Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Gourous inc.

    Le documentaire «Marchands de bonheur» décortique le phénomène des motivateurs

    12 décembre 2015 |Manon Dumais | Télévision
    Le présentateur TED Mike Rayburn demande 15 000 $ par conférence et en a plus de 4000 à son actif.
    Photo: Télé-Québec Le présentateur TED Mike Rayburn demande 15 000 $ par conférence et en a plus de 4000 à son actif.

    Il s’appelle Rizk, Marc-André Rizk. Son rêve, qu’il a écrit sur un bout de papier et ensuite déposé dans un pot de salsa recyclé, c’est d’être motivateur et de faire des conférences autour du monde devant des salles bondées. Torturé par sa petite voix intérieure, il se demande parfois s’il ne devrait pas tout abandonner et poursuivre sa carrière d’entraîneur de hockey. Vivant pratiquement dans sa voiture, squattant tour à tour la demeure de sa blonde et de ses deux frères, Rizk aurait sans doute besoin des conseils de Patrick Leroux.

     

    Premier Québécois à obtenir la certification CSP (Certified Speaking Professional), le conférencier Patrick Leroux rêvait d’être millionnaire à 30 ans ; il y est parvenu, bien que cela lui ait pris dix ans de plus que prévu. Avec sa compagne Pénélope Villeneuve, experte en nutrition et conditionnement physique, et leurs deux petites filles, il mène une existence de rêve où il n’a pas une seule seconde pour s’ennuyer. Pourtant, cela ne l’empêche pas d’avoir d’autres rêves à réaliser, dont celui de faire partie du CPAE Speaker Hall of Fame comme Mike Rayburn, présentateur TED qui demande 15 000 $ par conférence — il en a plus de 4000 à son actif.

     

    Ponctué des témoignages de grands « gourous du leadership », dont Mark Sanborn, conférencier et membre dudit Temple de la renommée du CPAE, le documentaire Marchands de bonheur de Jean-Simon Chartier (Alléluia et Soeur Violaine) trace en parallèle le portrait de ces deux hommes aux antipodes. À travers leurs réussites, leurs échecs, leurs rêves et leurs désillusions, Chartier brosse un portrait plutôt troublant de ce dérivé de la psychologie populaire ayant émergé aux États-Unis dans les années 1950 avant d’apparaître au Canada dans les années 1970.

     

    De fait, alors que ces vendeurs d’espoir chantent les mérites de rêver mieux, de rêver grand, de rêver hors de sa zone de confort, les romantiques devant l’Éternel et les adeptes de la simplicité volontaire se sentiront bien anachroniques de ne pas souhaiter faire partie de cet univers où le capitalisme est religion, où l’avoir l’emporte sur l’être. « Dérision de nous dérisoires », chantait Souchon…

     

    Heureusement, Jean-Simon Chartier a eu l’excellente idée de convier à cette grand-messe de la motivation la psychologue Lucie Mandeville et le professeur de philosophie Éric Martin. À tout moment, leurs propos lucides, éclairants et rationnels font figure de bouffées de fraîcheur à travers les discours tonitruants de ces soi-disant marchands de bonheur, qui poussent leurs apôtres à toujours se dépasser, au risque d’oublier leurs propres principes et leur identité intrinsèque.

     

    Suivre un fil

     

    Qu’est-ce qui vous motive ? Le sexe, la peur, l’amour, l’argent ou la performance ? Afin de le découvrir, écoutez votre voix intérieure (celle de Ghislain Taschereau) ou votre guide intrinsèque, comme il préfère qu’on le nomme, et répondez au jeu-questionnaire que vous trouverez sur le site de TV5. Mieux encore, suivez Le fil d’Arianne, ludique et sympathique websérie se déclinant en cinq épisodes, écrite par Marie-Ève Belleau Bérubé (La brigadière) et réalisée par Alain Fournier (Les 7 péchés capitaux).

     

    Confrontée par sa voix intérieure (Taschereau) à ses propres contradictions, une jeune infographiste (Mylène Savoie) se retrouve à travailler avec son ex (Sébastien Huberdeau), toujours célibataire, tandis que sa meilleure amie (Agathe Lanctôt), qui croit avoir trouvé depuis longtemps la recette du bonheur, la pousse à rencontrer l’homme idéal.

     

    Question de pimenter la réflexion, chaque épisode est accompagné de cinq « capsules d’infomotivation » où tous les thèmes abordés sont brièvement exposés par des experts allumés sous l’angle de la philosophie (Martin Gilbert, philosophe et auteur de L’imagination en morale), de la sociologie (Valérie de Courville Nicol, professeure de sociologie à l’Université Concordia), de la psychologie (Bruno Ouellette, psychologue organisationnel et conférencier), de la neuropsychologie (la Dre Valérie Drolet, neuropsychologue) et du marketing (Jacques Nantel, professeur titulaire HEC).

    Marchands de bonheur
    TV5, mardi à 20 h
    Le fil d’Arianne
    En ligne à tv5.ca/le-fil-darianne












    Envoyer
    Fermer
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.