Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Théâtre - Tendre Bang!?

    24 mars 2010 |Sylvie Nicolas | Théâtre
    Bang!?
    • Texte: Matthew Fournier, Jean-Pierre Cloutier, Marie-Hélène Gendreau et Martin Perreault, avec l'aide de Jean-Philippe Côté et Michel Nadeau.
    • Supervision à la mise en scène: Michel Nadeau.
    • Distribution: Jean-Pierre Cloutier, Matthew Fournier, Marie-Hélène Gendreau, Martin Perreault.
    • Production: Point d'Interrogation.
    • Présentée à Premier Acte.
    • Jusqu'au 3 avril.
    À l'heure de la téléréalité, du docu-fiction, de l'exploitation du vivant, de la souffrance et de la mort en direct, les Productions Point d'Interrogation soulèvent la délicate question de la spectacularisation du malheur et du bénéfice qu'entraîne sa diffusion. Ils le font avec déférence, mesure et talent, en évitant toute forme de manichéisme.

    Bang!? est une production humble qui repose sur quelques éléments de décor et peu d'accessoires, exploités avec finesse, une vidéo qui sert de support à la reconstitution de l'accident meurtrier, de célébration du disparu, et de pomme de discorde, une trame sonore discrète et efficace, un texte savoureux et d'une étonnante tendresse. Et c'est peut-être une des qualités premières de ce spectacle: la tendresse dans plusieurs de ses états, sans mièvrerie, sans qu'elle soit banalement utile. Car la tendresse n'a rien d'éblouissant, elle n'est que ce qu'elle est, ce fil nu qui se tend entre l'un et l'autre, ce courant ténu, totalement désintéressé, qui n'a d'autre fin que la sincérité.

    Ne vous méprenez pas, tendresse et justesse ne riment pas avec linéarité, et Bang!? offre à ses acteurs une structure dramatique où recréer l'espace, les lieux, le temps, où déstructurer et reconstituer le récit. À quelques reprises, le dialogue donne lieu à des doublés fort réussis. On songe ici à ce moment où Mary (Marie-Hélène Gendreau) s'adresse en même temps à J. P. (Jean-Pierre Cloutier) et Math (Matthew Fournier).

    Une autre des forces de cette pièce réside dans la justesse des liens qui lient les personnages entre eux et dans la juste interprétation qui en est faite. Une retenue cependant, quelque chose qui semble avoir échappé à la vigilance des créateurs. Alors que les personnages de Mary, de Pero, de J. P. sont bien définis et qu'ils offrent corps et substance à leurs interprètes, on s'étonne de s'attacher si peu au disparu. En fait, on ne s'attache à lui que parce que les autres lui sont attachés. Math nous échappe. On a le contour: il est l'ami de coeur, l'ami d'enfance, le jeune disparu. Mais de son intériorité, une seule esquisse nous est livrée et elle arrive assez tard dans cette courte scène entre lui et J. P.

    Une scénographie au service des comédiens et du propos, un quatuor d'acteurs touchants, des émotions et un rendu. Point d'Interrogation mérite plus que des points de suspension. Des points d'exclamation et un bang! de tendresse non retenue.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.