Le cas Apple va «stimuler» le débat, dit Jack Lew

Le secrétaire américain au Trésor, Jack Lew
Photo: Spencer Platt / Getty Images / Agence France-Presse Le secrétaire américain au Trésor, Jack Lew

Washington — La décision européenne d’obliger Apple à rembourser à l’Irlande plus de 13 milliards d’euros va stimuler le débat sur la réforme des impôts des entreprises aux États-Unis, a affirmé lundi le secrétaire américain au Trésor Jack Lew.

 

« Je ne vais pas défendre des sociétés qui cherchent des taux d’imposition zéro ou très bas en prenant avantage d’échappatoires fiscales ou de paradis fiscaux », a affirmé M. Lew lors d’une conférence à Washington. « On aimerait bien éliminer ces lacunes fiscales et la réforme de l’impôt est un moyen de le faire », a-t-il affirmé, ajoutant que « l’initiative de l’Union européenne est quelque chose qui va stimuler le débat sur la réforme », qui reste bloquée au Congrès depuis des mois.

 

« J’espère que l’idée que la Commission européenne puisse puiser dans notre assiette fiscale et nous prendre des revenus d’impôts qui nous reviennent va aider à susciter un débat sur la réforme de la fiscalité » des entreprises, a-t-il insisté. « Si le fait qu’on perde des milliards de dollars de notre assiette fiscale au profit d’une autre autorité n’attire pas l’attention, je me demande ce qui va le faire », a conclu le secrétaire au Trésor.

 

À l’issue de trois ans d’enquête, l’UE a sommé Apple le 30 août de rembourser à l’Irlande 14,5 milliards de dollars au titre d’avantages indus entre 2003 et 2014, suscitant la colère de Washington. L’Irlande a annoncé qu’elle ferait appel de cette décision de la Commission européenne.