Les cinq affreux géants de l'Internet

La domination dans le marché des GAFA (pour Google, Amazon, Facebook et Apple), ou de ce qu’un chroniqueur techno du «New York Times» appelle les Frightful Five (les cinq affreux) pour ajouter Microsoft à la bande, est difficile à contester.
Photo: Loïc Venance Agence France-Presse La domination dans le marché des GAFA (pour Google, Amazon, Facebook et Apple), ou de ce qu’un chroniqueur techno du «New York Times» appelle les Frightful Five (les cinq affreux) pour ajouter Microsoft à la bande, est difficile à contester.

Ils sont une poignée à contrôler la nouvelle économie. Plus encore, ils sont au coeur du fonctionnement de nos sociétés, de nos institutions démocratiques et même de nos vies personnelles. Pourtant, on commence à peine à se demander s’il n’y aurait pas lieu d’en limiter la puissance. Mais le pouvons-nous seulement ?

Le procureur général du Missouri a lancé, la semaine dernière, aux États-Unis, une enquête contre le géant américain de l’Internet Google, qu’il soupçonne d’avoir utilisé abusivement les données personnelles des utilisateurs et de se servir de sa position dominante pour manipuler les résultats de recherche à son avantage. L’initiative s’inspire largement d’actions récemment entreprises par les autorités européennes de la concurrence contre les grands des nouvelles technologies qui ont conduit notamment à l’imposition en juin d’une amende de 2,4 milliards d’euros contre Google et à une entente à l’amiable avec Amazon. On dit que d’autres États américains pourraient imiter le Missouri, mais les autorités fédérales américaines se sont encore récemment dites hostiles, pour leur part, à l’idée d’utiliser la législation antitrust contre les géants du secteur.

 

3000 milliards

 

La domination dans le marché des GAFA (pour Google, Amazon, Facebook et Apple), ou de ce qu’un chroniqueur techno du New York Times appelle, comme on le ferait pour des supervilains de bandes dessinées, les Frightful Five (les cinq affreux) pour ajouter Microsoft à la bande, est difficile à contester. On estime par exemple que presque la moitié de tout le commerce électronique passe par Amazon, que Facebook contrôle plus des trois quarts des échanges sur les réseaux sociaux et que Google règne sur plus de 80 % du marché des moteurs de recherche sur Internet, rapportait le mois dernier le Financial Times citant des sources américaines. Facebook et Google avalent aussi la moitié de la tarte de la publicité numérique. Pas étonnant que les marchés attribuent aux cinq affreux une valeur boursière étourdissante de plus de 3000 milliards qui reflète bien le poids hors du commun qu’on leur prête dans l’économie mondiale.

 

Le nouvel or noir

 

Il n’est pas seulement question d’un tout petit nombre d’entreprises qui dominent leur industrie, il s’agit aussi de l’importance cruciale de cette industrie.

 

Les cinq affreux sont au coeur du secteur économique qui connaît la plus forte croissance et qui jette vraisemblablement les bases de l’économie à venir. Le moteur de cette révolution industrielle n’est pas le pétrole, ni même les ordinateurs, mais les données qu’ils amassent, croisent, analysent et mettent à leur service en quantité exponentielle à mesure où désormais presque chaque humain et chaque machine échangent de façon ininterrompue des informations sur eux-mêmes et les autres. Contrairement à un fabricant de boulons ou un vendeur d’assurances, les cinq affreux se trouvent ainsi de plus en plus au milieu de tous les faits et gestes de nos entreprises, de nos institutions collectives et de nos vies personnelles.

 

On croirait dans ce contexte que les autorités chargées d’éviter qu’une entreprise acquière une position trop dominante dans un secteur se seraient mises depuis longtemps sur leur cas.

 

On sait, par exemple, qu’ils sont passés maîtres dans l’art non seulement d’étouffer ou d’acheter tout concurrent sérieux aussitôt qu’il pointe le nez, mais aussi de profiter de leur rôle central pour rediriger le flot du trafic Internet en leur faveur. Leur collecte d’un volume sans cesse plus grand de données leur permet aussi de voir venir les nouvelles tendances et de s’y adapter avant tout le monde.

 

Or, mis à part Microsoft à la fin des années 1990, ils n’ont pas eu à répondre de leur position hégémonique jusqu’à tout récemment.

 

Cela tient, entre autres, à l’extrême rapidité de leur expansion et à la sympathie naturelle que le public a eu tendance à accorder à ces inventeurs en série de jouets technologiques capables de nous simplifier la vie. Cela tient aussi beaucoup au fait que les lois antitrust font une fixation sur les prix demandés aux consommateurs et que, loin de les pousser artificiellement à la hausse, les cinq affreux ont plutôt eu tendance à réduire nos coûts de transaction.

 

Nos affreux

 

Mais cela n’est peut-être qu’une question de temps avant qu’ils se mettent à tricher sur les prix. Et puis, la barrière qu’ils dressent à l’entrée de nouveaux concurrents ne nuit-elle pas malgré tout à l’innovation ? Après tout, l’apparition de Facebook et de Google n’aurait peut-être pas été possible si l’on n’avait pas freiné les ambitions de Microsoft.

 

Les actions de la Russie visant à utiliser les réseaux sociaux pour influencer les dernières élections américaines ont également montré que ces enjeux ne sont pas seulement de nature économique.

 

La place centrale de ces compagnies dans nos sociétés en fait aussi des cibles idéales pour les criminels et les terroristes.

 

Et que dire du droit de regard sur l’utilisation et la sécurité de toutes ces données personnelles amassées grâce à notre propre insouciance et les indiscrétions de nos ordinateurs portables, électroménagers intelligents et prochaines automobiles sans conducteur ?

 

Le fait que l’on n’ait à composer qu’avec un groupe restreint de grandes compagnies facilitera leur encadrement, estiment certains.

 

Le fait qu’elles soient toutes américaines explique sans doute pourquoi les États-Unis ont tant tardé à le faire jusqu’à présent et que c’est en Europe qu’on a bougé en premier.

 

Parions qu’on entendra dire qu’à trop s’en prendre à nos cinq affreux, on finira par servir les intérêts d’autres affreux, mais de la Chine cette fois.

 

Les gouvernements semblent malgré tout vouloir commencer à serrer les vis, mais cela ne semble pas trop inquiéter les principaux intéressés. Inspirés par l’exemple d’autres oligopoles en finances ou dans les télécommunications, ils promettent de s’autoréglementer, versent de généreuses contributions électorales et font le dos rond en attendant que ça passe.

2 commentaires
  • Céline Delorme - Abonnée 24 novembre 2017 20 h 37

    Suggestion de lecture.

    Merci M Desrosiers, pour cet excellent article.
    Comme vous le démontrez, l'économie n'est pas qu'un affaire de chiffres, mais un reflet de notre société.
    Qui contrôle "le fonctionnement de nos sociétés, de nos institutions démocratiques et même de nos vies personnelles?"
    Pour les intéressés, je suggère la lecture de "Homo deus" de M. Harari. Cet auteur fait une brillante vulgarisation de ce sujet, avec d'abondantes références, sans verser du tout dans la théorie simpliste du complot. Il pose les bonnes questions, auxquelles il se garde bien de répondre, en auteur intelligent qu'il est.

  • Claude Coulombe - Abonné 24 novembre 2017 23 h 57

    On dit GAFAM

    L'acronyme GAFAM pour Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft en ordre d'influence décroissante est maintenant usuel.