Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Dans le sens du poil

    5 juin 2010 |Sylvie Nicolas | Théâtre
    La femme à barbe en pleine action
    Photo: Christophe Raynald de Lage La femme à barbe en pleine action
    • L'Éloge du poil
    • Texte de Jeanne Mordoj et Pierre Meunier, mise en scène de Pierre Meunier, production de la Compagnie Bal/Jeanne Mordoj, présentée au studio d'essai de Méduse jusqu'au 5 juin dans le cadre de Carrefour.
    Jeanne Mordoj a la souplesse de l'acrobate, le pas assuré de l'équilibriste, l'allure décontractée du lanceur de poignards, la grâce de la contorsionniste, la sensualité de qui s'abandonne et le regard concentré de l'enfant qui s'amuse à donner vie à tout ce qu'il touche. Dans L'Éloge du poil, son troisième spectacle solo, elle affiche une barbe en collier et évolue sur un tréteau en planches muni de deux caches qui rappelle aussi bien le pont d'un bateau que la baraque foraine.

    Artiste de l'objet, elle s'adonne au maniement des brochettes de métal, du voile de papier et du pneu et, avec ses pieds, à la cueillette de coquilles d'escargots vides, ce qui confère à ses orteils toute la noblesse du titre de doigts de pied. Ventriloque et marionnettiste, elle prête sa voix à des crânes de bélier et de blaireau qui se feront tantôt complices coquins d'un jeu délicieusement délinquant, mais également voix et choeurs d'opéra, ce qui donne lieu à une finale particulièrement réussie.

    Une partie de ce spectacle repose sur l'adresse et l'agilité, l'autre sur ce que maman n'aimerait pas que vous fassiez à la maison et qui pourrait mériter une punition: jouer avec des jaunes d'oeuf, se recouvrir de terre, salir le joli jupon de satin vert, porter la barbe quand on est fille, répandre des objets sur le sol, renverser de l'eau, tirer des choses dans les airs et faire subir à ses jouets la torture houdinesque de la plongée en apnée.

    Ses deux plus beaux tableaux, là où elle éblouit, sont ceux du jaune d'oeuf en mouvement sur son corps et cette danse rituelle avec de longues tiges de bambou à têtes d'oiseau voltigeant sur sa tête, au bout de ses doigts, sur le bord de sa hanche, un mouvement dansé, hautement poétique, balinais en facture. Un univers riche, plus fragile dans le texte et la parole, où le poil conducteur est aussi chauve que la cantatrice d'Ionesco. Une sensuelle et désopilante épilation de tendresse pour les rebrousse-poils qui sont à prendre avec des pincettes.

    ***

    L'Éloge du poil

    Texte de Jeanne Mordoj et Pierre Meunier, mise en scène de Pierre Meunier, production de la Compagnie Bal/Jeanne Mordoj, présentée au studio d'essai de Méduse jusqu'au 5 juin dans le cadre de Carrefour.

    ***

    Collaboratrice du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.