Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Théâtre - La vie n'est pas un long fleuve tranquille

    1 octobre 2010 |Sylvie Nicolas | Théâtre
    • Bonjour, là, bonjour
    • Texte: Michel Tremblay. Mise en scène: Lorraine Côté. Avec Marie-Josée Bastien, Sylvie Cantin, Lise Castonguay, Érika Gagnon, Catherine Hugues, Éliot Laprise, Patric Saucier, Marjolie Vaillancourt. Production du Théâtre de la Bordée. À la Bordée jusqu'au 16 octobre 2010.
    Cette année, la Bordée met le cap sur la famille et amorce la traversée de la saison en naviguant sur les eaux troubles de Bonjour, là, bonjour, de Michel Tremblay. Un périple qui n'est pas sans heurts, où l'émotion domine, où fantômes et squelettes s'accrochent aux épaules des personnages, où la langue syncopée marque chaque coup de barre pour maintenir l'équilibre entre les profondeurs du tragique et les flots de surface qui déclenchent le rire.

    Après trois mois passés dans les vieux pays, Serge, le petit dernier d'une famille d'ouvriers, rentre à la maison. Entre son départ et son retour, l'horloge du temps s'est arrêtée. Car Serge n'est pas seulement l'enfant chéri de la tribu, il est, dans la vie de celui et de celles qu'il a laissés derrière, le rouage essentiel qui fera en sorte que la mécanique familiale puisse, de nouveau, se remettre en marche.

    Et cela, Lorraine Côté, qui signe la mise en scène de la pièce, l'a compris. D'entrée de jeu, l'équipage de ce grand bateau ivre est maintenu dans la fixité, ne remuant que pour adopter une nouvelle pose, le regard rivé sur l'enfant prodigue qui leur rendra leur chair, leurs battements de coeur et, peut-être même, leur apportera le salut. Ce qu'a également saisi Lorraine Côté, c'est la nécessité de camper cet univers dans un cadre qui abolirait toutes frontières entre le secret et sa mise à nu. Le décor, baroque à souhait, soude ces esseulés les uns aux autres tout en les maintenant prisonniers de leur propre dérive. Éclairages, trame sonore, costumes vont dans le même sens et permettent aux comédiens d'endosser ces personnages qui oscillent entre paralysie et démesure.

    Éliot Laprise est un Serge lucide, tendre et affirmé. Lise Castonguay et Marjorie Vaillancourt nous livrent des tantes ubuesques et réjouissantes, Patric Saucier campe un Armand démuni et touchant, Sylvie Cantin, une Monique candide et fragile, Érika Gagnon, une Lucienne explosive et désoeuvrée, Catherine Hugues, une Nicole sobre et intimiste, et Marie-Josée Bastien, une Denise fougueuse et sensible.

    Écrite en 1974 et qualifiée d'oeuvre de jeunesse, Bonjour, là, bonjour, de Tremblay, est une pièce d'une grande maturité. Cette production de la Bordée en porte les traces tant dans la conception que dans l'interprétation. Ionesco disait du personnage tragique qu'il ne change pas, qu'il se brise, qu'il est lui, qu'il est réel. Les personnages de Bonjour, là, bonjour sont cela: réels et tragiques.

    ***

    Collaboratrice du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Populaires|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.