Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    À ne pas manquer

    «Atypical» – Le gars d’à côté

    7 août 2017 08h36 |Louise-Maude Rioux Soucy | Télévision
    Photo: Netflix

    Le filon social passé à la moulinette Netflix continue. Après le suicide (13 Reasons Why) et l’anorexie (To the Bone), le géant du flux en continu lance vendredi sa série Atypical. À la barre de ce récit d’apprentissage explorant le quotidien d’une famille rythmé par le trouble du spectre de l’autisme, Robia Rashid, une étoile montante de la comédie grinçante qui s’est d’abord fait les dents sur How I Met your Mother et Will & Grace.

     

    Peu de détails ont filtré à propos de cette série qui a reçu l’imprimatur de familles et de spécialistes côtoyant des autistes. Les premières images montrent Sam, 18 ans, un jeune autiste se décrivant lui-même comme un « atypique », et qui, sous les traits d’un Keir Gilchrist attachant, nous apparaît d’emblée très (trop ?) fonctionnel. On se réjouit de retrouver à ses côtés une Jennifer Jason Leigh visiblement en grande forme dans la peau de la mère surprotectrice.

     

    Michael Rapaport et Brigette Lundy-Paine complètent ce quatuor dont on ne sait trop sur quel fil il se tiendra, entre rires et larmes. Chose certaine, cette nouvelle proposition, qui rappelle la série Speechless mettant en scène un ado souffrant de paralysie cérébrale, annonce une réjouissante normalisation de réalités trop longtemps gommées de nos écrans.

    Atypical
    Netflix, vendredi












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.