Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Théâtre - Loup Bleu superstar

    22 février 2010 |Marie Labrecque | Théâtre
    • Les Essais, d'après Montaigne
    • Texte du Loup bleu et de Michel Tanner. Mise en scène de Jacques Laroche. Film de Marco Dubé. Au Théâtre d'Aujourd'hui, jusqu'au 6 mars.
    On connaît bien la formule gagnante du Théâtre du Sous-Marin Jaune: revisiter des classiques dans une forme qui ne pourrait pas l'être moins. Une façon sans douleur de remettre au goût du jour de grands textes en les éclairant avec un ludisme irrévérencieux.

    Avec Les Essais de Montaigne, la troupe de marionnettes de Québec s'attaque à une oeuvre monumentale difficile à rendre sur scène. Le récit chronologique, mais assez échevelé, suit donc surtout le parcours du philosophe (Guy Daniel Tremblay), ainsi que de son compagnon le Loup bleu (Antoine Laprise), en ce XVIe siècle troublé où la Réforme allume le feu d'une guerre civile. La religion (et le texte ne se prive pas de décocher des piques au pape actuel) loge au coeur de ce spectacle qui baigne dans le sang, et est hanté par la mort — représentée ici littéralement.

    Comme d'habitude, les anachronismes et les décrochages ne manquent pas dans cette oeuvre qui adopte la liberté propre au genre de l'essai inventé par Montaigne. Le récit — qui accuse par ailleurs quelques longueurs — ne craint pas les apartés et ruptures; un documentaire sur la Réforme est ainsi interrompu par une publicité ironique sur la vente d'indulgences par l'Église! Car à la joyeuse esthétique baroque qui caractérise les spectacles de la compagnie s'ajoutent ici des niveaux supplémentaires: un orchestre rock sur scène et, surtout, la présence d'un écran où se déroule l'essentiel de l'histoire. Au risque de faire perdre au spectacle un peu de sa magie, de cette dimension artisanale qui faisait le charme de Candide ou de La Bible.

    Heureusement, les créateurs ont su jouer avec inventivité de la forme cinématographique, variant la grosseur des plans, sortant à loisir de l'écran. Filmées soit dans des cadres naturels, soit dans des décors peints, les marionnettes présentent la même diversité de techniques. Les Essais réussit à recréer de l'épique à petite échelle; ainsi le massacre de la Saint-Barthélemy, évoqué avec assez de force.

    Et Montaigne? Derrière l'humour qui le cible, on en retient l'image d'un penseur pondéré et prudent, un humaniste qui paraît finalement impuissant et déboussolé devant le fanatisme, constatant que ses idées généreuses n'ont pu empêcher les crimes motivés par l'ambition humaine et l'intolérance. Quelque chose comme notre contemporain, donc.

    ***

    Les Essais, d'après Montaigne
    Texte du Loup bleu et de Michel Tanner. Mise en scène de Jacques Laroche. Film de Marco Dubé. Au Théâtre d'Aujourd'hui, jusqu'au 6 mars.

    ***

    Collaboratrice du Devoir












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.