Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    Mammouth pour les Blancs

    Fabrice Vil
    24 novembre 2017 |Fabrice Vil | Télévision | Chroniques

    Les prix Mammouth de Télé-Québec ont pour mandat d’inspirer les jeunes, et de leur donner envie de changer le monde. Dans les faits, ils ont aussi pour effet de contribuer au manque de diversité à l’écran et de perpétuer le complexe du sauveur blanc.

     

    Le 16 novembre dernier, Télé-Québec a diffusé la liste de vingt personnalités sélectionnées pour leurs actions jugées inspirantes. Cinq de ces personnalités se verront décerner le titre de Mammouth 2017 au terme d’un vote en ligne effectué par les jeunes du Québec. Parmi ces vingt personnalités, on compte Cynthia Qian, une personne d’origine chinoise. Les autres sont toutes des personnes blanches.

     

    Je ne remets pas en question le mérite de chacune des personnalités choisies. L’enjeu se situe au niveau des messages que lance la mosaïque Mammouth dans son ensemble.

     

    D’abord, Télé-Québec fait fi de l’enjeu de représentation des personnes racisées. Ceci est d’autant plus grave qu’il s’agit d’une société d’État ayant pour mission, notamment, de refléter la diversité de la société québécoise. Alors que le taux de minorités visibles est de 11 % au Québec et de 20 % à Montréal, ne compter qu’une personne racisée sur vingt dans un concours visant à intéresser l’ensemble des jeunes Québécois est décevant.

     

    Les personnes racisées reçoivent souvent des signaux laissant entendre qu’elles ne sont pas Québécoises, et l’annonce des Mammouths ne fait pas exception : autant aux jeunes des communautés racisées qu’aux jeunes Blancs, on lance un message : le Québec qui vous inspire, il est blanc.

     

    Dans notre univers télévisuel, ce portrait symbolique est marquant parce qu’il façonne l’identité québécoise par les histoires qu’on se raconte. La génération Passe-partout sait, par exemple, que le Québec, c’est aussi Lorio, Doualé, et les berceuses en créole chantées au grand plaisir de Grand-Papa Bi. C’était Télé-Québec en 1977. Que s’est-il passé pour qu’il en soit autrement en 2017 ?

     

    Mais ce n’est pas tout. Les candidatures choisies pour les prix Mammouth visent notamment des actions qui se veulent en aide aux personnes autochtones et musulmanes au Québec, ainsi qu’aux populations en Haïti et au Burkina Faso. Or les seules personnes reconnues sont des personnes blanches. C’est ça, le complexe du sauveur blanc, qui soutient le mythe selon lequel les personnes racisées n’ont pas de capacités et auraient besoin de l’héroïsme d’autrui.

     

    Il n’est pas question d’interdire aux personnes blanches de poser des gestes en soutien aux personnes racisées. L’enjeu est d’éviter qu’en monopolisant les tribunes disponibles, les Blancs projettent l’idée qu’ils détiennent à eux seuls les solutions pour les personnes racisées, qui elles auraient simplement besoin d’aide. Ceci entretient un rapport de pouvoir qui alimente les inégalités.

     

    Maggie MacDonnell, une enseignante blanche issue de la Nouvelle-Écosse, est-elle le meilleur exemple pour inspirer les jeunes autochtones à développer leur potentiel ? Le seul champion de la lutte contre la stigmatisation des personnes musulmanes est-il Alexandre Champagne, un homme blanc d’héritage catholique ? Le développement en Haïti et au Burkina Faso est-il bien représenté par Guillaume Vermette, un clown humanitaire originaire du Québec se donnant pour mission de faire rire les enfants ?

     

    Non. C’est pourtant ce que projettent les prix Mammouth en présentant ces personnalités sans donner aussi une voix aux personnes qui subissent les inégalités. C’est ce souci qu’a d’ailleurs reconnu l’auteure Sophie Bienvenu lorsque, le 14 novembre dernier, elle a refusé de participer à une table ronde sur la diversité en littérature jeunesse alors que le Salon du livre n’avait invité que des Blancs à en discuter.

     

    Enfin, certains témoignages des personnalités banalisent l’ampleur des inégalités. « L’action la plus révolutionnaire qu’un homme peut faire, c’est d’être heureux en public », a dit M. Vermette en référence aux rires qu’il provoque chez les enfants. Ce commentaire, bien intentionné, minimise néanmoins la profondeur des besoins des populations des pays en développement. Les Haïtiens aiment rire, mais ils ne voient pas là une révolution. D’autres témoignages suggèrent que l’aide aux autres a pour objectif de se donner bonne conscience. « Pour moi, changer le monde, c’est faire des petites actions qui font en sorte que, dans la journée, on se sent mieux », dit M. Champagne.

     

    Les communautés racisées regorgent de talents qui auraient pu enrichir les Mammouths et mieux répondre à la mission éducative de Télé-Québec. Régine Chassagne, chanteuse d’origine haïtienne, membre du groupe Arcade Fire et cofondatrice de KANPE, oeuvrant en Haïti, et Nakuset, directrice du foyer autochtone de Montréal n’en sont que quelques exemples. Télé-Québec assure que son jury, composé de jeunes a tenu compte de la diversité culturelle parmi un ensemble de critères. Visiblement, les autres critères ont eu préséance. Télé-Québec appartient à tous les québécois. Les prix Mammouth 2018 devraient le refléter.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.