Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le Fonds FTQ accuse Quebecor de boycotter ses publicités

    Le Fonds de solidarité de la FTQ accuse Quebecor de refuser de diffuser ses publicités à cause de son appui aux employés en lockout du Journal de Montréal.


    Le président de la FTQ, Michel Arsenault, n'en revenait tout simplement pas hier de la décision de Quebecor inc. de tourner le dos à un contrat de publicité de «plus d'un million». «Avez-vous déjà vu ça, vous? Moi, jamais. C'en est quasiment comique», a-t-il déclaré dans un entretien téléphonique avec Le Devoir.

    Celui qui préside aussi le conseil d'administration du Fonds de solidarité de la FTQ n'a cependant pas le coeur à rire. «C'est insultant, s'exclame-t-il. On n'a pas la gale! La fameuse convergence ne devrait pas servir au contrôle de l'information.»

    La campagne publicitaire en question n'a rien de particulier, plaide-t-il. Toutes les institutions financières en ont une semblable à l'approche de la saison des REER. Visant à aller chercher 700 millions en nouvelles souscriptions, la campagne du Fonds de solidarité présente différentes entreprises québécoises dans lesquelles on a investi, vantant les retombées économiques et les emplois créés ainsi que les rendements générés pour les actionnaires du Fonds.

    Un peu plus de la moitié du budget total de la campagne du Fonds de solidarité était destinée aux différents médias de Quebecor, de ses hebdomadaires au Journal de Québec, en passant par la chaîne de télévision TVA ou encore la chaîne spécialisée Canal Argent. «On ne voulait pas annoncer dans Le Journal de Montréal pour des raisons évidentes, explique Michel Arsenault, ils sont en lockout et on est un fonds de travailleurs.»

    La décision n'aurait pas été appréciée par le président et chef de la direction de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, rapporte le président de la FTQ, et il le lui aurait fait savoir lors d'une conversation téléphonique la semaine dernière. «Ç'a été une conversation assez virile, comme on dit, raconte-t-il. Il m'a dit: si vous ne voulez pas avoir votre publicité dans Le Journal de Montréal, nous, on n'en veut pas nulle part. Il m'a dit ensuite que ça ne visait pas le Fonds de solidarité en particulier, mais que c'était leur politique générale.»

    La décision a été confirmée en fin de semaine. C'est alors que les publicités du Fonds de solidarité, qui avaient commencé à être diffusées sur les chaînes de télévision de Quebecor, ont été retirées.

    Michel Arsenault qualifie la décision du patron de Quebecor «d'inquiétante». Il dit s'en faire non seulement pour la libre circulation de l'information, mais aussi pour les employés à la publicité de Quebecor, qui perdront ainsi de belles commissions, et pour les actionnaires de la compagnie. «Quebecor est une entreprise publique. Elle n'est pas la seule propriété de Pierre Karl Péladeau. Elle appartient aussi à la Caisse de dépôt et aux autres actionnaires. Il va y avoir des questions à la prochaine assemblée des actionnaires.» En lockout depuis le mois de janvier, les employés du Journal de Montréal ne sont pas affiliés à la FTQ, mais à la CSN.

    Malgré des efforts répétés, Le Devoir n'est pas parvenu hier à joindre un porte-parole de Quebecor.


    Déjà vu

    Ironiquement, cette histoire ressemble à une autre dispute à laquelle Quebecor avait également été mêlée, mais où cette fois c'est elle qui se plaignait d'avoir été injustement boycottée par un annonceur. Décrétée au printemps 2002 alors que Quebecor et BCE s'accusaient mutuellement de concurrence déloyale sur le marché de la câblodistribution, la décision était venue de la société mère de Bell Canada, qui avait retiré toutes ses publicités des filiales de Quebecor après que cette dernière eut porté son affaire devant le CRTC.

    Quebecor avait alors très mal réagi à la perte d'un contrat évalué entre 10 et 15 millions. «Il ne fait pas de doute que ce sont des représailles, avait déclaré son porte-parole de l'époque, Luc Lavoie. On s'attaque à nos droits de recourir aux tribunaux et aux instances appropriées dans la défense de nos intérêts.»












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.