Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Théâtre - Le coeur sous la robe

    5 mars 2010 |Sylvie Nicolas | Théâtre
    • La robe de Gulnara
    • Texte: Isabelle Hubert. Mise en scène: Jean-Sébastien Ouellet. Avec Marilyn Perreault, Anni Ranger, Jack Robitaille, Anne-Marie Olivier, Jean-René Moisan, Véronique Côté, Sébastien René et Sasha Samar. Une coproduction de la Bordée avec la Compagnie dramatique de Québec et le Théâtre I.N.K. présentée au théâtre de la Bordée jusqu'au 27 mars.
    La Robe de Gulnara d'Isabelle Hubert trouve son ancrage dans le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, un conflit où des milliers d'Azéris ont trouvé refuge dans des wagons désaffectés à la frontière. Mika a 13 ans et malgré la désolation et l'austérité qui prévalent, elle a la délicatesse et la beauté de ces fleurs qu'elle cueille pour les offrir et qui poussent parmi les cailloux. Portée par l'insouciance de l'enfance, elle enfile la robe de mariée de Gulnara, sa soeur aînée, trébuche et l'abîme.

    Quand l'austérité règne, quand la survie s'impose, la moindre goutte d'eau, le plus petit morceau de savon tiennent du miracle et une tache de goudron peut faire basculer la vie.

    Récit d'exil, fable du temps présent, le très beau texte d'Isabelle Hubert jette un pont entre l'ailleurs et l'ici, hier et aujourd'hui, le devoir de mémoire et la quête des origines.

    Sous la direction de Jean-Sébastien Ouellet, l'ensemble trouve son rythme et sa solidité dans une suite de tableaux qui s'enchaînent, se détachent et se chevauchent, à 30 ans de distance, dans l'oeil de Balaja, fils de Mika. Sobre et efficace, la mise en scène de Ouellet trouve son souffle dans un espace scénographique où la désolation cède le pas à la célébration. Le recours aux valises, leur usage, déjà marquant en ouverture, confère à la finale finesse du coeur et de l'esprit.

    Lauréate du prix Développement international de la Ville de Québec, cette production s'appuie sur une distribution qui permet au jeu d'ensemble de prendre le pas sur la performance individuelle. Une distribution équilibrée et nuancée où chaque interprète a de quoi nous rappeler que l'horreur côtoie la beauté.

    Vous aimerez La Robe de Gulnara. Vous vous attacherez aux personnages autant qu'aux comédiens qui les incarnent. Vous savez déjà que toutes les Mika du monde sont des fleurs qui poussent entre les cailloux.

    Rares sont les spectacles qui illustrent des pans de la grande histoire et qui parviennent à émouvoir. La Robe de Gulnara le fait par petites touches successives, et l'instant d'éternité que la pièce a à léguer s'inscrit dans cette scène finale qui nous rappelle que nous sommes dans cette longue marche de l'humanité. Dans ce spectacle, les valises comme les robes sont plus que des objets. Sur la scène de la Bordée, elles portent la vie et la mort, l'amour et la trahison, la mémoire autant que l'émotion.

    ***

    La robe de Gulnara
    Texte: Isabelle Hubert. Mise en scène: Jean-Sébastien Ouellet. Avec Marilyn Perreault, Anni Ranger, Jack Robitaille, Anne-Marie Olivier, Jean-René Moisan, Véronique Côté, Sébastien René et Sasha Samar. Une coproduction de la Bordée avec la Compagnie dramatique de Québec et le Théâtre I.N.K. présentée au théâtre de la Bordée jusqu'au 27 mars.

    ***

    Collaboratrice du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.