Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    À ne pas manquer

    Il s’appelle Pine, Jonathan Pine

    23 septembre 2017 |Louise-Maude Rioux Soucy | Télévision
    Photo: ICI Radio-Canada Télé

    L’écrivain John le Carré a le chic pour installer un climat anxiogène, brouillant les pistes, jouant sur les identités et distillant le doute pour mieux tendre ses filets. Ses romans sont souvent difficiles à adapter, nécessitant du temps et une certaine maestria pour s’incarner. La BBC le fait avec panache pour Le directeur de nuit, une minisérie primée sur laquelle Radio-Canada a réussi à mettre la main.

     

    En six épisodes enfiévrés, on suit les aventures d’un gérant d’hôtel de luxe, Jonathan Pine, parti aux trousses d’un riche trafiquant d’armes. Avec un naturel désarmant, Tom Hiddleston prête une assurance et un charme tout « bondien » à cet agent d’infiltration improvisé recruté par le MI6. Face à lui, Hugh Laurie donne à Richard Roper, la crapule millionnaire, juste ce qu’il faut de scrupules pour mêler les cartes.

     

    On trouvera quand même un air suranné à cette minisérie de luxe qui porte la griffe classique et ultrasoignée de Susan Bier (oscarisée pour son film Revenge). Bombes et bijoux s’y affichent avec ostentation, mêlant révolution populaire au Caire, intrigue politique, magouille militaire et romance édulcorée. Les hommes y sont d’un bloc, les femmes en détresse ou en potiche. Heureusement qu’il y a l’agente Angela Burr (épatante Olivia Colman) pour secouer cette trame somme toute bien conventionnelle.

    Le directeur de nuit
    ICI Radio-Canada Télé, samedi, 21 h












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.