Le prix payé pour nous habiller

<div>
	Des travailleuses assistent aux funérailles de collègues mortes dans l’effondrement de l’édifice Rana Plaza, au Bangladesh. </div>
Photo: Agence France-Presse (photo) Munir Uz Zaman
Des travailleuses assistent aux funérailles de collègues mortes dans l’effondrement de l’édifice Rana Plaza, au Bangladesh. 

Il y a quelques semaines, le détaillant H&M, deuxième joueur mondial du prêt-à-porter, a fait ce que d’autres n’oseront jamais : publier l’adresse des 1800 usines — et le nom des 785 propriétaires — qui fabriquent ce qui se retrouve dans ses 2800 magasins. Passée inaperçue, la recension révèle toute l’ampleur d’une industrie complexe, ultrarapide et à ce point tentaculaire que près de 90 % des vêtements achetés au Canada viennent maintenant de l’étranger.

« Cette industrie peut aller où elle veut dans le monde, plus ou moins d’un jour à l’autre, envoyer d’énormes commandes à ce fournisseur plutôt qu’à celui-là, dit Kevin Thomas, porte-parole du Maquila Solidarity Network (MSN), basé à Toronto. Ça veut dire que la concurrence est beaucoup plus forte, et certains pays sont plus disposés à tourner les coins rond. »
 
La mort de plus de 500 personnes dans l’effondrement de l’édifice Rana Plaza, au Bangladesh, a remis à l’ordre du jour les conditions de travail des ateliers d’assemblage et, du coup, braqué les projecteurs sur la migration rapide de l’industrie, dont certains acteurs ont récemment trouvé que les salaires en Chine, jadis insignifiants, avaient trop augmenté. On s’est vite tourné vers de nouvelles sources, notamment le Bangladesh où le coût de la main-d’œuvre, selon un rapport de l’ONU en 2008, atteignait 22 ¢ l’heure. Une aubaine comparativement aux taux de 86 ¢ à 1,08 $ observés le long de la côte chinoise.
 
De 2003 à 2012, la part du Bangladesh dans les importations de vêtements au Canada est passée de 5 à 11 % (de 300 millions à 1 milliard par année), ce qui le place au deuxième rang. Car, malgré un recul au cours des dernières années, selon Industrie Canada, la Chine demeure indélogeable au sommet du palmarès : 4,2 milliards par année pour 47 % du marché. Le Vietnam et le Cambodge, pendant ce temps, ont fait des bonds de géant, passant de quelques dizaines de millions à des centaines.
 
« Il y a eu la fin des quotas sur le textile en 2005, et depuis c’est la mêlée générale, dit Kevin Thomas, de MSN. Les compagnies jouent les pays les uns contre les autres, les sous-traitants les uns contre les autres, et on fait baisser les prix avec les conséquences que l’on connaît sur les salaires et les conditions de travail. »

Jouer la transparence

Le rapport de développement durable de H&M joue à fond la carte de la transparence. Par exemple, l’entreprise affirme sans détour que les heures supplémentaires dans les usines représentent un « énorme défi » pour l’industrie. La compagnie demande à ses fournisseurs de respecter la loi des pays respectifs, mais à la fin de 2012, le taux de conformité observé chez ceux-ci était de seulement 17 %. Et voilà que le détaillant fait un étonnant mea-culpa.
 
« Une façon de réduire les heures supplémentaires serait de changer notre propre comportement d’achat — des délais de livraison raisonnables, une communication claire et une planification à long terme aident les fournisseurs à mieux organiser leurs effectifs et à réduire les heures supplémentaires pour respecter les échéances de production », écrit H&M.
 
Selon Bob Kirke, qui dirige la Fédération canadienne du vêtement, le champion incontesté dans la rapidité d’exécution est Zara, qui appartient au groupe espagnol Inditex, premier joueur mondial. Oui, la pression envers les fournisseurs peut venir d’une chaîne de magasins, mais la pression du consommateur vient exacerber le tout. Bienvenue dans le monde du fast fashion.
 
« Du défilé de mode au magasin, c’est moins de 30 jours. C’est le standard, et tout le monde se trouve derrière Zara. C’est époustouflant, dit M. Kirke. Ce qui prenait six mois prend maintenant un mois, avec ce qui est essentiellement la même méthode de fabrication. »
 
Pour bien comprendre le recours aux pays en développement, la déconstruction des coûts apporte un éclairage pratique. Selon une étude de 2005 citée par infoDev, un programme spécial de la Banque mondiale, un t-shirt en coton vendu aux États-Unis coûtait 6,80 $ à assembler (3 $ pour le tissu, 2 $ pour la main-d’œuvre et 1,80 $ pour les quotas de l’époque). En ajoutant les douanes et le transport, on grimpait à 8,58 $. La marge de profit à l’étape du gros, et on arrive à 12,26 $. Ajoutez maintenant la marge qui s’ajoute en magasin, et l’étiquette affiche 30,65 $.
 
Le recours aux pays en voie de développement pour la fabrication vestimentaire, ou ce qu’on appelle l’approvisionnement international, ne va pas disparaître, dit Bob Kirke. « C’est avec l’industrie vestimentaire qu’il a commencé. […] On a développé une incroyable capacité à expédier les choses d’un bout à l’autre du monde, mais parfois on peut aussi ralentir, rester à un endroit et améliorer les normes. »
 
Le rôle des chefs de file

M. Kirke n’exclut pas que d’autres listes du genre voient le jour éventuellement, mais les compagnies sont souvent réticentes à dévoiler ces informations, dit-il. L’industrie du vêtement est composée de toutes sortes d’entreprises, de grands joueurs mais aussi des petits. « H&M est un acteur de premier plan, un participant important au Bangladesh, et il peut le faire. Mais c’est rare, ç’a toujours été rare et ça va continuer de l’être. » Les chefs de file devraient en faire plus, a-t-il dit, et H&M est un modèle à ce chapitre.
 
Aux yeux de Kevin Thomas, de MSN, la publication de la liste par H&M est un pas de géant. « C’est un des gros acteurs de l’industrie, mais aussi, la compagnie refusait jusqu’ici de dévoiler cette information. Non seulement ça met vos fournisseurs en garde, mais la marque elle-même, la chaîne, doit maintenant faire plus d’efforts car elle ne peut plus rien cacher. » Les organismes comme MSN aimeraient voir davantage de gestes comme celui-là, mais les entreprises, affirme-t-il, font valoir des impératifs de confidentialité pour des raisons de concurrence. « C’est un peu mince, surtout quand on sait que deux concurrents peuvent faire affaire avec le même fournisseur, dont une ligne d’assemblage peut fabriquer du Nike et la ligne suivante, de l’Adidas. »
 
La pression des coûts

Mais l’industrie vestimentaire occidentale paie des salaires tout aussi occidentaux, et il ne faut pas grand-chose, parfois, pour qu’une entreprise rentable affiche des pertes, dit Saibal Ray, expert en gestion des opérations et en chaînes d’approvisionnements à l’Université McGill.
 
« Pour les vêtements de tous les jours, l’approvisionnement à l’international est important à cause de la concurrence, de la pression sur les coûts. Mais la Chine n’est plus aussi abordable, dit M. Ray. La Chine fait maintenant affaire avec le Vietnam et le Bangladesh. Mais même un écart de 20 % ou 25 % sur les coûts, qui n’a pas l’air grand, ça peut être le facteur déterminant entre un profit et une perte. »
 
Cependant, il est parfois difficile pour une entreprise d’ici d’avoir toute l’information concernant l’endroit où est fabriqué un produit par un fournisseur étranger, dit M. Ray. La présence d’intermédiaires, qui ont leurs propres listes d’usines et de contacts, complique les choses. « C’est un gros problème dans les chaînes d’approvisionnement », dit-il. Les processus de vérification ont pris plus d’importance — prenons le cas d’Apple depuis quatre ou cinq ans —, mais une telle opération vient ajouter un coût supplémentaire au produit final, selon M. Ray.
 
Maintenant que la production s’est déplacée de la Chine aux pays voisins, une prochaine migration est-elle déjà à l’horizon ? « Les gens croient que c’est peut-être l’Afrique », dit Saibal Ray, originaire du Bengale-Occidental, voisin du Bangladesh. « Et les problèmes que l’on voit au Bangladesh, on les verra là-bas. »

***

Écarts salariaux

Salaire des ouvriers du textile au Bangladesh (en 2008): 22¢ de l’heure*
Cambodge : 33 ¢   
Vietnam : 38 ¢
Chine : 55 ¢ à 94 ¢, ou à la pièce
Salaire minimum au Québec : 10,15 $
 
*Source: Jassin Consulting Group  


33 commentaires
  • Nicole Bernier - Inscrite 4 mai 2013 04 h 20

    Créer du chômage ici, appauvrir les autres peuples et finir par considérer les peuples de l'Occident comme les plus évolués...Si l'Occident est la grande puissance, n'est-elle donc la grande responsable de l'État du Monde?

  • Nicole Bernier - Inscrite 4 mai 2013 04 h 21

    Est-ce que notre individualisme et notre modernité basée sur l'hyper consommation servant à justifier notre statut de supériorité nous a rendu à ce point aveugle et irresponsable? En Asie, des populations entières sortent dans les rues parce qu'un enfant de 5 ans meurt après avoir été violé, nous, les cultures occidentales, l'esclavage sexuel des enfants et la violence pornographique qui détruit la vie de plein d'enfants (statistique officielle aux E.U.: 1 femme sur 4 et un 1 garçon sur 6 sera agressé sexuellement au cours de sa vie) n'a pas fait sortir un seul groupe dans la rue... Et, comme Occidentaux, si on ajoute comme on le voit dans cet article comment les pays du Premier Monde affame les peuples du Tiers Monde et comment les gouvernements occidentaux et leurs services secrets privés ou publics alimentent des guerres dans des régions comme le Moyen-Orient pour limiter leur développement et s'emparer de leurs ressources, comment peut-on prétendre que nous sommes les peuples les plus évolués? Pourquoi sommes-nous incapable de voir les conséquences de nos choix sur les autres peuples? Pourquoi a-t-on le culot de regarder les populations asiatiques ou africaines avec du dédain pour leurs modes de vie, alors que plusieurs de leurs choix ont beaucoup moins d'effet néfaste sur la population mondiale. À l'université, on n'arrête pas de dire aux jeunes que nous détenons toutes les réponses et que nous devons imposer notre mode de vie aux autres peuples parce que nous sommes supérieures... Quand je lie un article aussi plein de vérité que l'article de M. Desjardins et que je vois que certains propriétaires de grosse compagnie comme H&M font acte de transparence, c'est là que l'espoir renait... J'espère que nous parviendrons, comme société, à devenir pleinement responsable de nos choix en Occident et comme nos choix ont des répercussions sur toute la planète autant au niveau des populations qu'au niveau de l'environnement.

    • Martin Maynard - Inscrit 4 mai 2013 09 h 25

      Vous avez raison mais vous savez ce qui dicte notre société aujourd'hui c'est le "me, myself and I". Il y a encore des gens qui en font un peu plus pour les autres mais ils sont une minorité.

    • Élisabeth Germain - Abonnée 4 mai 2013 09 h 56

      Ah madame! Le mouvement communautaire au Québec se bat justement pour la justice sociale, ici et là-bas et partout, pour que cesse l'exploitation sexuelle ici et partout, pour que le système néo-libéral soit mis au pas, pour que notre consommation devienne responsable... Mais il est peu visible dans les médias, décrié et accusé de violence quand ils en parlent. Vous souvenez-vous du printemps érable? Les médias en ont fait un show d'étudiants gâtés et de révolutionnaires à baillonner. Je vous souhaite de lire entre les lignes et de décoder ce qui se passe vraiment lorsqu'on esssaie de changer ce système.

    • Gaétan Parent - Inscrit 4 mai 2013 21 h 47

      Ici c'est le confort et l'indifférence... et le hockey.

  • Marc Collin - Inscrit 4 mai 2013 04 h 40

    salaire bas

    Bien de grand marque font pareil dans d'autre domaine nike, adidas..... pourtant les gens achètent tout de même au lieu d'acheter du made in canada, quebec, france...

    • Nicole Bernier - Inscrite 4 mai 2013 08 h 34

      Monsieur, vous semblez oublier ce que font nos entreprises canadiennes dans ces mêmes pays et ce que le Québec fait avec sa corruption (SNC-Lavalin)... La séparation ne nous rendra pas meilleure comme société... si nous avons le même genre de leaders... Il faut se rendre loin dans la simplicité volontaire pour échapper aux règles du jeux du capitalisme, est-ce le seul moyen?

  • France Marcotte - Abonnée 4 mai 2013 06 h 42

    Pas cher pas cher

    Le prix à payer pour nous habiller pas cher vous voulez dire.

    Ce serait moins indécent de se promener tout nu que d'encourager cette industrie esclavagiste.


    Mais nous voilà coincés dans une si belle dynamique que de boycotter ces produits affamerait davantage les esclaves à l'autre bout du fil.

    Comment être solidaire sans leur faire passer un très très mauvais quart d'heure?

  • Jean-Pierre De Montigny - Inscrit 4 mai 2013 06 h 47

    Salaires en Chine

    Vous ne trouverez personne à $0.55 à $0.94 en Chine. Et si on veut comparer des pommes avec des pommes, il faut considérer que les employés d'usines sont généralement logés et nourris.

    • Sylvie Giguère - Inscrit 4 mai 2013 09 h 43

      Vous manquez d'information. Logés dans des taudis humides, à 6 dans la même chambre, des journées de 16 et 24 heures, de la nourriture au minimum. Obligés de laver leurs vêtements à la main et de les faire sécher dans leurs chambres....

    • Martin Maynard - Inscrit 5 mai 2013 08 h 15

      M De Montigny
      J'espère que vous n'ètes pas sérieux?
      Comme vous dites comparons les pommes avec les pommes, les esclaves étaient aussi "logés et nourris".