Fiat Chrysler va créer 2000 emplois aux États-Unis

Le constructeur investira un milliard de dollars d’ici à 2020 dans deux de ses usines dans le Michigan et l’Ohio.
Photo: Antonio Calanni Associated Press Le constructeur investira un milliard de dollars d’ici à 2020 dans deux de ses usines dans le Michigan et l’Ohio.

Washington — Le groupe américano-italien Fiat Chrysler a annoncé dimanche la création de 2000 emplois aux États-Unis au moment où les constructeurs automobiles sont sommés par le président élu Donald Trump de freiner leurs délocalisations vers le Mexique.

 

Le constructeur investira un milliard de dollars d’ici à 2020 dans deux de ses usines dans le Michigan et l’Ohio, dans le nord-est du pays, où seront créés ces nouveaux emplois, assurant ainsi « renforcer sa base manufacturière » aux États-Unis, précise son communiqué publié à la veille de l’ouverture du salon automobile de Detroit.

 

L’annonce intervient surtout alors que le futur président américain, élu sur la promesse de ramener des emplois industriels aux États-Unis, a multiplié cette semaine les attaques contre les géants de l’automobile, accusés d’implanter leurs usines au Mexique pour y fabriquer à moindre coût des voitures destinées aux États-Unis.

 

Par tweets interposés, M. Trump, qui prendra ses fonctions le 20 janvier, s’en est ainsi pris tour à tour au numéro un américain du secteur General Motors et au leader mondial, le japonais Toyota.

 

Également durement critiqué par le président élu, l’américain Ford a lui décidé mardi d’abdiquer en annulant la construction d’une usine au Mexique pour investir dans une de ses installations existantes dans le Michigan et y créer 700 emplois.

 

Fiat Chrysler a pour l’heure été épargné par les attaques du président élu, mais n’est toutefois pas à l’abri. Il a ainsi récemment transféré vers le Mexique la production de sa Jeep Compass qui commencera à être exportée vers les États-Unis à partir de la fin janvier.