Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Théâtre

    Coucher sur le papier

    28 février 2017 | Christian Saint-Pierre - Collaborateur | Théâtre
    La parade nuptiale entre Charlus et Jupien, le giletier auquel Réal Bossé donne un aplomb remarquable, est un sommet comique.
    Photo: Omnibus La parade nuptiale entre Charlus et Jupien, le giletier auquel Réal Bossé donne un aplomb remarquable, est un sommet comique.

    C’est la première fois, depuis qu’elle codirige la compagnie avec Jean Asselin et Réal Bossé, que Sylvie Moreau prend seule les rênes d’une création chez Omnibus. Ce n’est pourtant pas d’hier que l’artiste rêve de nous entraîner Dans la tête de Proust. La représentation, littéraire et néanmoins théâtrale, est un hommage à l’auteur de La Recherche. Pastiche, collage et fabulations (c’est le sous-titre du spectacle) traduisent avec autant de beauté que de truculence, autant d’esprit que de désespoir, le destin de l’homme et celui de son oeuvre.

     

    La première qualité du spectacle est d’éviter adroitement les écueils du genre. C’est-à-dire que l’hommage est senti, respectueux et documenté, mais jamais révérencieux ou, pire encore, didactique. Précisons que le parcours est subjectif, personnel, autrement dit que les spécialistes pourraient trouver à redire. Il y a structure, mais juste assez pour donner un cadre à l’imaginaire et aux souvenirs, une forme à la représentation. C’est ainsi que la guide d’un petit musée consacré à l’auteur fournit, dans un dosage impeccable, les informations factuelles, à commencer par les préjugés envers l’oeuvre, puis s’éclipse pour laisser des fragments de l’univers proustien prendre vie sous nos yeux.

     

    C’est dans sans son lit, la nuit, pendant huit ans, que Proust a donné naissance à l’essentiel de sa cathédrale littéraire. L’endroit par excellence pour rêver, bien entendu, mais aussi pour se laisser gagner par la fièvre. L’homme, asthmatique, allergique, certains diront hypocondriaque, mélangeait allègrement somnifères, café et drogues en tous genres. C’est dans cet état plus ou moins second, sous la surveillance constante de Céleste, sa servante dévouée, qu’il reçoit la « visite » de ses fameux personnages.

     

    Pascal Contamine incarne Proust avec sensibilité. La sobriété de son jeu offre un parfait contrepoint à la flamboyance parfois grotesque du bal qui l’entoure. Dans les habits de Charlus, grimaçant et gesticulant, Jean Asselin exprime de manière désopilante les conflits intérieurs de son personnage. La parade nuptiale entre Charlus et Jupien, le giletier auquel Réal Bossé donne un aplomb remarquable, est un sommet comique. Isabelle Brouillette est aussi juste dans le rôle de la guide que dans ceux de la coquette Odette et de la précieuse Mme de Guermantes. Mais celle qui brûle les planches, c’est Nathalie Claude. Sa Mme Verdurin est aussi perfide que sa Céleste est bienveillante, et que dire du personnage de l’amante anonyme, d’une irrésistible lubricité.

     

    Un voyageur immobile

     

    Voyageur immobile, Proust s’est attardé à disséquer sa psyché, ses souvenirs, le sens de la vie et celui de l’art, mais aussi les travers moraux de sa société. Les deux aspects sont fort bien représentés dans le spectacle. Il y a les phrases qui nous vont droit au coeur, celles qui n’ont pas cessé d’éclairer la vie intérieure des humains, puis les portraits de société qui font mouche, décrivent des comportements égoïstes et narcissiques qui ont toujours cours, sous d’autres formes, à notre époque. S’il est certes partiel, le point de vue de Sylvie Moreau sur le legs de Proust n’en demeure pas moins diablement inspirant.

    Dans la tête de Proust
    D’après Marcel Proust. Texte et mise en scène : Sylvie Moreau. Une production de la compagnie Omnibus. À Espace Libre jusqu’au 18 mars.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.