Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le Québec devrait-il avoir son festival de la télé?

    1 septembre 2017 |Stéphane Baillargeon | Télévision
    Gildor Roy dans la série télévisée «District 31»
    Photo: Radio-Canada Gildor Roy dans la série télévisée «District 31»

    La Mostra de Venise commence. Le FFM se poursuit à Montréal. Le Festival international du film de Toronto suivra en septembre. Le monde est pris de festivalite cinématographique aiguë. La télévision s’y met, lentement. Pourquoi, comment et à quoi bon ?


    Tous les indices, ou presque, pointent vers un même constat d’une évidence implacable : la fiction télévisuelle vit un âge d’or de popularité et de qualité. Les séries remplacent de plus en plus les films dans les conversations. Les productions télévisuelles attirent les talents cinématographiques des deux côtés de la caméra.

     

    En mai, le prestigieux Festival de Cannes a fait monter ses marches mythiques à la bande derrière le retour de la série Twin Peaks du réalisateur David Lynch, puis projeté les deux premiers épisodes de cette troisième saison, attendue depuis un quart de siècle.

     

    Mais pourquoi là ? Il faut donc un festival du septième art pour adouber une création du huitième ? Il faut un écran pour en encenser un autre ?

     

    « De grands festivals comme Berlin, Cannes et Toronto commencent à intégrer des séries, mais c’est en réaction à la popularité de ce format, bien plus que par conviction ou sens du devoir », commente Martin Bilodeau, rédacteur en chef de Médiafilm, organisme producteur et fournisseur d’informations sur le milieu (les cotes, les sorties, etc.). « Les festivals de films favorisent aussi les réalisateurs importants qui font de la télévision. J’ai vu le premier épisode de la série Top of the Lake de Jane Campion au festival de Berlin. »

     

    Le Festival du nouveau cinéma (FNC) de Montréal programme de la fiction télévisuelle dans une section réservée et a même été un des premiers à le faire, selon son directeur. La mouture 2015 a par exemple permis de diffuser ici des épisodes de The Principal (Australie) et d’Okkupert (Norvège).

     

    « Nous recherchons des créations télévisuelles qui ont un contenu très cinéma du point de vue de la technique ou du scénario, explique le directeur Nicolas Girard Deltruc. Franchement, je ne vois pas de différence entre ces deux arts. À l’origine, le cinéma, c’est de l’image en mouvement. La télévision aussi. La seule différence, c’est le média de diffusion. Mais pour nous, la plateforme ne compte pas. On s’attarde à l’oeuvre. »

     

    L’an prochain à Lille

     

    Le FNC est partenaire du festival Séries Mania pour sa programmation télévisuelle. L’événement annuel lancé en 2009 à Paris attire maintenant des dizaines de milliers de fans et des créateurs de premier ordre. Les « coups bas politiques » et les « intérêts personnels » (dixit Le Figaro), mais surtout la promesse de la région Hauts-de-France de fournir cinq des quelque sept millions du budget ont finalement abouti au transfert du festival de télévision dans la ville de Lille, dans quelques mois, en avril 2018.

     

    La France espère réussir à positionner cet événement compétitif au centre du jeu télévisuel mondial, comme elle a réussi à le faire avec Cannes au cinéma, Annecy en animation et Clermont-Ferrand pour le court-métrage. Il existe des milliers de festivals de films dans le monde, mais à peine deux douzaines de festivals consacrés à la télévision.

     

    Il semble donc y avoir de l’espace pour développer des concurrents, y compris sur un même territoire. Cannes veut s’imposer en misant sur sa marque et va de l’avant avec son propre projet à venir en avril 2018, en complément de son célèbre Marché international des programmes de télévision (MIPTV).

     

    Cannes Séries sera « un rendez-vous prestigieux et exigeant en matière artistique, glamour, mais aussi grand public », promet la direction. Le budget de la première édition pourrait aussi osciller autour de 7 millions.

     

    Du FFM au FTM

     

    Alors pourquoi pas ici ? Montréal compte une bonne poignée de festivals de films (Fantasia, de films sur l’art, du cinéma québécois, etc.), alors pourquoi ne pas en développer un pour la télévision ?

     

    Selon les informations obtenues par Le Devoir, au moins une proposition embryonnaire de développement d’une fête publique de la télévision a été présentée l’an dernier à la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC). L’organisme public qui soutient déjà certains festivals de cinéma n’a cependant pas répondu à nos questions.

     

    « Franchement, je trouve l’idée d’un festival de séries assez absurde, dit encore Martin Bilodeau, ancien critique cinéma du Devoir. Un festival rassemble autour d’un événement conçu pour être apprécié collectivement. Une série, c’est le contraire d’un film, et ça ne gagne rien à être vu sur grand écran. Au contraire, c’est souvent désavantageux pour elle. »

    On n’a pas besoin d’un festival ni même d’une salle pour voir du bon cinéma ou de la bonne télé
    Martin Bilodeau, rédacteur en chef de Médiafilm
     

    Seul ou avec les autres

     

    Et puis, pourquoi se télégaver en public quand on peut le faire tranquillement chez soi jusqu’à des heures indues ? Et à quoi bon se réunir entre fans et fins connaisseurs quand des milliers de sites Internet fédèrent déjà les amateurs plus ou moins éclairés.

     

    « Le taux d’occupation des salles au Québec tourne autour de 9 à 12 %, dit encore M. Bilodeau. Par contre, tout le monde est devant sa télévision ou un autre écran pour voir des films ou des séries. On n’a pas besoin d’un festival ni même d’une salle pour voir du bon cinéma ou de la bonne télévision. »

     

    Le directeur Deltruc, du FNC, ajoute que la projection télévisuelle dans le cadre d’un festival pose des problèmes particuliers. Les réseaux de production rechignent à y offrir leurs primeurs. Et puis, le format lui-même pose un sérieux casse-tête.

     

    « On peut se limiter à deux ou trois épisodes, mais cela ne rend pas justice à l’oeuvre, note-t-il. Si on propose toute une saison, on monopolise une salle pendant dix ou douze heures au lieu de deux heures de projection, et pour le même prix du billet. »

     

    En fait, le festival télévisuel ouvert au grand public semble surtout plaire quand il donne accès à un peu du contenu (et des stars) des réunions professionnelles réservées habituellement au MIPTV, au Festival international des médias de Banff ou au Festival international de la télévision d’Édimbourg.

     

    L’événement fondé en 1976 vient de se dérouler, du 23 au 25 août, juste avant le lancement des programmations d’automne. Il proposait une soixantaine de visionnements, de discussions et de classes de maître à quelque 2000 professionnels du monde, scénaristes, programmeurs ou réalisateurs du nouvel âge d’or télévisuel. Le comédien Kevin Spacey (House of Cards), le comique Ricky Gervais (The Office) et le showrunner Vince Gilligan (Breaking Bad) y sont déjà passés.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.