Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Hydro verse désormais le plein taux de redevances

    La société d'État a réalisé un bénéfice de 1,45 milliard au premier trimestre, grâce notamment aux exportations d'électricité

    Le fait d'avoir reçu la somme supplémentaire de 117 millions pour la vente des actifs de Transelec a permis à Hydro-Québec de contrebalancer les redevances à plein taux que lui demande le gouvernement du Québec depuis le 1er janvier.

    Au cours du premier trimestre de 2008, Hydro-Québec a réalisé un bénéfice net de 1,45 milliard, comparativement à 1,43 milliard l'an dernier. Outre l'ajustement de la transaction chilienne, Hydro-Québec a exporté plus d'électricité que l'an dernier, si bien qu'une baisse de prix ne l'a pas empêchée de récolter 37 millions de plus.

    Les redevances versées au gouvernement du Québec ont triplé par rapport à l'an dernier. Pour les seuls trois premiers mois de 2008, Hydro-Québec a envoyé à Québec 169 millions en redevances, soit 104 millions de plus qu'à la même période en 2007.

    Cette obligation de redevances découle d'une décision prise il y a deux ans. Lors du dévoilement du budget de mars 2006, le ministre des Finances, Michel Audet, avait annoncé que la société d'État serait «graduellement assujettie» aux redevances hydrauliques prévues par la Loi sur le régime des eaux qui s'appliquent déjà aux producteurs privés d'électricité. Cette mesure est entrée en vigueur le 1er janvier 2007.

    «Hydro-Québec sera invitée à absorber les coûts de ces redevances principalement par la réalisation de gains d'efficacité et par l'augmentation des revenus liés à l'exportation. S'il y a lieu, le gouvernement sera disposé à modifier, dans le temps, les résultats attendus d'Hydro-Québec», avait dit M. Audet.

    L'implantation «graduelle» des redevances a fait en sorte que le taux imposé à Hydro-Québec en 2007 n'était qu'un «demi-taux». Depuis le 1er janvier 2008, le plein taux s'applique.

    C'est dans ce budget de mars 2006 que le ministre Audet avait annoncé la création du Fonds des générations et indiqué que les redevances déjà perçues par Québec auprès des producteurs privés seraient graduellement versées à ce fonds.

    L'opposition péquiste avait vivement réagi à la modification de la Loi sur le régime des eaux. «En choisissant d'assujettir Hydro-Québec à la loi, le gouvernement refile une facture de 500 millions à Hydro-Québec, ce qui aura pour effet direct que la société d'État réclamera des hausses de tarifs à la Régie de l'énergie, avait dit le député François Legault. Plutôt que de dire directement aux Québécois qu'une partie de leur facture d'électricité servira à financer ce fonds, le gouvernement Charest préfère faire porter l'odieux à Hydro-Québec.»

    La filiale Hydro-Québec Production, celle qui verse les redevances, a donc enregistré un bénéfice net de 840 millions, comparativement à 907 millions l'an dernier.

    L'exportation d'électricité, qui a rapporté 37 millions de plus qu'en 2007, s'est faite au prix de 8 ¢ le kilowattheure, un peu moins que les 8,5 ¢ de l'an dernier. Hydro-Québec explique cette variation de prix par le taux de change, ce qui signifie que les 37 millions sont le résultat d'une plus grande quantité d'électricité exportée.

    Ajustement au Chili

    Par ailleurs, la somme de 117 millions pour la disposition des actifs de Transelec au Chili est un ajustement qui découle de certaines clauses au contrat de vente de 2006, a dit lors d'une conférence téléphonique le directeur financier d'Hydro-Québec, Daniel Garant.

    «Il y en avait une pour le fonds de roulement, et aussi pour la valeur de la base d'actifs au chapitre réglementaire, a dit M. Garant. Il y a eu un processus qui a culminé en janvier 2008 par un décret des autorités chiliennes établissant à un niveau plus élevé la valeur de la base tarifaire, ce qui a donné lieu à un ajustement de prix pour les actifs.»

    La filiale Hydro-Québec Distribution, qui couvre l'infrastructure à partir des postes de transformation jusqu'aux habitations, a affiché un bénéfice net de 362 millions, en baisse de 31 millions. Selon Hydro-Québec, cela s'explique «surtout par la hausse de la charge d'amortissement liée aux actifs et passifs réglementaires établie selon les décisions de la Régie de l'énergie».
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel