Équilibre budgétaire - Priorité à la hausse des tarifs d'Hydro

«À quoi sert l’Hydro dorénavant: à se payer des bas tarifs ou à nous aider en santé, à nous aider à réduire la dette à long terme? L’électricité, c’est sûr que c’est une piste de solution qu’il faut avoir», a déclaré hier le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir «À quoi sert l’Hydro dorénavant: à se payer des bas tarifs ou à nous aider en santé, à nous aider à réduire la dette à long terme? L’électricité, c’est sûr que c’est une piste de solution qu’il faut avoir», a déclaré hier le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand.

Québec — Alors que s'amorcent les consultations prébudgétaires, la hausse des tarifs d'électricité vient au premier rang des moyens que préconise le ministre des Finances, Raymond Bachand, pour sortir de l'impasse financière de 5 milliards qui attend le Québec en 2013-14. En deuxième place arrive le contrôle des coûts en santé par l'augmentation de la productivité, ainsi que par la possible création d'une «contribution santé».

En matière de tarifs d'électricité, «il y a une question de fond: quel est l'écart qu'on veut par rapport à l'Ontario?», a demandé Raymond Bachand dans une allocution qu'il a prononcée hier lors du colloque, organisé par CIRANO et la chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques de l'Université de Sherbrooke, sur les enjeux des finances publiques du Québec.

«À quoi sert l'Hydro dorénavant: à se payer des bas tarifs ou à nous aider en santé, à nous aider à réduire la dette à long terme? L'électricité, c'est sûr que c'est une piste de solution qu'il faut avoir», a soutenu Raymond Bachand devant un auditoire d'économistes tous convaincus que la «rente» d'Hydro-Québec doit maintenant servir à payer les services publics. À titre de comparaison, le consommateur résidentiel paie 6,7 ¢ le kWh au Québec tandis qu'en Ontario, le tarif avoisine les 11 ¢.

En deuxième lieu, il faut maîtriser les coûts de santé et envisager l'imposition d'une contribution santé, a souligné M. Bachand. Le gouvernement a formé un groupe de travail, auquel participent le ministre des Finances, la présidente du Conseil du trésor, Monique Gagnon-Tremblay, et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, pour limiter la croissance des dépenses en santé, qui s'est élevée à quelque 6 % par an en moyenne ces dernières années. M. Bachand a aussi signalé l'existence d'une dizaine de projets-pilotes en collaboration avec la CSN en vue d'améliorer la productivité dans les hôpitaux.

Au troisième rang, le ministre a indiqué la possibilité de créer un fonds spécial en transport, tant pour les infrastructures routières que pour le transport en commun. Le quatrième point d'importance, c'est un plan à long terme de remboursement de la dette, qui pourrait se traduire par une augmentation des contributions au Fonds des générations. Enfin, la création de richesse, «c'est la vraie solution», a conclu M. Bachand. Le ministre du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation, Clément Gignac, planche sur une nouvelle stratégie de l'innovation tandis qu'au gouvernement, on cherche des moyens d'augmenter la population active en incitant les travailleurs âgés à demeurer sur le marché du travail.

Interrogé par Le Devoir, l'économiste Pierre Fortin, qui participait à ce colloque, s'est montré piqué par le dur jugement qu'a porté Jacques Parizeau dans son dernier ouvrage paru la semaine dernière. L'ancien premier ministre a qualifié de «déclinologues» le groupe des lucides, notamment, dont faisait partie M. Fortin et qui font une obsession de l'équilibre budgétaire et du vieillissement de la population. L'ancien premier ministre a qualifié de «jansénisme financier» la préoccupation du déficit zéro affichée par le gouvernement de Lucien Bouchard. «Il lance des noms», a déploré Pierre Fortin. La situation démographique est une réalité et la réduction de la dette en période de croissance économique est un moyen de réduire le service de la dette de façon à dégager une marge de manoeuvre pour éponger les dépenses en santé qui iront en grandissant, a plaidé l'économiste.

«Je me réjouis que la dette soit une obsession au Québec», a pour sa part déclaré l'économiste de l'Université de Sherbrooke Marcellin Joanis qui, avec Claude Montmarquette, ont attaché le grelot dans un rapport en 2004.

Cité allégrement par Jacques Parizeau dans son livre, Luc Godbout, également de l'Université de Sherbrooke, a dit moins s'inquiéter du vieillissement de la population que de la baisse absolue et relative du nombre de personnes en âge de travailler. Cinq ans après la présente récession, la croissance économique ne sera plus que de 1,4 % par an au Québec, bien loin des 4,5 % enregistré durant la dernière période de croissance économique.
4 commentaires
  • Guillaume C - Inscrit 25 novembre 2009 08 h 40

    Mesure régressive

    Hydro-Québec est déjà profitable, et l'augmentation du tarif d'électricité résidentiel touchera plus les moins nantis. Et si on n'augmentait que le tarif de l'électricité exportée?

    Quant à la "vrai solution" de M. Bachand : ignore-t-il donc que le Québec est plus riche que jamais? Si le gouvernement accuse un tel déficit, c'est qu'il s'est privé volontier des impôts des plus riches.

  • GERARD LAMONTAGNE - Inscrit 25 novembre 2009 09 h 48

    Gouverner , c'est prévoir

    Les libéraux ne gouvernent pas; ce qu'ils ont fait, c'est le contraire.

    D'abord ils ont baissé les impots, ensuite, ils ont dilapidé un montant de 700,000,000$ provenant d'Ottawa en vertu de l'équilibre fiscal, ensuite, ils ont omis de profiter d'une baisse de la TPS pour augmenter la TVQ.

    Aujourd'hui, ils viennent nous écoeurer pour augmenter les tarifs d'hydro Québec jusqu'à , on ne sait pas où, et de ce fait modifiant officieusement le mandat premier de l'hydro qui est de fournir l'lectricité au meilleur cout possible et non de servir d'agent de collection de taxes.

    Je suggère donc, que pour éviter un décalage plus grand entre les riches et les pauvres, qu'on rétablisse les impots comme ils étaient avant leur promesse électorale,qu'on remonte la TVQ du pointage nécessaire.

    Il y a bin d'autres sources de financement, mais je ne les connais pas toutes, n'étant pas le ministère des finances.

    Et surtout qu'on remonte les tarifs d'hydro pour les mutinationales et qu'on cesse de soutirer le peu qu'il reste aux plus démunis.

  • Hélène Fortin - Inscrite 25 novembre 2009 11 h 05

    gouverner, c'est prévoir...une prochaine élection

    Hélas, trois fois hélas, tous les gouvernements qui se succèdent tant au fédéral qu'au provincial ne semblent voir qu'une chose devant eux...une période de 4 ans. Cette courte perspective et les gestes souvent raccoleurs qui ont été posés pour attirer les votes de l'électorat - (pensons à la baisse de TPS au Québec, entre autre) - déterminent une gestion bancale, sans véritable vision d'avenir. Quand survient une crise, on essaie de sauver les meubles en appliquant, dans l'urgence du moment, des solutions plus souvent cosmétiques qu'autre chose, qui ne règlent aucun problème à long terme ou qui sont alors tellement radicales qu'elles étranglent littéralement les plus démunis et coincent la classe moyenne déjà surtaxée. Cette gestion à courte vue est dévastatrice et des plus inquiétantes, ce manque de prévision nous conduit droit à la catastrophe.

  • Ducon Lajoie - Inscrit 25 novembre 2009 21 h 34

    Attention cela va faire très mal...........!!!!

    Voila on y arrive!!!!!!

    Hydro Quebec rachete Hydro NB, et notre gouvernement est en passe de nous refiler la facture

    Le jour ou un gouvernement n'aura plus le réflexe de nous taxer de façon "Hold-up" , mais de faire de grosses économies sur son train de vie, sur les dépenses inutiles, sur le nombre de fonctionnaires dans les milles et une commission qui ne sert à rien, mais, par exemple, de taxer les profits insolents que nous clament haut et fort les banques , et à chaque trimestre..........alors la nous aurons un gouvernement qui porte bien son nom....qui gouverne en bon gestionnaire qu'il se doit d'etre puisque NOUS l'avons élus pour bien gérer notre quotidien.

    Au lieu de cela, nous avons affaire à la plus grande "escroquerie" de tous les temps!!!!!!!

    Et dans les médias, pas un journaliste ne lève le petit doigt, enfin oui mais cela ne dure qu'une journée et le lendemain on passe à autre chose......ben oui faut vendre du sensationnel, du papier!!!!!

    L'ancienne ministre du budget nous a laissé un plan explosif pour ensuite tirer sa révérence et s'en aller dans le privé.....c,est normal elle aura, elle, les moyens de payer!!!

    Dernier point, que le gouvernement cesse de nous comparer aux autre province quand cela l'arrange!!!!!.........nous c,est nous , les autres c,est les utres

    si demain en Ontario l'électricité est gratuite, est-ce que Mr Bachand va nous l'offrir sous prétexte qu'en Ontarion elle est gratuite?

    Revons c'est bientot Noël
    Merci et bonne soirée