Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    ThéâtreFlux RSS de la section Théâtre

      La première réaction de la comédienne Lise Castonguay, devant ce texte suggéré : «J’ai lu ça, et puis j’ai fait : “Mais que c’est ça ? !” Pour moi, c’était très, très opaque.»
      Théâtre

      La partition exigeante

      21 février 2017 | Simon Lambert | Théâtre
      Far Away, première pièce à être montée au Musée national des beaux-arts du Québec, présente un univers déroutant. Et une partition exigeante pour les interprètes, parmi lesquels figure la comédienne...
      Far Away, première pièce à être montée au Musée national des beaux-arts du Québec, présente un...
      0 réactions | 0 votes
      Les retrouvailles entre Gerry (François Papineau) et sa mère (Louise Turcot), où il s’abandonne finalement, constituent certainement le moment le plus fort du spectacle.
      Critique théâtre

      S’affranchir des marques indélébiles du passé

      21 février 2017 | Sara Fauteux | Théâtre
      La pièce Ne m’oublie pas, du populaire et prolifique auteur australien Tom Holloway, traduite ici par Fanny Britt, aborde une injustice méconnue de l’histoire : celle de milliers d’enfants...
      La pièce Ne m’oublie pas, du populaire et prolifique auteur australien Tom Holloway, traduite ici...
      0 réactions | 0 votes
      Dans «Lignedebus», la carcasse d’autobus est dépouillée de ses parois au fil de la représentation.
      Théâtre

      «Lignedebus» : au-delà de la première impression

      20 février 2017 | Marie Labrecque | Théâtre
      Créé il y a trois ans, puis joué en anglais au Théâtre Centaur, Lignedebus revient se garer aux Écuries, avec une distribution en partie renouvelée. Il est vrai que certaines de ses thématiques...
      Créé il y a trois ans, puis joué en anglais au Théâtre Centaur, Lignedebus revient se garer aux...
      0 réactions | 1 votes
      Dans «Froid» de Lars Norén, trois adolescents, à la fin des classes, se rassemblent en une petite cellule de combat.
      Théâtre

      «Froid», la haine

      20 février 2017 | Simon Lambert | Théâtre
      Rarement une pièce est-elle entrée si nettement en résonance avec l’actualité. L’attentat du Centre culturel islamique de Québec est encore récent; si récent qu’il est difficile de ne pas avoir,...
      Rarement une pièce est-elle entrée si nettement en résonance avec l’actualité. L’attentat du Centre...
      0 réactions | 2 votes
      • video
      «À la recherche du temps perdu» a amené Sylvie Moreau à développer sa sensibilité lorsqu’elle a découvert cette œuvre à l’âge de 23 ans.
      Théâtre

      Sylvie Moreau du côté de chez Proust

      18 février 2017 | Marie Labrecque | Théâtre
      Si Sylvie Moreau ne devait écrire qu’une pièce en solo dans sa vie, ce ne pouvait être que celle-ci. Marcel Proust a exercé une influence déterminante sur la comédienne, à la fois comme être humain et...
      Si Sylvie Moreau ne devait écrire qu’une pièce en solo dans sa vie, ce ne pouvait être que celle-ci....
      0 réactions | 5 votes
      Le spectacle relate les tentatives des trois personnages désarçonnés qui cherchent à nommer et à intellectualiser les troubles qui se logent dans leur ventre, et la mise en scène semble appuyer le pôle plus cérébral de l’histoire.
      Critique théâtre

      «Assoiffés» jusque dans les profondeurs du ventre

      17 février 2017 | Chloé Gagné Dion | Théâtre
      Le respecté Théâtre Le Clou reprend, avec de nouveaux interprètes, la mise en scène d’Assoiffés, créée par Benoît Vermeulen en 2007. L’exercice proposé ici par le Théâtre Denise-Pelletier évoque...
      Le respecté Théâtre Le Clou reprend, avec de nouveaux interprètes, la mise en scène d’Assoiffés,...
      0 réactions | 1 votes
    • Brigitte Haentjens reconduite au CNA

      14 février 2017 | Le Devoir | Théâtre
      Brigitte Haentjens restera directrice artistique du Théâtre français au moins jusqu’en 2021. Le Centre national des arts (CNA) a annoncé lundi la prolongation de trois ans — du 1er septembre 2018 au...
      Brigitte Haentjens restera directrice artistique du Théâtre français au moins jusqu’en 2021. Le...
      0 réactions | 0 votes
      Dans le rôle de Thomas, Vincent Côté exprime plus facilement le comique que la gravité. Quant au personnage de Vanda, Sofia Blondin compense un léger manque d’intériorité par une fougue et une présence peu communes.
      Critique théâtre

      «Vénus à la fourrure», se prendre au jeu

      11 février 2017 | Christian Saint-Pierre | Théâtre
      Commençons par raconter la belle histoire de transmission qui a mené au spectacle. Depuis 1993, le Théâtre du Vaisseau d’or permet aux étudiants de tous les programmes du collège Jean-de-Brébeuf de...
      Commençons par raconter la belle histoire de transmission qui a mené au spectacle. Depuis 1993, le...
      0 réactions | 0 votes
      • video
      Frédéric Dubois estime que ses rôles de metteur en scène et de directeur de la section française de l’École nationale de théâtre se nourissent l’un et l’autre, lui permettant de réflechir tout en poursuivant sa pratique.
      Théâtre

      Le temps retrouvé

      11 février 2017 | Marie Labrecque | Théâtre
      La réalité historique que la pièce australienne Ne m’oublie pas rappelle — ou fait connaître — est proprement révoltante. Jusqu’aussi tard qu’en 1971, un programme créé par le gouvernement britannique...
      La réalité historique que la pièce australienne Ne m’oublie pas rappelle — ou fait connaître — est...
      0 réactions | 2 votes
      Ariel Ifergan interprète avec précision les multiples et colorés personnages du récit, dans une mise en scène d’Anne Millaire qui semble fondée sur le plaisir du jeu.
      Critique théâtre

      Les infortunes de la vertu

      8 février 2017 | Chloé Gagné Dion | Théâtre
      Difficile de ne pas être charmé par le ludisme de l’adaptation signée par Ariel Ifergan et Anne Millaire du conte de Voltaire, Zadig ou la Destinée. Créée en 2007 au théâtre Denise-Pelletier en plein...
      Difficile de ne pas être charmé par le ludisme de l’adaptation signée par Ariel Ifergan et Anne...
      0 réactions | 3 votes
      Didier Lucien brille dans ses compositions de François Duvalier.
      Théâtre

      Un «show» des origines

      6 février 2017 | Marie Labrecque | Théâtre
      À chacun son solo identitaire. Comme avant lui les Mani Soleymanlou (Un et compagnie) ou Kevin McCoy (Norge), Didier Lucien s’offre un show des origines. Né en Haïti, immigré au Québec à un an, et...
      À chacun son solo identitaire. Comme avant lui les Mani Soleymanlou (Un et compagnie) ou Kevin McCoy...
      0 réactions | 5 votes
      Ionesco a poussé de manière définitive dans l’abyme les personnages typiques déjà névrosés du vaudeville.
      Théâtre

      Sans cheveux ni tête

      6 février 2017 | Alexandre Cadieux | Théâtre
      On s’imagine sans peine la totale incrédulité des spectateurs parisiens qui, les premiers, furent exposés à La cantatrice chauve en 1950. Le Franco-Roumain Eugène Ionesco avait laissé tremper toute...
      On s’imagine sans peine la totale incrédulité des spectateurs parisiens qui, les premiers, furent...
      0 réactions | 2 votes
      Ionesco «fait le portrait de relations évidées d’authenticité, de réel échange humain», résume Normand Chouinard.
      Théâtre

      La vérité des questions vitales

      4 février 2017 | Marie Labrecque | Théâtre
      Le temps a fait son oeuvre. Vingt et un ans après avoir joué les deux premières pièces d’Ionesco, Normand Chouinard y troque son rôle d’interprète pour celui de metteur en scène, toujours au Théâtre...
      Le temps a fait son oeuvre. Vingt et un ans après avoir joué les deux premières pièces d’Ionesco,...
      0 réactions | 0 votes
      • video
      Lucille Fluet, Olivier Asselin et Paul Ahmarani, rencontrés plus tôt cette semaine, à Montréal
      Cinéma

      D’amour et de mécanique quantique

      4 février 2017 | Manon Dumais | Théâtre
      À l’instar d’Un capitalisme sentimental, film campé en 1929 et sorti au coeur du krach de 2008, Le cyclotron d’Olivier Asselin, qui raconte un passé fantasmé inspiré de faits réels, s’avère brûlant...
      À l’instar d’Un capitalisme sentimental, film campé en 1929 et sorti au coeur du krach de 2008, Le...
      0 réactions | 1 votes
      David Bouchard (gauche) et Dayne Simard de la pièce «Froid»
      Théâtre

      Les origines du mal

      3 février 2017 | Marie Labrecque | Théâtre
      Par une de ces tragiques synchronicités, des créateurs de la Vieille Capitale s’apprêtent à présenter une pièce abordant de front un discours haineux et raciste qui débouche sur la violence.
      Par une de ces tragiques synchronicités, des créateurs de la Vieille Capitale s’apprêtent à présenter une pièce abordant de front un discours haineux et raciste qui débouche sur la violence.
      3 réactions | 12 votes
      Des personnages à revendre, une multitude de lieux à représenter, un entrelacement constant entre le réel et le fantastique, rien de tout cela n’a effrayé le metteur en scène et comédien Olivier Morin.
      Critique théâtre

      Être soi-même

      3 février 2017 | Christian Saint-Pierre | Théâtre
      Olivier Morin et Guillaume Tremblay n’ont pas froid aux yeux. C’est le moins que l’on puisse dire. Qui d’autre oserait consacrer un opéra rock à Clotaire Rapaille ? Imaginer un théâtre radiophonique...
      Olivier Morin et Guillaume Tremblay n’ont pas froid aux yeux. C’est le moins que l’on puisse dire....
      0 réactions | 1 votes
      Une scène de «Some Hope for the Bastards» de Frédérick Gravel
      Festival TransAmériques

      Du plus sombre au plus fou au FTA

      2 février 2017 | Caroline Montpetit | Théâtre
      Frédérick Gravel ne prétend pas que l’art fait avancer le monde, mais qu’il peut donner « du jus » à ceux qui peuvent le faire avancer. C’est ce qu’il disait mercredi en annonçant son spectacle Some...
      Frédérick Gravel ne prétend pas que l’art fait avancer le monde, mais qu’il peut donner « du jus » à...
      0 réactions | 2 votes
      Au centre de «Yen», il y a deux adolescents laissés à eux-mêmes dans un appartement miteux.
      Critique théâtre

      «Yen», un drame en manque de tension

      1 février 2017 | Sara Fauteux | Théâtre
      Jean-Simon Traversy et David Laurin sont de fins connaisseurs des auteurs à suivre chez nos voisins du Sud et au Royaume-Uni. Tous deux traducteurs, ces infatigables dénicheurs de textes ont notamment...
      Jean-Simon Traversy et David Laurin sont de fins connaisseurs des auteurs à suivre chez nos voisins...
      0 réactions | 1 votes
      Si différents objets servent le propos de l’artiste tout au long de la pièce, la viande est un personnage important dans «Richard III».
      Entrevue

      Viande fraîche à la table de Shakespeare

      31 janvier 2017 | Marie Fradette | Théâtre
      Richard, le polichineur d’écritoire, c’est une pièce follement éclatée qui revisite trois textes de Shakespeare — en l’occurrence Richard III, Roméo et Juliette et Hamlet — racontés avec bagout et...
      Richard, le polichineur d’écritoire, c’est une pièce follement éclatée qui revisite trois textes de...
      0 réactions | 1 votes
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.
    En vedette

    Tous nos chroniqueurs
    Chroniques
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.
    Éditoriaux

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Idées et Libre opinion