Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?

    Jésus sous toutes ses coutures

    11 juin 2010 |Alexandre Cadieux | Théâtre
    • Bigger than Jesus
    • Conception et texte: Rick Miller et Daniel Brooks. Mise en scène: Daniel Brooks. Une production de WYRD Productions et Necessary Angel Theatre Company (Toronto) présentée au théâtre de Quat'Sous jusqu'au 19 juin. Spectacle en français à l'exception du 11 juin (français-allemand) et des 15 et 16 juin (anglaise).
    Stand-up comique, cours magistral, présentation multimédia, théâtre de marionnettes, comédie musicale: pour s'attaquer au mythe du Christ, l'acteur Rick Miller ne ménage pas ses angles d'approche. Le Montréalais qui travaille partout au Canada anglais passe deux semaines au Quat'Sous avec son Bigger than Jesus, un solo conçu avec le metteur en scène Daniel Brooks qui roule depuis sept ans et dont on découvre aujourd'hui la traduction française. Tentant de façonner selon ses propres dires une version «cubiste» de Jésus, Miller multiplie les pistes interprétatives plutôt que d'en approfondir une.

    L'intérêt principal de Bigger than Jesus, spectacle construit sur le modèle de la liturgie catholique, réside dans la figure charismatique de son interprète, qui se dit lui-même fasciné par le caractère enlevant de la vie du Christ tel que rapportée par les Évangiles. À l'aise avec l'improvisation, Rick Miller crée une réelle interaction avec son public, notamment lorsqu'il incarne un prédicateur exalté qui tente de nous convaincre que chacun porte en soi son propre Jésus.

    La position de l'artiste par rapport à son sujet reste cependant ambivalente. S'il déclare d'entrée de jeu que le monde se porterait sans doute mieux si l'humanité lisait la Bible comme une oeuvre littéraire et non comme un manuel d'histoire et que la figure christique se trouve souvent vidée de son sens en étant récupérée à toutes les sauces, cette posture critique ne transparaît pas dans toutes les scènes. Dans notre société où le catholicisme est en constante perte de vitesse depuis des années, les questions soulevées par Miller mériteraient d'être approfondies davantage pour produire un impact significatif sur le spectateur.

    En multipliant les détours par la culture pop, des Beatles à Andrew Lloyd Webber en passant par Star Wars, l'artiste éclaire parfois certaines facettes de son riche sujet, alors qu'ailleurs la démonstration s'abîme dans le cabotinage. Une utilisation assez judicieuse de caméras et de surfaces de projection (conception technique: Beth Kates et Ben Chaisson) permet par contre la création de fort belles images, notamment vers la fin, où deux représentations du Christ en croix viennent nous rappeler que le fils de Dieu fut de tout temps une source d'inspiration majeure pour l'art occidental.

    On avait vu Rick Miller plus tôt cette année dans le Lipsynch de Robert Lepage. L'acteur partage avec le plus cosmopolite de nos hommes de théâtre un esprit créatif et ludique qui intègre avec brio les nouvelles technologies, mais qu'on aimerait parfois voir creuser un peu plus profondément sous la surface des choses.

    ***

    Bigger than Jesus
    Conception et texte: Rick Miller et Daniel Brooks. Mise en scène: Daniel Brooks. Une production de WYRD Productions et Necessary Angel Theatre Company (Toronto) présentée au théâtre de Quat'Sous jusqu'au 19 juin. Spectacle en français à l'exception du 11 juin (français-allemand) et des 15 et 16 juin (anglaise).

    ***

    Collaborateur du Devoir
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel