Le Festival TransAmériques dévoile une partie de ses têtes d’affiche

Evelyne de la Chenelière signe avec Marie Brassard «La vie utile»
Photo: Marie Brassard Evelyne de la Chenelière signe avec Marie Brassard «La vie utile»

Danse d’avant-garde chinoise contemporaine, théâtre aux résonances punk, trilogie shakespearienne, solo sur la vieillesse du danseur, mise en scène des dernières minutes d’une condamnée : le Festival TransAmériques se promet d’étonner son public encore une fois cette année. Il dévoilait hier une partie de la programmation qui prendra l’affiche du 23 mai au 7 juin prochains.

Ainsi, le FTA recevra la troupe du TAO Dance Theater avec la production 6 9, du jeune chorégraphe Tao Ye, au « style minimaliste et hautement raffiné », dit-on. Il s’agit de deux courtes pièces interprétées respectivement par six et neuf danseurs. Le metteur en scène belge Ivo Van Hove revient pour sa part avec Kings of War, qui explore le thème du pouvoir à travers trois exemples historiques tirés du théâtre de Shakespeare. Il suit ainsi les destinées des rois Henri V, Henri VI et Richard III. Les trois sont rassemblés dans une pièce de guerre, où se déroulent jeux de coulisses et assassinats. Avec dix-sept comédiens et six musiciens en direct.

Dans le cas de La nuit des taupes, une pièce du dramaturge Philippe Quesne, de Nantes, on parle de « théâtre écosophique », où le monde est peuplé de taupes géantes et souterraines, qui cuisinent, dessinent, et forment même un groupe de musique punk. Avec Betroffenheit, le chorégraphe vancouvérois Crystal Pite et le dramaturge Jonathon Young proposent un voyage dans les profondeurs de la psyché humaine, en plein traumatisme. L’oeuvre prendra également l’affiche à Québec au Carrefour international de théâtre.

Evelyne de la Chenelière signe quant à elle avec Marie Brassard La vie utile, une « partition à cinq voix », « dernier combat contre l’indifférence et l’assoupissement », voyage « au coeur de la mémoire qui se soulève ».

C’est une pièce inspirée du chantier d’écriture qu’Evelyne de La Chenelière a couché durant trois saisons sur le mur du café-bar de l’Espace Go, y abordant l’enfance, la découverte de la langue, à travers le Précis de grammaire française, et la conscience par la Bible. Enfin, Paul-André Fortier offrira l’ultime création de la compagnie Fortier-Danse Création sur le corps vieillissant du danseur avec Solo 70. Faux soliste, il sera accompagné par quelques muses, la guitare punk de Jackie Gallant, l’art visuel de Marc Séguin, les mots d’Étienne Lepage récités par Étienne Pilon.

À Québec, le Carrefour international de théâtre, qui se déroule du 22 mai au 8 juin, a aussi annoncé qu’il accueillerait Cold Blood, une nanodanse de Michèle Anne de Mey, Jaco Van Dormael et le collectif Kiss & Cry. Sept récits animeront des mains virtuoses filmées dans des décors miniatures.