Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Démographie - Québec veut des «retraités actifs»

    Québec — Préoccupé par le faible taux de participation des 55-70 ans au marché du travail, le gouvernement Charest créé une «commission nationale» sur le «vieillissement actif».

    Dirigée par la présidente de la Fédération des chambres de commerce, Françoise Bertrand, et l'ancien sous-ministre et «retraité actif» Gilles Demers, la nouvelle Commission nationale sur la participation au marché du travail se voit confier un budget de recherche de 1 million. Son mandat consistera à réfléchir sur ce que le gouvernement peut faire pour contrer le renversement de la pyramide démographique.

    Le gouvernement est particulièrement préoccupé par le fait que le taux de participation au marché du travail des 55-70 ans est «relativement peu élevé» en comparaison avec ce qu'on observe en Ontario.

    L'Institut de la statistique du Québec estime que la population en âge de travailler va commencer à décliner à compter de 2014, ce qui entraînerait une baisse de 0,2 % du PIB à partir de 2021, soit le tiers de la croissance escomptée. «Cela signifie qu'en raison des seuls changements démographiques, la croissance du PIB réel pourrait être réduite de 0,8 % annuellement de 2021 à 2025, comparativement à la moyenne des 27 dernières années», fait-on valoir dans les documents budgétaires.

    La Commission, qui devra déposer un rapport d'ici février 2011, devra mener des consultations auprès d'experts, de représentants des 55-70 ans et de groupes d'intérêts (syndicats, patrons, etc.). On souhaite qu'elle explore de nouveaux modèles d'organisation du travail pour sortir des sentiers battus et qu'elle étudie la possibilité d'introduire des mesures fiscales pour inciter les retraités à continuer à travailler. On lui demande aussi d'évaluer si les régimes de retraite sont adaptés au contexte démographique.

    Toujours au chapitre des mesures touchant spécialement les aînés, le gouvernement Charest bonifie également le crédit d'impôt dédié au maintien à domicile des personnes âgées en assouplissant ses critères d'admissibilité, changement qui devrait toucher 12 000 personnes, plaide-t-on. Enfin, Québec renouvelle l'effort pour soutenir les aidants naturels, qui héritent de 2 millions supplémentaires.

    Hier, l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP) s'est dite «amèrement déçue» par ces mesures. Se disant «très préoccupée par l'effet des hausses de la TVQ et des tarifs gouvernementaux sur la clientèle aînée», l'Association estime que les mesures d'atténuation prévues par le gouvernement (exemption limitée pour la contribution santé et crédit d'impôt pour la solidarité financé en partie par des provisions déjà annoncées) sont trop faibles.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.