Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Théâtre - Le Loup bleu fait son cinéma

    Le Sous-marin jaune propose une réflexion sur les formes théâtrales en passant au crible les Essais de Montaigne

    13 février 2010 |Michel Bélair | Théâtre
    Les concepteurs de la dernière création du Loup bleu, Antoine Laprise et Jacques Laroche
    Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Les concepteurs de la dernière création du Loup bleu, Antoine Laprise et Jacques Laroche
    • Les Essais d'après Montaigne
    • Texte de Michel Tanner et du Loup bleu mis en scène par Jacques Laroche. Une triple coproduction présentée au Théâtre d'Aujourd'hui du 16 février au 6 mars
    Installés dans un petit café du Mile End, Antoine Laprise et Jacques Laroche ont l'air réjoui de deux conspirateurs en vacances. Ils ont passé la journée à revoir le texte et les enchaînements de ces Essais d'après Montaigne qui prennent l'affiche du Théâtre d'Aujourd'hui mardi et semblent fiers des ajustements qu'ils viennent d'y apporter. Demain, toute l'équipe entre en répétition dans le cube au-dessus du nouveau Quat'Sous, un peu plus bas.

    Un hybride

    Le Loup bleu n'est pas là, victime d'un horaire trop chargé, mais deux autres membres de l'équipe viendront se greffer à la rencontre après le passage du photographe — Montaigne lui-même et la directrice de production. C'est que la marionnette est très demandée... La coproduction belgo-franco-québécoise roule depuis l'automne 2008; elle a été créée en Belgique à la Fabrique de théâtre du Hainaut avant de s'installer aux Giboulées de Strasbourg puis de revenir à Québec. On en est déjà à plus d'une cinquantaine de représentations au compteur et la compagnie amorce un peu plus tard à l'automne une deuxième tournée en France et en Suisse... Il était temps que ces Essais s'arrêtent à Montréal avant d'aller se perdre encore dans le vaste monde...

    Qui n'aime pas le Sous-marin jaune? De Candide à La Bible et au Discours de la méthode, la compagnie a connu partout un succès phénoménal avec des productions qui chatouillent l'intelligence et réussissent à dépasser, chaque fois, les attentes du public. Le Sous-marin jaune ne fait jamais la même chose, trouvant la façon de remettre en question et de redéfinir, avec chacun de ses nouveaux spectacles, de grands pans des conventions théâtrales. «Ici, explique Jacques Laroche, on a fait un film. On a voulu utiliser la vidéo, et l'écran, comme une marionnette.»

    Antoine Laprise poursuit. «Dans Candide, on travaillait avec un castelier. Puis dans La Bible, le castelier s'est considérablement élargi sur l'horizontale, de sorte qu'il n'en restait plus trace dans le Descartes. On a voulu aller plus loin avec les Essais en poursuivant notre réflexion sur la forme... et on est arrivés à cette solution radicale de la bande vidéo de 90 minutes que l'on manipule comme si c'était une marionnette. Le Loup bleu fait sa petite intro et puis ça y est, c'est parti: la vidéo roule.» «Ça donne une sorte de spectacle hybride», conclut Laroche, qui signe ici la mise en scène.

    Concrètement, les comédiens et les marionnettes sont sur scène et font face au public. Ils sont surplombés par un grand écran sur lequel défile la bande vidéo. Guidés par des moniteurs que le public ne voit pas, les comédiens savent toujours où en est l'action... ce qui est quand même crucial parce que ce sont eux qui font la trame sonore en direct, la bande vidéo étant muette! On voit le topo: les deux niveaux de jeu, l'écran, la scène. Avec la possibilité toujours d'un décalage, ou carrément d'une brisure à partir de la scène. Rajoutez la musique live aussi, puisque les comparses accompagnent le tout à la guitare et à la batterie, en direct, sur fond de rock'n'roll. Avec force changements de ton, de perspective et de proportions, des gros plans... et le personnage fascinant de Michel de Montaigne.

    Contextualisation

    «On voulait absolument plonger dans le XVIe siècle, poursuivent les deux hommes. À cause des guerres de religion, bien sûr, un sujet qui est toujours d'actualité, mais aussi à cause du contexte historique général: Montaigne parle des nouveaux continents, des "sauvages" et de choses extrêmement concrètes, comme la souffrance, la mort ou la liberté... Puis, on a tous nos essais favoris, de sorte que l'on a constitué une sorte de "best of" de Montaigne.»

    D'accord. Mais après? Comment ne pas être didactique? Comment faire du Sous-marin jaune plutôt que du Montaigne en marionnette? Laprise et Laroche expliquent qu'ils aiment bien se donner ce genre de défi et qu'en travaillant en improvisation avec les comédiens, ils ont d'abord cherché à inventer des situations pour mettre en scène et pour parler concrètement de chacun des sujets.

    «Nous faisons de la contextualisation par strates, poursuit Laprise en souriant. Le texte est une sorte de récit d'aventure, de "précipité" de toutes les expériences de vie que Montaigne traverse et qui vont le mener à écrire ses Essais... Comme lui, nous cherchons à apprivoiser ce qu'il a vécu.» Ainsi, dès le départ, le lien entre le philosophe et Le Loup bleu s'établit à partir d'une chute de cheval et d'une troublante expérience de presque mort racontée par le philosophe avec lumière blanche au bout du tunnel et tout et tout...

    C'est Montaigne lui-même (Guy Daniel Tremblay) qui poursuit, cette fois avec Laroche; ils soulignent tous deux à quel point le texte est senti puisque l'expression des sentiments était beaucoup moins réservée au XVIe siècle qu'elle ne l'est aujourd'hui. «Les contacts physiques étaient plus admis; les gens se touchaient beaucoup plus que nous ne le faisons. Et les hommes ne se gênaient pas pour pleurer quand ils éprouvaient des émotions fortes, comme ici quand Montaigne parle de la perte de son ami la Boétie, de la peste ou de la dépression...» Montaigne, donc, et l'ineffable Loup bleu sur bande vidéo, entre théâtre, philo et rock de garage.

    Vivement mardi!

    ***

    Les Essais d'après Montaigne
    Texte de Michel Tanner et du Loup bleu mis en scène par Jacques Laroche. Une triple coproduction présentée au Théâtre d'Aujourd'hui du 16 février au 6 mars.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.