il y a une place à prendre sur la scène internationale et nous sommes en droit de la prendre. L'important bassin de créateurs montréalais, la force, la diversité et la qualité des réalisations artistiques en témoignent. Il est maintenant temps de marquer le coup et de donner à Montréal la signature et les crédits artistiques qui lui reviennent», a-t-il fait valoir hier midi à la tribune du Cercle canadien de Montréal.

    «Nous pouvons faire de Montréal la capitale mondiale de la créativité, a ajouté celui qui dirige les activités de la plus importante entreprise culturelle au pays. Miser sur le talent de nos créateurs et artistes locaux et établir Montréal comme le Davos de la créativité.»

    Selon M. Lamarre, le con-grès C2-Mtl qui doit se tenir à Montréal en mai 2012 pourrait d'ailleurs permettre de marquer «le premier grand coup». L'idée, annoncée la semaine dernière, est de réunir ici 1000 dirigeants d'entreprise d'un peu partout dans le monde et, par la bande, de démontrer que Montréal mérite d'être reconnue mondialement pour ses idées et ses projets créatifs.

    Mais passer des bons mots aux gestes concrets nécessitera bien sûr des efforts, à commencer par mieux «vendre» la ville. «On n'est pas bons pour se vendre, a précisé Daniel Lamarre au cours d'un point de presse. On dépense tellement de nos énergies à parler de nos problèmes qu'on oublie de dire ce qui est bon. [...] On va devoir apprendre à se vendre à l'étranger. Beaucoup d'entreprises québécoises qui pourraient réussir à l'étranger restent ici.»

    «C'est difficile pour une ville comme Montréal de se positionner aux côtés de villes comme New York ou Londres, a-t-il ajouté.

    Mais on n'a pas à faire ça. On peut se positionner à côté d'une ville comme Barcelone. Il n'y a pas une fois où j'ai reçu des étrangers qui n'avaient pas la mâchoire à terre. Ils ne s'attendaient pas à voir l'ampleur des infrastructures du Cirque du Soleil. S'ils vont chez Ubisoft, c'est impressionnant aussi.» Qui plus est, les coûts demeurent raisonnables pour le démarrage d'une entreprise, ou encore pour son implantation.

    Le Québec a donc la possibilité d'attirer ici des entreprises, mais aussi de stimuler la «créativité» de ses promoteurs. M. Lamarre croit toutefois que l'impulsion viendra des entrepreneurs privés, et non d'un soutien accru des gouvernements. Avec, à la clé, un impact économique significatif. «La créativité ne va pas uniquement amener des produits culturels, mais aussi tout ce qui gravite autour. Quand on parle de création, on parle d'emplois.» Il cite comme exemple Solotech, qui fournit notamment l'équipement de sonorisation pour le nouveau spectacle sur l'oeuvre de feu Michael Jackson. «Elle commence à être connue mondialement. Elle ne travaille pas seulement avec le Cirque du Soleil, mais aussi avec Céline Dion.»

    Le Cirque bénéficie lui-même d'une très forte présence internationale. À l'heure actuelle, pas moins de 22 spectacles sont présentés un peu partout dans le monde. Et parfois pendant plusieurs années. Le spectacle Love, sur l'univers musical des Beatles, en est à sa cinquième année de représentations à Las Vegas. L'entreprise, qui compte 5000 employés, espère maintenant percer davantage en Asie, notamment en Chine.

    Même si les choses vont bien pour l'empire qu'est devenu le Cirque du Soleil, son président estime néanmoins qu'une certaine «incertitude» continuera de peser sur les activités de l'entreprise au cours des prochains mois, en raison de la situation économique aux États-Unis et en Europe.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.