Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    «Canada: The Story of Us», la bataille des plaines d’Abraham selon Georges St-Pierre

    La série historique de la CBC suscite une vive polémique dans l’est du pays

    Scène tirée de la série «Canada: The Story of Us»
    Photo: CBC Scène tirée de la série «Canada: The Story of Us»

    Un tollé qui révèle un Canada divisé : tel est l’accueil qu’a reçu la diffusion du premier épisode du feuilleton historique diffusé par CBC à l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération.

     

    Après la diffusion d’un seul chapitre de Canada : The Story of Us, l’émission suscitait déjà l’indignation. Une deuxième livraison a été présentée dimanche dernier. Elle présente l’exploitation des ressources naturelles comme la clé expliquant la naissance d’« entrepreneurs » assimilés à des figures de « héros ».

     

    De vives protestations à la suite de la première présentation sont venues notamment du côté des Acadiens. Car l’Acadie est pour ainsi dire absente de cette série qui avance par une accumulation de fragments très sélectifs. La page Facebook de CBC a vite été inondée de commentaires l’invitant à refaire ses devoirs du côté de l’histoire.

     

    Dans The Story of Us, l’habitation de Samuel de Champlain à Québec est présentée comme la première colonie permanente européenne au pays. En 1608, Champlain s’était installé avec ses compagnons là où se trouve aujourd’hui Québec. Mais dès 1605, pourtant, le même Champlain était installé à Port-Royal, en Nouvelle-Écosse. Son établissement survivra jusqu’à son démantèlement brutal par les Anglais en 1613. Indigné, le maire d’Annapolis Royal, Bill MacDonald, parle de cette série comme d’« une fausse représentation de l’histoire du Canada » qui justifie à son sens « une campagne pour mettre les choses au clair ». Le journal L’Acadie nouvelle a rapporté plusieurs autres propos indignés.

     

    Un point de vue

     

    Le quotidien The Globe and Mail a publié dimanche une lettre ouverte d’un collectif d’universitaires québécois outrés eux aussi par la série. Dans leur lettre envoyée au journal torontois, les universitaires n’y vont pas avec le dos de la cuillère. D’entrée de jeu, ils affirment que les omissions du premier épisode et le sommaire des suivants laissent présager le pire.

     

    Quelque 12 000 ans d’histoire amérindienne ont été condensés en quelques minutes seulement, reprochent les universitaires. Par ailleurs, la perspective qui se dégage de l’ensemble est essentiellement celle du Canada anglais, observent-ils. « Chaque spécialiste interrogé devant la caméra est un anglophone. »

     

    Plutôt que de miser sur des spécialistes et des perspectives historiques à jour, la série s’appuie largement sur la participation de plus de cent vedettes pour mousser sa popularité. Parmi cette brochette de stars, on trouve seulement deux francophones dans le premier épisode, soit la danseuse Louise Lecavalier et le champion d’arts martiaux mixtes Georges St-Pierre. Les commentaires de ce dernier ont été sollicités pour expliquer la bataille des plaines d’Abraham, où se sont affrontées, le 13 septembre 1759, les armées des généraux Wolfe et Montcalm. « C’est très important d’utiliser la surprise, explique St-Pierre, parce que c’est ce que vous ne voyez pas arriver qui vous met au plancher. »

     

    Qui plus est, les universitaires notent que la série représente systématiquement les figures historiques françaises de manière désobligeante. Par contraste, les figures anglophones apparaissent toujours tirées à quatre épingles. Le général Wolfe, pourtant raillé pour sa bêtise lors du siège de Québec par l’un de ses proches, le major George Townsend, est présenté comme un officier rusé et intelligent, parvenant en haut du cap Diamant comme s’il sortait de chez le tailleur. « C’est comme si le pouvoir civilisateur des Anglais venait de leur raison et de leurs moeurs supérieures, tandis que les Français sont sans cesse dépeints comme vicieux, traîtres et sales. »

     

    L’appui de Trudeau

     

    La série présentée par le télédiffuseur public commence avec une longue présentation du premier ministre Justin Trudeau lui-même. Spécialiste des représentations de l’histoire à la télévision, l’historien Olivier Côté affirme en entrevue au Devoir qu’il s’agit de quelque chose de particulier de voir M. Trudeau, le chef du gouvernement, présenter ainsi une série. « À ma connaissance, c’est une première pour une série historique du genre. » Bien qu’il réserve ses commentaires dans l’attente de voir d’abord la série au complet, l’historien observe qu’une perspective volontariste préside visiblement au scénario : « Comme dans Le Canada, une histoire populaire, on fait des autochtones les premiers Canadiens et on crée un récit que l’on insère dans une trame narrative avec l’intention de donner du sens autour de l’idée préalable que le pays est multiculturel. »

     

    Les reproches ont fusé de partout, à un point tel que l’un des deux piliers de la série a cru bon s’expliquer. « On a dû choisir des histoires et, inévitablement, on n’a que 50 histoires, il y a certaines parties qui ont été omises », a expliqué à Radio-Canada John English, qui est, avec l’artiste autochtone Gerald McMaster, un des deux rédacteurs de ce docudrame de dix heures.

     

    Ancien député du Parti libéral fédéral, John English est notamment l’auteur, à titre d’historien, d’une biographie en deux tomes de Pierre Elliott Trudeau rédigée à la demande de la famille. Il est membre de la Fondation Trudeau depuis 2003. English a aussi publié une biographie du premier ministre libéral Lester B. Pearson et est membre de la Société royale du Canada. Le 30 juin dernier, il a reçu le titre d’officier de l’ordre du Canada des mains du représentant de la reine.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires

    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.